dimanche, 12 janvier 2020 17:00

Yennayer Potins…

Écrit par Djelloul Kahouadji, Rue de Toulon, Djamâa Safir, Alger Casbah…
Évaluer cet élément
(3 Votes)

LDC / USMA 1 – 2 Mamelodi Sundowns – L’exploit n’a pas eu lieu…
Pour pouvoir prétendre à arracher des victoires hors de ses bases, il faut être costaud, très costaud. Ce n’est pas le cas des Usmistes qui ont laissé passer l’occasion de ramener au moins le point du nul au pays de Mandela, puisque Meftah qui aurait pu être le sauveur du match, a complètement loupé son péno à quelques minutes de la fin de match. Dziri le Kid et sa bande sont passés à côté de la plaque même si plusieurs titulaires, pour diverses raisons, n’ont pas été du voyage à Pretoria. Mais bon, on ne va pas leur faire un procès. De toutes les équipes de l’USMA qui ont participé à la LDC, aucune n’a pu réaliser l’exploit même si Ifticen et Hamdi sont arrivés à la fontaine sans s’abreuver. Les deux rencontres restantes ne sont pas décisives car le Mamelodi Sundows et le Wydad de Casablanca sont les favoris du groupe et ont fait un grand pas vers les quarts de finale. Une fois de plus, le rêve s’évapore à mi-chemin. Faut alors retrousser les manches et penser à la programmation démentielle de Brutus Rass el khechba mettant Dziri et tous les Usmistes dans l’embarras car tout le monde nous attend au tournant…

LDC / Jiyaska 0 – 0 Raja – Sinane, le marchand de rêves…
Dur dur l’apprentissage de la compétition africaine et ce n’est pas avec un effectif peu pléthorique que Sinane ou ya Sinane compte décrocher la timbale. Voyons, soyons sérieux ! Le castor du Jorjra s’est planté d’abord en chassant Doumas le flambeur alors qu’il commençait à maîtriser le groupe. En ratant son casting durant le mercato estival, les apprentis dirigeants du club le plus titré de la planète ont compromis leurs chances de remporter ne serait-ce qu’un demi-titre cette saison. De luttes intestines en luttes byzantines, le prézidon des Kanaris kui-kui prend la poudre d’escampette faisant des folies berbères. Laisser tomber la maison kabyloise pour aller fêter Yennayer au pays de Dada Sam el marikani, cela s’appelle du mépris. Le nul face au Raja Beidaoui est la goutte d’eau qui a fait déborder le vase de Soissons. Souassoua ! Le prochain match de mise à jour jeudi face à l’USMA à Santodji risque, en cas de défaite des lions en carton-pâte, de foutre la pagaille en Berbérie et d’y installer un couvre-feu. L’adepte de Bacchus se verra alors interdire la Nouvelle Ville comme le lui a promis Zdimoh le blédard miss tadartiss. La fête de Yennayer a été gâchée. Oulach assegass amegass…

EMCIA 1 – 2 ESS – Boumarto est passé par là…
Les Stafias sont parvenus à damer le pion au Mkhazni et à ses pouliches se pourléchant les babines après le but de Ferfrioui. Touchés dans leur amour-propre, Ghacha, Boussouf et l’armada d’aiglons ont malmené les pôvres Miloudiettes. Koukillage, le coach des Black & White a instruit ses joueurs de ne pas faire de cadeaux même si plusieurs occasions de scorer ont lamentablement échoué. Mâalich, khalti Aldjia devrait aller revoir son tbib pour lui prescrire un autre traitement. Jabou, l’homme aux 500 millions par mois n’a inscrit aucun but depuis son arrivée. Yaaaye ! Il veut partir et fissa. Azzi goumari et Shafey qraqbouch jambes arquées ont pris la clé des champs au nez et à la barbe de Batrony. Sakhrou, Rass el bouga n’en fait qu’à sa caboche. Doumas le flambleur a été contacté pour rebâtir une équipe et un fond de jeu. Un jeu de hasard. Une véritable roulette russe avec les 150 milliards de budget engloutis chaque année par la Mahlabat el fakakir jettant le pognon par le vasistas, zkimi…

EMCIA-ESS – La pelouse cramée...
Mécontents de la défaite de leur équipe chirée face à Stéf de Boumarto, des énergumènes mazembistes du Moyen des Clubs Algériens, ont arrosé le terrain de Santodji par des feux de bengale. Plusieurs impacts ont été relevés lors de ce vandalisme gratouit par des écervelés rendant l’onéreuse pelouse dans un état lamentable. La direction de l’USMA devrait primo, envoyer une facture salée à la Mahlabat du club d’Attila pour les dégâts et le préjudice causés. Secondo, résilier la convention de domiciliation à Bouloughine entre les deux formations. Ces barbares de Conan de Bab El-Oued City devraient aller jouer ailleurs. Tiens, à Djebel Koukou ou du côté de la Carrière Jobert. Ce ne serait pas une mauvaise idée. On verra si la koumissioune de la CD va infliger une sanction exemplaire au Miloudia ou alors appliquer le minimum au tarif syndical. Le jeu de coups lisses en eaux troubles a déjà commencé…

La kouzina de Belcourt change de diriktour…
C’était dans l’air du temps de Nina Simoh. Finalement, le diriktour génénar du club de Lâakiba vient d’être congédié par le patron du groupe Madar Oualou. Dans la capitale française où il a saisi un avocat maîtrisant les arcanes du foot, le diriktour n’a eu finalement qu’à 4 mensualités de dédommagement, soit un p’tit milliard. Mséréfa. Le sikritaire du club au somage, est toujours à la recherche d’un bon employeur et d’un bon salaire. Ce ne sera sûrement pas à l’USMA, club de leurs premiers amours qu’ils ont troqué contre le Chabab qui les a renvoyés comme des malotrus. Un autre usmiste, Koko Ritchie le bouche-trou au lap-top offert par Hadj Farina, a pris la relève. Il pense que Paul le Poulpe, qui est passé lui aussi par l’USMA, est pratiquement acquis au CRPilcor dès sa libération du WAC Casablanca. A présent, on tente vaille que vaille de détourner Zouari. Décidément, ces peu courtois ont la phobie de l’USMA. Manque plus que le logo à nous rafler…

Dernière minute, Coupe CAF

Enyimba 4 Paradou 1 – La raclée...
Moussaoui, le gardien du PAC a pris 4 pageots dans sa musette. Une jolie raclée dont se souviendra l’ontrineur Charlo sans T même si Kadri a sauvé l’honneur en fin de match. Enyimba n’est ni l’USMBA ni le NAHD. Ce n’est pas le Paradou qui va nous contredire. Oui, les dirigeants de centre de Tessala Merdja en transférant quelques joueurs outre-mer, n’ont pas pensé à la relève. La pépinière étant à sec, l’on commence à recruter à droite et à gauche. Tout comme pour l’USMA, la Jiyaska et les autres écuries, il faut être costaud. Le PAC n’a ni stade, ni public et ça veut conquérir l’Afrique. Tarrr…

Djelloul Kahouadji, Rue de Toulon, Djamâa Safir, Alger Casbah…

Hé ho Kazouni, le flambeur mise gros… Khhh…


Happy Yennayer tout le monde ! Bon couscous, bonne rechta, bonne tchakhtchoukha, bonne trida et bonne tbikha fahssia pour les amateurs de ces délicieux plats de notre terroir…


Aya, tchao ya Sghar… Tah-ya Za-za-yer…

NDLR : Toute ressemblance avec des personnages ou des situations existants ou ayant existé serait purement fortuite.

Alger, Dimanche 12 Janvier 2020

Lu 1058 fois

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'entrer toutes les informations requises, indiquées par un astérisque (*). Le code HTML n'est pas autorisé.