vendredi, 20 avril 2018 20:35

CSC 2 - 1 USMA : Bouzerar mis à l'index !

Écrit par
Évaluer cet élément
(0 Votes)

L’arbitrage algérien laisse à désirer. Celui de Bouzerar est venu confirmer la faiblesse d’un corps souvent décrié à juste titre.
Aujourd’hui, au stade Hamlaoui de Constantine plein comme un œuf, l’USMA avait largement les moyens de revenir avec les trois points du succès si l’arbitre Bouzerar n’avait pas mis son grain de sel. Il expulsa d’une façon très sévère Abdellaoui à une poignée de minutes de la mi-temps sur une faute qui méritait tout au plus un carton jaune (poussette sur un joueur constantinois qui en rajouta une couche en s’affalant de tout son long sur la pelouse) et récidiva en toute fin de partie en faisant de même avec Benguit qui contesta (sans doute d'une façon incorrecte et véhémente) sa décision de laisser le jeu se poursuivre alors qu’une action litigieuse venait de se produire à l'intérieur de la surface de réparation constantinoise à la suite d’un centre de Benkhemassa.
La réaction de Benguit est condamnable à plus d’un titre et il ne s’agit pas là de la justifier, mais avouons que les décisions incohérentes de Monsieur Bouzerar ont incontestablement contribué à l’énervement des joueurs usmistes.
Dans une rencontre où les occasions de but ont été presque exclusivement du côté des Rouge et Noir, les constantinois visiblement ligotés par l’enjeu du match ont été loin de justifier leur place de leader.
Beldjilali et Ardji auraient pu donner l’avantage à leur équipe dès les vingt premières minutes mais la bonne forme de Rahmani et sa baraka ont évité le pire à son équipe.
A trois minutes de la fin du premier half, premier coup de théâtre. Abdellaoui qui avait bousculé un joueur constantinois est prié de quitter le terrain. Injuste expulsion du défenseur central usmiste alors que l’USMA contrôlait le jeu.
En seconde mi-temps, les Rouge et Noir, bien que diminués, jouent en contre et arrivent à ouvrir le score par l’inévitable Darfalou qui, après avoir brûlé la politesse à son ange gardien, fusille le gardien Rahmani (51’).
L’avantage au score pris par les usmistes va être de courte durée puisque, deux minutes plus tard, un centre effectué à partir de la droite par un attaquant constantinois est mis dans sa propre cage par Cherifi, qui avait pris la place de Beldjilali (53’).
En dépit de ce coup du sort et de son infériorité numérique, l’USMA ne ferme pas le jeu et continue d’attaquer. Darfalou est tout près de redonner l’avantage à son équipe mais Rahmani sauve encore une fois son équipe.
A la 88ème minute de jeu, les usmistes réclament un pénalty sur une action litigieuse qui s'était produite à l'intérieur de la surface de réparation constantinoise. Bouzerar fait signe de continuer et expulse dans la foulée Benguit qui avait, sans doute, protesté d’une façon trop véhémente au goût de l’arbitre. Fragilisée, l’USMA finit par céder dans le temps additionnel en encaissant un deuxième but (90'+3) et s’incline dans un match qu’elle n’aurait jamais dû perdre.

L’USMA a évolué dans la composition suivante : Zemmamouche – Meftah – Benmoussa – Chafaï – Abdellaoui – Benkhemassa – Ardji (Meziane) – Benguit – Darfalou – Beldjilali (Cherifi) – Yaya (Koudri)

Lu 1536 fois

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'entrer toutes les informations requises, indiquées par un astérisque (*). Le code HTML n'est pas autorisé.