dimanche, 23 mai 2021 17:04

J/22 – USMA 1 WAT 0 : L’USMA au gagne-petit…

Écrit par Hocine Boudaroua, Rue de la Mer Rouge, Alger Casbah…
Évaluer cet élément
(2 Votes)

Les Usmistes auraient pu tuer le match en première méton. Ils ont alterné le bon et le moins bon. Le réveil brutal des Tlemcéniens dans le second half a brouillé les cartes de coach Zeghdoud alors que la berioucha d’arbitre interligues (ou fédéral) qui a dirigé les débats, doit revoir l’International Board car il n’a pas été à la hauteur des attentes du public présent au stade et des pantouflards rivés sur leur télé. On ne demande pas des faveurs mais juste d’être impartial et observer une stricte objectivité. Ce n’était pas le cas. Al hassone, l’USMA a glané les 3 points et Tlemcen rentre bredouille au méchouar. Abdelgader le basané n’avait rien à faire dans le tchunnel alors que Lalla Setti n’arrive pas à en voir le bout…

Le chat noir de Bologhine, Sissane, était pourtant absent hier du terrain. Selon des échos, il a été aperçu du côté du port de Bouharoun guettant les chalouti de retour de la pêche aux aurores ramenant de la sardinette à 2/3 cm. Un péché de pêcheurs. Cela ne nous a pas empêché de remporter une victoire à l’arraché grâce à Opoku le matador et Belkacemi le goleador. Un pénalty obtenu par l’inévitable guépard des surfaces, Kwame Opoku suite à une faute du gardien Soufi le souffleur qui n’a pas été averti, fiha louche, Little Big Man, le botteur sachant botter, envoie un missile qui a failli perforer la chebka du gardien zianide. On jouait la 25’ de jeu et on resta sur ce score jusqu’à la méton alors que Belkacemi inscrit son 8e but dans cette botola. Larges rasades d’eau et de boissons énergisantes. Glou, glou, glou…

Il n’y a pas de quoi faire la fine bouche car il y a des jours comme ça où la mayo ne prend pas. Les fidèles supporters devraient comprendre qu’on ne gagne pas à tous les coups avec l’art et la manière. L’équipe se cherche encore et notre ami Mounir n’arrive même pas à aligner la même équipe deux fois de suite pour causes de blessures ou suspension. Donc, on ne retiendra que la victoire, ô combien précieuse, quitte à subir le match durant 45 minutes. On préfère gagner et mal jouer que de bien jouer et perdre la rencontre. Coach Zeghdoud manque apparemment de maturité, de culture, de discernement, de schéma tactique, de système de jeu, du choix des joueurs, de ficelles et de bons coups à jouer dans un match de foot. Il n’y a pas d’équipe forte ou d’équipe faible. Le WAT certes, flirte dans la zone de relégation mais ne compte pas abdiquer. La preuve, le Wydad a bien battu les Staifia en tchabtchaq league au 8/5. Hé la la, hé lala…

La preuve, venus à Santodji limiter les dégâts, les poulains du nouveau coach Amrani, recroquevillés dans un 5-4-1 sont sortis de leur kouki St-Jacques en seconde mi-temps et ont bien failli nous jouer un mauvais tour à la sauce tlemcénienne. La défense usmiste a tenu bon et n’a pas craqué à l’image de koptane Zemma qui a encore, avec brio, étalé tout son talent en arrêtant des balles chaudes, parfois brûlantes. Certes, il n’était pas aligné en début de saison dans l’équipe-type mais on n’aurait jamais dû concéder trois défaites dans notre stade fétiche (Stéf, Mdiya et Ain M’lilon). Justement, au prochain match, il faut tenter coûtse que coûtse de ramener les 3 points de Mdiya afin de leur rendre la monnaie de leur pièce. C’est jouable pour peu que Opoku et Naïdji soient alignés, pourquoi pas, ensemble pour dynamiter l’OM. Chiche…

On peut parfaitement surprendre nos amis du Titteri comme eux l’ont fait au match aller, pour peu que nos joueurs s’appliquent à améliorer leur jeu, marquer des buts et que l’arbitre soit à la hauteur. Un arbitre international pas un stagiaire boudjléte et des linesman aboubristes. Tous les clubs rêvent de nous épingler sur leur tableau de chasse, mais nous, on leur réservera bien des surprises. Sur une bonne dynamique, l’USMA a les moyens de faire valoir ses atouts qu’elle a dans sa manche. Le stade Iman Liès sera le théâtre de la prochaine confrontation entre deux formations qui se connaissent. L’OM, auteur d’un nul chez les chachra d’Oran el Bahia, voudront prouver à leurs supporters qu’ils peuvent encore nous battre. Pourtant, jadis, rien qu’à l’idée de faire une tabla avec l’USMA, ils jubilaient déjà. Aux Usmistes de tirer les marrons du feu…

Hocine Boudaroua, Rue de la Mer Rouge, Alger Casbah…

Allô, Miloud ? Allô, Pilkor ? Allô Jbiber ? Hal antouma fel istima3 ? Wach rahtou ilimini, yak ? Cheh cheh Hammam Melouane…

Aya, tchao ya Sghar… Tah-ya Za-za-yer…

NDLR : Toute ressemblance avec des personnages ou des situations existants ou ayant existé serait purement fortuite.

Alger, 23 Mai 2021

Lu 331 fois

1 Commentaire

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'entrer toutes les informations requises, indiquées par un astérisque (*). Le code HTML n'est pas autorisé.