jeudi, 14 novembre 2019 11:51

Potins sur tapis vert inondé…

Écrit par Smaïl Kenki, Rue Remparts Médée, Alger Casbah…
Évaluer cet élément
(2 Votes)

Couvre-feu hier à Bab El-Oued City, sousta, ehhh makache. Yakhi rahma, yakhi ! Toutes les échoppes de garantéta, pizza, chawarma, frites-omelette, cafés-maures et autres mahchachates ont baissé rideau. Seules les gargotates de poulet ghotchi sont restées ouvertes du côté de la Rue Montaigne, Rue Barra, Lynx, Rue Rochambeau, Rue Richelieu, Mounouprix, Rue Jean-Jacques Rousseau, 5e, la Consolation, Rue de l’Alma, Rue de Chateaudun, Rue de Nancy, Cité des Moulins, la Mairie, Posta Laqdima, Place Lelièvre, Maillot jusqu’à la Baséta, Bd de Champagne, Rue Camille Douls, Cité Larmaf, Cité Pérez, Groupe Taine, Boufrizi, Djebel Koukou, Drâa Diss, Fri Valon, Barreaux Rouges ouma yachbah. Nos frères-ennemis du Miloud se sont faits discrets derrière les persiennes de leurs balcons à l’abri des regards indiscrets, scrutant les rues désertes du quartier populaire et populeux des 3 Horloges... Makach lâacha, msakène…


EMCIA 0 Jiyaska 3 – Le Miloud prend l’eau de toutes parts…

En match de mise à jour programmé par une Rabitatoun incompétentatoun, la Jiyaska akoui akoui a, une fois de plus, corrigé kima lazem el hal, les pôvres Miloudiettes pom-pom girls par une cinglante défaite de 3 pouli ghotchi à zéro. Sur une pelouse gorgée d’eau ou plutôt inondée jusque-là, les kabylois ont joué intelligemment le coup en plantant 3 banderilles en seconde méton au gardien Châal Nafakh qui mérite au moins le carton jaune "oublié" par le referee Ibrir...

Rien ne présageait un tel scénario qui, hélas, se répète au gré des saisons. C’est ce que l’on appelle le syndrome chinois ou kabyle, c’est selon. Fort heureusement, la rencontre a eu lieu à la patinoire novembriste du khamsa jouilia sinon, à Santodji, on se serait régalé par un autre khamsa o sachi. Mziya…

Le Miloudiat mahlabat el fakakir devrait savoir qu’un match se joue et se gagne sur le rectangle vert même trempé jusqu’aux racines et non sur tapis vert préfabriqué forfait par une ligue complice et incompétente. Le championnat ne se décrète pas, il se gagne à la force des jarrets, pas dans les coulisses ya Sakhrou kharay skalier. Selon des échos, le diriktour sportchif de l’équipe dial tbahdayal, déposera un recours pour rejouer le match à Rouiba car l’arbitre aurait dû annuler le Plastico pour causes de pluie et bourrasques et la météo n’a pas informé le Miloudia de ces intempéries…

Al hassoune, Viloud et Sinane boudross ricanant sous cape toutes dents dehors, khhh, savourent cette victoire providentielle leur donnant un répit jusqu’à la prochaine défaite à huis-clos. Kazouni et Sakhrou rahom fe cibla par les supporters dial l’EMCIA qui ont bravé le mauvais temps pour assister à une cuisante défaite qui fait mal, très mal. Les kabyles eux, prolongent le sursis de leurs dirigeants et entraîneur et font la fête sur un air de samba en jaune et vert… Arbak arbak, rahi tahrak. Khhh…

Anecdotes du terroir…

CRB 1 USMA 3 – Trois buts en 4’… C’était un match de championnat en1964 disputé au Stade Municipal d’El Anasser, un dimanche matin à 10 heures à huis-clos mais télévisé (en noir & blanc, anadak). Le regretté Ahcène Lalmas avait inscrit le but belcourtois en première méton. Bentifour 1 but et Tadilou 2 buts (si mes souvenirs sont bons) malmenèrent le Chabab en mettant coup sur coup 3 buts en 4 minutes exactement, dans la cage de Nassou. Ce record n’a jamais été battu…

Café des Sports… Ce mythique café était un cercle de rencontres pour le grand public sportif et de la culture (footballeurs, boxeurs, cyclistes, chanteurs, poètes, artistes, hommes de théâtre et autres habitués des lieux). Situé à la Rue Bruce, en Basse-Casbah, le Café des Sports a été le premier siège social de l’USMA dès sa création en 1937. El Hadj M’hamed El Anka, Hadj M’rizek, Guerrouabi, Al Ankis, Amar Zahi et beaucoup d’autres militants de la cause nationale ont trouvé refuge dans ce café…

Café Tanja ou Qahouat Tandja... Café maure situé dans l’étroite et grouillante Rue Tanger, à deux pas du restaurant Le Bosphore (Hcène), du cinéma Le Marivaux, à la Rue du Coq face à la gargotte d’Ali Moro « Le Roi de la Loubia ». Il était fréquenté surtout par la corporation des arbitres et des membres de la Ligue d’Alger de Football qui prenaient du plaisir, après avoir officié leur match, à faire des parties de cartes ou de dominos et papoter sur les rencontres du jour. En repartant chez eux, certains passaient chez Hamid el halouadji prendre quelques kémias de qalb ellouz…

Smaïl Kenki, Rue Remparts Médée, Alger Casbah…

Hé ho Kazouni, alors, que vas-tu encore nous pondre comme boniments pour cette défaite ? Khhh…

Aya, tchao ya Sghar… Tah-ya Za-za-yer…

NDLR : Toute ressemblance avec des personnages ou des situations existants ou ayant existé serait purement fortuite.

Alger, Jeudi 14 Novembre 2019

Lu 588 fois

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'entrer toutes les informations requises, indiquées par un astérisque (*). Le code HTML n'est pas autorisé.