lundi, 15 octobre 2012 16:03

Le dernier tango de Gamondi !

Écrit par Ipanéma
Évaluer cet élément
(1 Vote)

Gamondi irrite. Il irrite tellement que son crâne dégarni et luisant ne semble plus revenir à bon nombre d’acteurs de la vie sportive.

De la bonne bouille qu’on lui reconnaissait, on en a fait la tête de turc du football national.

Gamondi irrite d’abord ses dirigeants, qu’il met dans une situation inconfortable vis-à-vis des responsables du football national.

Dans la foulée, il critique son employeur qui recrute sans le consulter.

Il est aussitôt convoqué à Dar El Beïda où il se fait remonter les bretelles. A l’issue de l’entretien, son employeur prend le soin de déclarer à la presse que l’argentin est conforté dans son poste dans un souci de continuité et de stabilité. Une stabilité qui a auparavant emporté Ollé-Nicolle, Ighil,…

Quelques jours plus tard, le Charles de Beaumont qui griffonne sur les colonnes d’une feuille de chou réputée pour ses écrits nauséabonds, s’autoproclame censeur national et pond un billet qui cloue au pilori le coach usmiste.

D’un aplomb à faire rougir le plus zélé des laudateurs, notre chevalier d’Eon national lui intime, irrespectueusement, l’ordre de se taire et lui suggère de changer de métier.

La direction usmiste reste muette. Elle doit certainement être occupée à chercher le futur remplaçant du coach usmiste...

En début de semaine, la commission de discipline de l’hyperprotectrice FAF, véritable bodyguard du sélectionneur national, décide d’auditionner le coach argentin.

L’article 78 du code disciplinaire du football, qui n’a de professionnel que le nom, est brandi comme une épée de Damoclès sur la tête de l'argentin.

L’obligation de réserve n’a pas été observée et il risque une lourde sanction. La sentence n’est pas prononcée, sans doute différée en raison de la qualification obtenue par les Vert.

Là aussi, la direction de l’USMA se confine dans son mutisme désormais légendaire. C’est tout juste si Gamondi est accompagné au siège de la FAF. Le limogeage de l’argentin se précise…

Entre temps, le sélectionneur national sera allé de son arrogance et de son mépris habituels, pestant contre Gamondi à qui il reproche de trop l’ouvrir. Dans ce cas précis, l’obligation de réserve n’est plus de mise. Elle devient sélective.

Pour un entraîneur (Gamondi) qui essaie de travailler dans les meilleures conditions possibles pour atteindre les objectifs qu’on lui a fixé, avouons que c’est beaucoup. Trop même !

Un entraîneur à qui on emprunte, régulièrement, ses meilleurs éléments, le temps d’un regroupement qu’organise un sélectionneur national pour atteindre, lui aussi, les objectifs que lui a fixé son employeur.

Et lorsqu’un entraîneur est privé d’une partie de ses moyens, qu’il éprouve des difficultés pour préparer son équipe et que cela se fait ressentir sur le rendement de son équipe lorsqu’elle joue, il râle. Forcément !

Qu’est-ce qui différencie Gamondi de Halilhodzic ? De prime abord rien, puisque tous les deux exercent le même métier avec, toutefois, des objectifs différents. Les deux touchent de grassouillets salaires et ont des comptes à rendre à leurs employeurs.

Alors, pourquoi bâillonner l’argentin et laisser le bosniaque n’avoir aucune retenue ?

Demain, à Sétif, Gamondi risque de danser son dernier tango. Une défaite scellerait, probablement, définitivement son sort même si une stabilité de façade a toujours été prônée par la direction usmiste.

Il est certains silences qui ne trompent pas…

Lu 2767 fois

4 Commentaires

  • Lien vers le commentaire mustapha houcem mercredi, 17 octobre 2012 07:35 Posté par mustapha houcem

    bonjour moi je ne pene pas que c est hlilo qui la cause de la defaite vu l effectif de l usma c est bien la faute des diregeant et a leurs tete rebouh tous nos jeunes talents ont etaient preter au different club cela jouent pour la couleur noir et rouge on n a jamais vu un club recruter toute une equipe avec renplacant meme pas au zimbabwe donc ou est la realite footbalistique

  • Lien vers le commentaire fazil kasbadji mardi, 16 octobre 2012 20:20 Posté par fazil kasbadji

    notre chere usma a perdu son match contre setif malgre une prestation de haute facture..a mon sens c'etait encore un revers bien attendu..halilo y est pour beaucoup..convoquer 8 joueurs..en faire jouer qu'un seul 13 minutes..et les restituer lessives et moral a plat..aujourd'hui ils ont fait banquette contre l'ess..bravo halilo mission accomplie..sa prime va tripler certainement..battre la petite lybie puis mettre a genoux l'usma..bessahtkom...on attendra notre tour pour prendre notre revanche..

  • Lien vers le commentaire allilou fouad mardi, 16 octobre 2012 14:27 Posté par allilou fouad

    HALLILO ce prend pour ce qu'il n'est pas ila une grosse bouche et se prend pour un supérieur par rapport aux autres mais son complexe d'infériorité il le montre très bien envers LEMERE qui n'a qu'un seul joueur en sélection mais avec qui dialogue alors que GAMONDI qui a 7 joueurs dont le meilleur gauchi actuel a qui il a préférait un droite en défense niet sauf des science d'athelitisme la veille d'un match

  • Lien vers le commentaire kaddour kafka mardi, 16 octobre 2012 09:52 Posté par kaddour kafka

    Il est vrai que pour ma part Gamondi n'est pas l'entraineur qu'il faut à l'USMA, Je précise que je l'ai déjà dit à plusieurs reprises dans ce forum mais force est de constater que dans ce cas précis il est lésé même si on doit donner la primauté à l'équipe nationale, et sa prétendue convocation pas la CD de la faf est à mon sens totalement inappropriée, c'est plutôt ridicule. Quant aux Haddad je crois que nous commençons à voir leur réel attachement à l'USMA!!!!!!!!!!!!Je souhaite de tout cœur me tromper sur ce dernier point mais.....

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'entrer toutes les informations requises, indiquées par un astérisque (*). Le code HTML n'est pas autorisé.