jeudi, 10 octobre 2019 12:27

ANAREZ WALA NEKNU !

Écrit par Ipanema
Évaluer cet élément
(2 Votes)

 

L’USMA ne courbera pas l’échine et refuse le diktat d’instances clientélistes. Elle ne jouera pas ce match parce qu’elle refuse d’être lésée dans ses droits.
Si l’autorité est dans le camp des instances footballistiques, le droit est dans celui de l’USMA.

Pour pallier à une programmation anarchique, la LFP décide avec l’aval de la FAF de faire jouer les rencontres en retard durant des dates FIFA.
L’USMA n’aurait trouvé aucun problème à jouer son match retard à une date FIFA si elle ne se retrouvait pas privée de 5 joueurs convoqués en équipe nationale militaire. Des joueurs qui figurent régulièrement dans l’effectif appelé à jouer en compétition (nationale et internationale).
Une présence massive des joueurs usmistes au sein d’une sélection nationale militaire qui, semble-t-il, ne justifie pas le report d’un match.

L’article 29, alinéa 4, n’autorise le report d’un match que lorsqu’une équipe à plus de trois joueurs titulaires en équipe fanion convoqués par l’équipe nationale olympique. Ce qui laisse supposer que l’EN militaire n’est pas concernée par ce point des règlements des championnats professionnels de la FAF, même si elle est nationale et qu’elle s’apprête à représenter l’Algérie aux jeux mondiaux militaires de Pékin. En d’autres lieux et en d’autres circonstances, ce déni d’appartenance aurait valu à son auteur un chef d’accusation pour "atteinte au moral de l’armée" et aurait pu lui valoir une traduction devant les tribunaux.
Ces messieurs de la FAF devraient savoir qu’un règlement n’est jamais figé, qu’il est évolutif en fonction d’éventuels nouveaux éléments ou nouvelles situations qui viendraient à se présenter.
Est-il concevable de refuser le report d’un match à une équipe privée de cinq de ses éléments sous prétexte qu’ils ne figurent ni en sélection nationale A, ni dans celle des A’, ni encore dans celle des olympiques ? Le bon sens commanderait le contraire.
Mais pour une Ligue qui n’arrive même pas à maîtriser la programmation d’une compétition qu’elle est sensée gérer, le recours aux ukases reste la solution privilégiée quitte à fouler aux pieds ses propres règlements.

Par ailleurs, ces mêmes règlements des championnats professionnels en leur article 29, alinéa 3, stipulent que le championnat de Ligue 1 s’arrête durant les dates FIFA.

Suffisant pour ne pas faire jouer de matchs durant cette période même si la LFP accumule des rencontres en retard dans la compétition qu’elle "gère".

Dans la précipitation, sans doute, le bureau fédéral a accédé à la demande du président-bourlingueur en l’autorisant à faire jouer les rencontres en retard durant les dates FIFA.

Seulement, la FAF et son bureau fédéral devraient savoir qu’un accord, même écrit, ne suffit pas à annuler un point d’un article de règlements qu’eux-mêmes ont rédigés. Il aurait fallu pour cela procéder à une modification du contenu dudit alinéa en l’amendant ou en procédant à la publication d’une décision annulant et modifiant l’alinéa en question.
L’USMA n’entend pas disputer son match retard devant le MCA, ce samedi. Elle ne le fera pas pour la simple et unique raison qu’elle n’a pas l’intention de se faire marcher sur le corps en acceptant la décision inique des deux instances du football national l’obligeant à jouer ce match en dépit des règlements qui la protègent.    

 

Par Ipanema    

Lu 722 fois

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'entrer toutes les informations requises, indiquées par un astérisque (*). Le code HTML n'est pas autorisé.