lundi, 05 août 2019 18:42

Merci El-Hayat Petroleum…

Écrit par Mustapha
Évaluer cet élément
(1 Vote)

Nous ne remercierons jamais assez El-Hayat Petroleum, cette firme pétrolière qui tombe à pic pour sauver l’USMA d’un forfait in-extremis, à la veille d’un déplacement au Niger afin de disputer son premier match éliminatoire de LDC. Cette entreprise s’est engagée à prendre en charge les frais de séjour de la délégation usmiste à Niamey et a même promis une belle prime en cas de qualification au prochain tour.

Mais d’abord, il faudrait jouer les deux manches. Néanmoins, cela est encourageant et stimulant pour notre équipe où il faudrait se serrer les coudes et jouer à fond ce match aller. Coach Dziri sait que cela ne serait pas une sinécure face aux nigériens de Sonidep car il ne dispose pas de la totalité de son effectif. Difficile mais pas impossible…

Nous ne remercierons jamais assez l’âme de l’USMA, nos vaillants supporters, les vrais, inquiets pour leur équipe chérie depuis la fuite en avant d’Ali Haddad et ses démêlés avec la justice qui a dû bloquer le compte bancaire du club, puisque le sus nommé est actionnaire majoritaire mais nullement propriétaire. Ces fans ont également organisé récemment deux sit-in devant les sièges de la Wilaya d’Alger et du Ministère de la Justice à El-Biar. Ils étaient également présents au stade Omar Hamadi lors des séances d’entraînement même si certains d’entre eux, irrités par la tournure des événements, ont annulé une rencontre amicale face à l’Olympique de Médéa. Dziri a dû présenter ses excuses à son homologue médéen pour cet imprévu…

Nous ne remercierons jamais assez l’entraîneur Dziri Billel, les différents staffs, la cellule de recrutement ainsi que les joueurs anciens et nouveaux qui ont été compréhensifs de la situation délicate que traversent les Rouge & Noir. Il a fallu faire toute une gymnastique pour convaincre tout ce beau monde de s’armer de patience car le personnel et les joueurs étaient sans salaire depuis quelques mois. Le temps ne jouait pas en faveur de l’USMA, pas d’interlocuteur malgré l’apparition furtive du responsable de la communication qui laissa les supporters sur leur faim. Pas un seul membre actionnaire n’a daigné nous apporter un éclairage sur cette situation inédite qui ne laisse aucun Usmiste, le véritable Usmiste, indifférent…

Nous ne remercierons jamais assez les autres supporters intervenant sur les pages et murs des réseaux sociaux et autres forums de discussions. C’était le seul lien qui restait aux amoureux du club, à l’affût de la moindre information. Kech jdid yal khaoua ? Bien sûr, chacun y spéculait à sa manière, que ce soit nos amis de Lyon ou de Montréal et ceux du bled restant les plus actifs. Optimistes, ces fans ne comprennent toujours pas pourquoi le compte bancaire de leur club reste encore bloqué alors que l’USMA, club purement sportif, n’est pas concernée dans cette scabreuse affaire de l’oligarque déchu. Bien évidemment, cela pénalise énormément laissant les Rouge & Noir dans une attente fondée sur des probabilités…

Nous n’oublierons pas certains pseudos dirigeants tournant la tête ailleurs en sifflotant, dénigrant, méprisant complètement leur club. Le prézidon du fantomatique CSA adore s’asseoir entre deux chaises musicales. Alors il cajole, il bichonne "ses" pouliches de l’autre écurie. Il a même tout fait pour détourner nos propres joueurs et nous chiper d’autres, ciblés durant ce mercato estival. Il ne faut plus rien espérer avec ces gens-là qui ont tourné casaque se déclarant, toute honte bue, Usmistes. Ils sont passés par l’USMA pour se faire un nom, venus se servir et non servir. Mais plus rien ne sera comme avant car dès que les dirigeants de la firme pétrolière prendront en mains le club, un grand coup de kärcher sera donné pour nous débarrasser de ces chahamines, de cette soussa, de cette vermine, de cette racaille, de ces parasites gravitant autour du club, pour l’abandonner ensuite, à son triste sort…

On tournera certes la page, mais on n’oubliera pas…


Omar Badaoui, Rue Randon, Alger Casbah…

Hé ho Kazouni, alors, tu retournes à la mahlabat el fakakir. Décidément, t’es culotté !

Aya, tchao ya Sghar… Tah-ya Za-za-yer…


NDLR : Toute ressemblance avec des personnages ou des situations existants ou ayant existé serait purement fortuite.

Alger, le 5 Août 2019

Lu 1075 fois

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'entrer toutes les informations requises, indiquées par un astérisque (*). Le code HTML n'est pas autorisé.