Actualité

Actualité (1609)

Évaluer cet élément
(3 Votes)

L’USMA et Lalla la Coupe – Avant de se déplacer à l’Ouest d’Eden, Relizane ou Bel-Abbès, l’Itihad Chouhada accueillera les Aurésiens du CAB de Batna dans « notre Sefouhi » de Santogi. Hé oui caporal Nazar, chacun son tour yak, en attendant le match retour dial championné. Zagatt âalikoum, ehhh ouâalikoum, ouâalikoum leblindi. Inutile de faire déplacer vos supporters, car San Siro affichera complet, cinima Plaza, film sioufa, chbeb, les places rahom gâa mahkoumine. Bien sûr, la diligatiou batnéenne aura son quota de places fla tribune officieuse côté visiteurs. Kima dartoulna fel Parc des Princes dialkom. Makache mouchkel. Après match, kayane collation : gazouzettes, jus, mille-feuilles et des éclairs fourrés à la crème pâtissière. Lebnawane ya bladi. Aya, ensuite on vous souhaitera bonne rentrée à Batna, ya choumi... A chacun son Sefouhi…

Ali Baba et les 40 boulistes – Loulbarah, le murdjadjiste pleureur chez son walili, était présent lors du tirage au sort des 8e et 16e de finale de coupe d’Algérie. Choufouni, rani jit. Bien sûr, baraqué comme un videur de K barré, oops, il cherchait en vain tonton Rebouh pour le provoquer et réclamer soit disant un p’tit milliard pour relooker son bouiboui. Manque de pot, Rebouh occupé par ses affirates, délégua deux malabards, Tchico Meftah et Salah Allichou à Ain Benian. Façon diplomatique de noyer le poisson dans les eaux troubles de Bousfer-Plage… Tadi rih wal courant d’air ya Baba Cool…

Jiyaska : La purge a commencé – Zdimoh, encore sous le choc après la flifla gnawiya ingurgitée face à l’OMarsilia, oops, l’OMédéa, a déjà commencé la purge à la hussarde en résiliant les contrats de Ziaya, Benkablia et Harboucha. D’autres joueurs dans le collimateur se verront congédiés durant le mercatito. Des membres des différents staffs feront eux aussi partie des partants (coucou Allalou, coucou Nedjimi). Zafoura indésirable, a préféré partir en catimini alors que Gaouaoui, l’enfant de DBK voisin de Malik Raiah, se verra remercié par khali Moh, pas convaincu de son travail. On fait les yeux doux à Benhaha qui a fait ses classes fi Spania et à l’UZMA. Lakhdar Adjali en somage technique, secondera le tounsi Hiboussa qui fera probablement appel à un compatriote pour prendre en charge le volet physique. Leur rémunération se fera en dinars oui mais tunisiens. Mais bon, kayane les cambistes à la rue de la Paix à Tizizou sinon au Square. L’absence de Bouzlilef, un pied à Levallois biriri l’autre à Sidi Valoua, va débloquer chittoh idghimen, à titre de prêt s’entend, aux fins de recrutement pour ne pas désabuser son prézidon, le toisant d’un certain œil. La réalisation du centre de formation est renvoyée aux calendres gréco-berbères…

Jiyaska : recrutement compliqué – Le prézidon blédard veut ratisser large durant le marcado hivernal. Mais ce qui est invraisemblable, c’est que l’on pense d’ores et déjà à battre le rappel de certains joueurs pourtant marginalisés, méprisés, chassés du club. Seddiki, Yesli, Lamhane alors qu’on regrette Mekkaoui, Ziti, Dakhdoukha, Harrouch, Remache, Benmelouka, Rahal, Bencherifa, Gasmi, Boulemdais, la liste est longue, trop longue. On ne fait pas du neuf avec du vieux pour tenter de sauver les meubles. A présent, on rôde autour de Sayoud. Inutile de se fatiguer. Amirou est in-trans-fé-rable. Pas un seul joueur de l’USMA ne sera libéré car les Rouge & Noir ont un calendrier chargé jusque-là. Donc, allez faire votre marché au souk de Bouzguène ou à la superette du coin… L3âm al djay mâ Boufarik, Ain Fakroun, Bousâada et peut-être même Kouba drivée par Zemiti. Farid a tourné la page mais n’est pas oublieux…

Mahlabat el Miloudia – Omar Zatlaoui, cabochard de naissance, n’est pas content de la tournure qu’a prise khalti L3euldja en mettant de nouveaux pions-espions dans l’échiquier de la Mahlabat el Miloudia. Un nouveau diriktour malia pour scanner toutes les factures et les bons de complaisance gonflant un énorme trou financier. Kima dial Benak et Bouzaréah. Une nouvelle tête bégayante, parlant peu et mal, ne retrouvant jamais son jargon stéréotypé sur sa feuille vierge, zâama consultant sportchif itinérant, Mazmouza pikinini himself, sautillant de télétubies à Sounagazoil. Pour avoir patte blanche au resto du club du cœur pour un sandwich-kouka, il faudrait discrètement surveiller ce qui se passe dans cette auberge espagnole made in Benidorm. Ben oui, le prochain voyage d’agrément se fera dans la péninsule ibérique. Les vitamines 1er choua dont raffolent les joueurs verde leone sont en promo : 25.000 euros le carton périmé. On envisage également de ramener 400 pneus tubeless puisque les prix vont flamber dès la bounani… 3îch ya fekroun fi bled chlada…

Match de mise à jour...

MOB 0 MCIA 1 – Les Mobistes impuissants fe naziâati gharkane… Démoralisés, de défaite en défaite, désormais, tous les matchs se ressemblent pour les Tikourbabistes. La tête ailleurs mais les deux pieds littéralement en ligue inférieure. Ils peuvent être rejoints par la Jiyaska, le voisin du bled qui est premier relégable et Ghilizane qui est en instance… Ainsi va le foot…

En Ligue 2, Mounir Zeghdoud a piégé Dziri Billel à la 88’ en inscrivant l’unique but de la rencontre au profit de l’US Biskra face au WAB à Boufarik même. Amère défaite pour les gars de la Mitidja… La deglet enour des Zibans a eu le dessus sur la zlabia locale… Ayaw tchina, ayaw el mandarine…

Décidément, on ne sort pas du triangle du diable. Après Benak et Bouzaréah, c’est au tour de Hydra la tchitchi. Non pas pour un nid de poulettes mais pour un trou, plutôt un gouffre financier, de quelques mlayards que Omar Zatlaoui n’a pu encore justifier d’où la nomination d’un nouveau kontabli. En sus, Mazmouza fait de l’ombre au crâne rasé. Y’a déjà de l’électricité dans l’air… Addo triciti… Berred ya âatchane… Dja l’ma…

Tah-ya Za-za-yer… Aya tchao ya Sghar…

Ferhat Benferhat, 04212 Ain Ferhat, W. Oum El Bouaghi…

NDLR : Toute ressemblance avec des personnages ou des situations existants ou ayant existé serait purement fortuite…

Évaluer cet élément
(7 Votes)

Ghir bola w boléta - Les matchs de la 13e journée…

JSK 0 OM 1 – Le syndrome du 1er Novembre a encore frappé… La malédiction scoumouneuse ne lâche pas les kanaris kui-kui du Jorjra keskissik park. Le spectre d’Ebossé plane toujours dans le tchunnel du stade de Tizizou. Sinon, comment s’pliquer cette poisse, cette tab3â, depuis le début de saison. Aucune victoire, 6 matchs nuls et zitouna sur aghrom akorane, une cinglante défaite face aux Lemdani qui aurait pu être lourde. Graaave ! Méconnaissables, les joueurs jiyeskistes sont seuls responsables de cette débâcle. L’ontrineur Hiboussa n’a absolument rien compris malgré la victoire piège mmais douteuse de Constantine qui les a leurré… Da khassar…

Zdimoh s’est mis à rêver à jouer le titre et le sous-titre. Médéa n’est pas Tissemsilt ni Sahoula ya khali Moh. Lorsque vous voyez 11 marionnettes sur le terrain plus les remplaçants, des kar3îne lam3îze capricieux gambader sur la pelouza vert olive, y’a de quoi se poser des questions. Stade archi-comble, oops, archi-vide. Les supporters boudent, ne veulent plus cautionner cette mascarade qui commence à faire jaser dans les dechrate les plus reculées de la Grande à la petite Kabylie en passant par Bouira jusqu’à Cherchell Ichenouiyen. Même Agadir Tachelhit a une ammezough branchée à Tizi radio ti-snath… Ach-hitt…

A cette cadence, les deux clubs phares de l’ancienne Berbérie riche en figues de barbarie et de karmous, se tiendront la main pour faire le grand saut dans le gouffre des Abysses. Plus grande sera la chute et plus dure sera la remontée à la surface boueuse de l’oued Ksari. Zdimoh parle d’un sandjma radical. Quel sandjma ? A moins d’un miracle et on n’est pas dans la fameuse cour, ni dans le côté b’hira, les dirigeants kabylois yak ya Bouzlilef, un peu novices sur les bords même si le prézidon semble mer’hi mais hors du coup, dépassé par les événements. Trop de fautes ont été commises ces dernières années et on a l’impression que l’on ne retient pas les leçons. Arrêtez de flouer les supporters, dépités par cette bouffonnerie, las d’entendre toujours les mêmes discours de berrahine se renflouant la douara et les poches. Même Aouichino s’est éclipsé laissant Zina la tignasse commenter le match sur radio Jbiber… Al bouch-hitt…

Le ver est dans le fruit. C’est une véritable thérapie qu’il faut pour sortir de ce marasme qui ronge la Jiyaska depuis belle lurette. L’opposition, le manque d’argent (le nerf de la guerre) par les collectivités locales, les sponsors fuyant l’entourage devenu malsain, la gestion catastrophique du club gorgé d’aventuriers, d’opportunistes et de mercenaires sans scrupules, avides du gain facile, des affaires loulouches et des visées mercantilistes (boutikates et bouftikates du nouveau stade de Boukhalfa). Si l’on n’est pas prêt de crever l’abcès, de barrer la route à cette vermine, alors le fruit pourrira jusqu’au dernier pépin, jusqu’à la dernière fibre, puis jeté à la zoubia municipale dont même les rats n’en voudront pas car ils ont déjà quitté le navire qui sombre à vue d’œil, sans périscope. C’est pas un scoop… Mayday, mayday…

Les joueurs recrutés en grande pompe, les surprises du mercato, les pétites, les pépitos et les miki rémunérés à coup de millions, n’ont été qu’un flop de plus. Le flop de trop amplifié par des journaleux à la solde de la Barbichette. Que chacun retourne chez soi en remboursant le trop perçu. Allez hop, pas de tech’hame, plus de tech’hame yal ghouwala. Lamhane fait les beaux jours de Médéa après avoir été chassé de Tizi. D’autres aussi. La différence est de taille : l’OM caracole dans le podium, la Jiyaska coule à pic et pic et colégram, amstramgram, bour et bour et ratatam. Quel sacré ramdan ! Je ne dirais pas qu’il faudrait faire la chasse aux sorcières (de Salem) mais pendant combien de temps tiendra encore le radeau (de la Méduse) de fortune ? Comme l’a dit Sarko et Vanzetti, il faut se débarrasser de cette racaille en nettoyant tout ça à l’aide d’un kärcher au sable de rivière… Awid deux camions de Taksebt…

La direktioune devrait plutôt réfléchir à une refonte du club de la base au sommet. Tout le monde est dans l’unique œil du cyclope en traversant la dangereuse nébuleuse spirale : pseudo-dirigeants, différents staffs, employés, s’hab el kouzina, sikritariat, chouafra, magazini, âassassine stade wal birouwate, les boniches de la résidence-club, les jouwara ainsi que les accompagnateurs occasionnels rémunérés ou zâama bénévoles, les faux stadiers en chasubles fliou avec de faux numéros, les meneurs, les démeneurs, les ramoneurs, les marchands de foumigines, gravitant autour de tafounast à traire par ces temps de vaches maigres. Les cartons d’invitation de la tribune officieuse distribués aux potes, les kasse-krôte et les repas dial gallou, les voitures de service, les bus réquisitionnés, les bons d’essence, les abus de téléphone, les chambrées, les soirées et veillées aux trois cocotiers et beaucoup de choses à revoir… Akigoura…

Mieux vaut s’abstenir de jouer la coupe de la CAF car ce serait un véritable désastre et une tbahdila en plus pour le club le plus sous-titré du bled, selon les écrits de Abdallah le forgeron, N. Boumâ3lioua3mar et d’autres scribouillards laiteux aux ordres du blédard. Reconstruire le club avec des compétences, des gens intègres qui viennent servir et non se servir au dos de la Jiska. Jouer le maintien n’est pas une honte même si une descente aux enfers devrait arriver. Il faudrait au contraire, faire un pas un arrière pour mieux rebondir avec une nouvelle mentalité, une meilleure assise. Donner la chance à la pépinière kabyle et cesser de renchérir la venue de tel ou tel joueur. Basta le bricolage ! Où est donc passée la fierté kabyle, la fierté des kabyles ? Arrêtons de se mentir à soi-même car à chaque chose malheur est bon. Faire le ménage devient une nécessité impérieuse. Il faut que ce soit propret comme un sou neuf, clean, partout partout. Bien sûr, il faudrait s’entourer d’hommes. D’hommes, pas d’hommelettes. Sinon, bonjour timallaline, bonjour les dégâts ya khali Moh… Anwa wigui, Imazighen…

Ma yabka fel oued ghir hdjaro ya djaro…Djari ya Hamouda (coucou Hiboussa dial JSKairouan !)…

ESS 4 MOB 2 – Rahmani adore les pageots… Les mlâabia Stafias ne se sont pas posé trop de questions. Ils sont allés directement à l’abordage harcelant le goal-keeper hmama dans sa chebka ya Rahmani. C’est le maillon faible des Crabes adorant barboter dans la mare aux canards côté Coquette-Seraidi sans pincettes. En prenant l’eau de toutes parts, les Mobistes se compliquent l’existence et risquent d’hiberner longtemps dans la peu reluisante dernière place. Oui, on le sait, 3 matchs retards sont à disputer. S’ils veulent vraiment sortir la tête de l’eau et respirer un p’tit chouïa l’air d’Ifri Ouzellaguen, alors il faut battre le Miloudiat el âaasma mardi prochain à huis clos à Stéf. Sinon, il faut appeler un plombier pour d’autres dégâts des eaux… Balakou takhasrou…

MCA 2 RCR 0 – Relizane s’incline avec un arbitrage achoureux… Le résultat aurait pu être en faveur des visiteurs n’était-ce l’excès de zèle et le coup de pouce du referee qui a fait basculer la rencontre à l’avantage des kilotate green corsage. En plus, privant les camarades de Tebbi d’un péno flagrant délire. C’est tout ce que l’on retiendra de ce match qui s’est déroulé sans public. La CD de Hamid el djadja aurait dû sévir contre ce club récidiviste pour un huis clos jusqu’à fin de saison, puisqu’il y avait envahissement de terrain et du grabuge lors du match Miloudia-Sawra. Le prézidon de la koumissioune étant soi-même un chiffonnier de l’ex-RUA-GLEA, la suite on la devine… Yaw fakouuu…

MCO 3 JSS 1 – Réveil brutal des Chachras… Ben oui, après la pause citronnée, sermonnés par coach Omar, ouled Sidi Houari vont tarabuster les Saouris en leur mettant tlata fel boursa. Menant à la marque dès la 4’ par l’ex-usmiste Bourdim, les Bécharois ont raté une belle occasion de ramener ne serait-ce qu’un petit point dans leur mouzita. Ils se sont plantés et ont dû abdiquer en encaissant 3 bioutes et l’addition aurait pu être encore melha. Provisoirement, le Miloudia d’Oran, après 20 ans de disette, se pavane à la première place. Les poursuivants restent tout de même à l’affût avec le trio USMA-OM-MCIA, dans le même sillage, Sacia reste en embuscade… Wah, chibania, ghadi ndirou zerda lyouma…

USMH 1 CRB 1 – Semsouma perd 2 points, Lâakiba jubile… Lakroum boulahya, l’enfant de Bir-Ktouta, encore lui, répond à sa manière en envoyant valser deux défenseurs Harrachis l’un à Boumati, l’autre à Belfort, le troisième, retardataire, a atterri à Sankori. Le portier Zeghba le grec apprenait à nager sur le dos sur un air de sirtaki cher à Antony Quinn, le bossu de Rome. On accuse Boukassa, l’arbitre hmamdji, de ne pas avoir sifflé un péno pour Semsem lâab ihabbal. Dans le doute, abstient-toi habibo, et c’est exactement ce qu’a fait le directeur de jeu bien qu’il ait tort. Son linesman a dû lui chuchoter kèk chose dans l’oreillette. Le nul arrange bien sûr le vieux Chabab, y compris Badi Zakou, debout, inquiet durant toute la rencontre. Les poulains de Boualem chnaifi ont mal digéré cette tabla… Le ham lahlou bel berkok de la kouzina belcourtoise était vraiment indigeste…

NAHD 2 DRBT 1 – Les Nahdistes y ont cru… Les Tadjenanetis ont donné des sueurs froides aux Milahates de la rue de Tripoli et surtout à Ali Michou, le pote à Jbiber Lamnakri. Le remuant Walid coq Ardji (face au Bristol), a été pour beaucoup dans cette victoire si précieuse qui permet de respirer en espérant de jours meilleurs. Bougharghara frustré de la tournure de la rencontre, accuse le referee Arab d’avoir privé le Difâa de 3 pénos. D’après lui, Tadjenanet est une petite équipe et les petites équipes sont toujours lésées par les arbitres et les coulisses… Lyamine, matkhafch, petit club deviendra grand…

CAB 0 CSC 0 – Les Clubistes ratent le coche… Une équipe qui attaque, l’autre colmate les brèches, une équipe qui joue, l’autre contemple les monts des Aurès. Caporal Nézar le lézard, la zermoumiya, d’autres disent zerzoumiya, c’est du pareil au kif, pense que ce faux-pas est dû à la sortie prématurée 6’ de Baggio bouzâaka. Allons, allons, lorsque c’est l’USMA, on sort les grinate, mais quand c’est une autre formation, on se fait tout petit. Tes arguments ne tiennent pas la route et le prochain match dans le paradis de Sefouhi, tu risques d’entendre pas mal de jolis noms de zoizos des supporters de Barika, M’chounèche et de la région chaouie… Attention, le vent des Aurès commence à tourner…

Couvre-feu dans les foyers kabylois… Le club risque de couler alors on tente de recruter des maîtres-nageurs avec palmes, the mask et tchube… L’heure est grave… Le cauchemar continu…

Tah-ya Za-za-yer… Aya tchao ya Sghar…

Djamel Ramdani, 21425 Ramdane-Djamel, W. Skikda…

NDLR : Toute ressemblance avec des personnages ou des situations existants ou ayant existé serait purement fortuite…

Évaluer cet élément
(5 Votes)

USMBA 2 USMA 1 – Des Usmistes bien frêles… Paul Put a bien du pain sur la planche et doit vite, fissa, trouver d’autres remèdes pour éradiquer ces carences, ces faiblesses, ce manque de réalisme, ce manque de génie, cette fébrilité, cette stérilité, cette nonchalance cycliques dont des joueurs ont été touchés, contaminés. Oui, je sais, makache z’har, l’arbitre et tout le bataclan. Que nenni ! Pas de faux-fuyants car l’entraîneur a bien mis en garde son groupe lors des séances de visionnage et de débriefing. Moha Hamdoud qui est venu pour apprendre, selon ses propres dires, devrait lui aussi mettre la main à la pâte pour nous sortir du fournil du pain doré avec du sanoudj bien croustillant… Ara zoudj maouniss yaouled… Nous, c’est l’USMA…

L’entraîneur n’a ni baguette magique, ni potion magique, ni élixir envoûtant, ni hantite, ni âaqaqar dial chenouia. Les coéquipiers de koptane Zemma devraient donc se ressaisir et rester toujours vigilants, alertes car tous les clubs, y compris les cendrillons de coupe, nous attendent au tournant Rovigo. Le chemin est plein d’embûches, chaque terrain adverse est miné, l’adversaire ravi de nous faire baver et nous accrocher à son tableau de sache, heu non, de chasse. Y’a pas le feu mais la fumée, dokhane, commence déjà à pointer à l’horizon telle la naissance d’un cyclone en pleine mer démontée après un violent orage. On respecte certes l’adversaire mais pas au point de le mettre en confiance et se faire surprendre comme des débutants, ensuite s’énerver inutilement et engendrer une amère défaite face à des équipes qui ne sont pourtant pas des foudres de guerre… Après la pluie, le beau temps… Nous, c’est l’USMA…

L’Ittihad Chouhada a toujours été et restera une équipe à battre et à abattre. Kima fel Casbah fi waqt listi3mar, waqt fafa, Massu, Bigeard, capitaine Sirvent et ses Zouaves, les gardes mobiles dial Bab Jdid. Cela, on l’a remarqué puisque tous les adversaires du jour veulent en découdre pour nous épingler en jouant le match de la saison, de leur vie, de leur histoire. Une victoire face à l’USMA ne leur donne pas des ailes mais juste une revanche dans l’air du temps, comme par exemple l’USMBA ya haouji yana, qui a pris anadak 8 buts à 1 et le CAB lahrissa, ya choumi, éliminé en finale de coupe d’Algérie au khamsa jouilia âam âam. Donc, chaque club fait ses p’tits calculs d’épicier. Le maire, l’adjoint-maire, le sous-préfet, le préfet, le wali-délégué, le délégué du match, le commissaire au match, les arbitres, les journaleux, viennent même rendre visite au club local, réconfortant tout ce beau monde avec une prime pleureuse à la clé. Une victoire sur les Rouge & Noir et c’est la fête au village… A Bel-Abbès, c’est connu… Nous, c’est l’USMA…

On notera que Ghislain laghzal et son compère Abdellaoui idaoui, pour cumul de cartons, seront absents face aux Staifia vendredi prochain, jour de kseksou-mouton et berboucha-pouli rotchi. Une rencontre toujours indécise face aux Aigles black & white mais qu’il va falloir remporter coûtse que coûtse car ni Sacia, ni Kadouris, ne nous ont jamais fait de cadeaux. Il nous faut donc rouler ces aiglons comme ce bon couscous devenu berkoukès fel keskès avec un qaffal pour empêcher lofar d’échapper de la qadra. Al hassone, n’oublions pas el harr ya bnama, el harr. Ensuite, un long déplacement par vol spécial chez les Bécharois qui nous attendent avec une dobbara bien saucée, bien h’rorée. Non, ce n’est pas du persan, khorei. Nonobstant les tours des 16e et 32e de coupe d’Algérie, les Usmistes après la bounani de mama Nawal, le stage hivernal d’Ifrane en altitude au pays de Ba-Doudou, deux matchs se dérouleront extra muros : Béjaia et Relizane. On se frotte déjà les mains sans prendre de mitaines pour laver l’affront des matchs aller… Tzaguet alihoum… Mais nous, c’est l’USMA…

Seulement, Paul Put alias le Poulpe, al qarnit sauté à l’ail-persil-zit zitoune, le coach des Rouge & Noir, devrait sermonner les Abdellaoui, Guessan afin d’être à l’avenir moins impulsifs et ne pas trop rouspéter avec le referee, en donnant le mauvais exemple à leurs camarades et poser problème au staff technique. Beaucoup de carences ont été relevées dans le jeu et le comportement des Usmistes. Les joueurs devraient adhérer à la philosophie de leur entraîneur en étant attentifs, assidus, disciplinés, plus volontaires, « grinteux », car compétent et déjà adopté par le public connaisseur de l’USMA. La balle est dans leur camp. Les places seront chères yal khaoua, plus chères dès le prochain mercato où il y aura de belles surprises… Avis aux amateurs… Nous, c’est l’USMA… Hi-Haaa…

Après le trou chemmah de Benak-Zeralda, Omar Zatlaoui a creusé un tchunnel kima tomba ou topa (la taupe) comme disent certains, pour aboutir du côté de Bouzaréah, sur la route de l’Observatoire menant au Village Céleste. Comme c’est un frimèche frimeur, il n’a pu éviter le mur de soutènement s’écrouler sur sa tête de cabochard. Khoud yal grelou… Berred ya âatchane… Dja l’ma…

Tah-ya Za-za-yer… Aya tchao ya Sghar…

Smaïl Bensmaïlou, 42415 Bou-Ismail, W. Tipaza…

NDLR : Toute ressemblance avec des personnages ou des situations existants ou ayant existé serait purement fortuite…

samedi, 03 décembre 2016 23:42

Ali Hammache, un autre Usmiste nous quitte…

Écrit par
Évaluer cet élément
(3 Votes)

L’ancien soigneur de l’USMA, après un combat inégal avec sa maladie qui le rongeait depuis quelques temps, vient de rendre son dernier souffle ce matin-même en son domicile d’El-Biar à l’âge de 70 ans. Il était retraité paramédical du CHU Mustapha où il exerçait dans le pavillon de la CCI. Connu, archi-connu dans l’établissement hospitalier et ailleurs, il se pliait en quatre pour rendre service aux potes et aux amis de ses amis, y compris en dehors de ses obligations professionnelles…

C’est dans son service même que les enfants nécessiteux pris en charge par l’USMA sous l’ère Saïd Allik, défilaient un à un en gandoura, babouche et chachia, le 27e jour de chaque mois de Ramadhan pour la traditionnelle circoncision. Ali était au four et au moulin, fatigué mais radieux et surtout content d’avoir accompli son devoir envers des familles venues des quatre coins des quartiers populaires de la capitale et des banlieues environnantes…

Soigneur du club de ses amours depuis 1978 après avoir pris la relève de son collègue et compère feu Saïd Koukou, il ne ratait jamais une rencontre de l’USMA. A Bologhine, un autre jour de Ramadhan anadak, il a évité le pire à Farid Mouaci l’empêchant d’avaler sa langue après un coup malheureux de Zeraia (USMA-RCK). En voyant cette malheureuse scène, le public demanda à l’arbitre de siffler la fin de la rencontre alors qu’il restait encore environ 5 minutes de jeu du temps réglementaire. Ses interventions ont toujours été efficaces et professionnelles. En témoigne Azedine Rahim lors de son coup fatal reçu par Lazizi aux ligaments croisés (USMA-MCA)…

Véritable boute-en-train lors des déplacements surtout dans les périples africains où, avec l’accord de la direction de l’hôtel, il s’affairait à mijoter des plats sportifs hallal bien de chez nous pour les joueurs et le reste de la délégation…

Je l’ai connu dans les années 80’ où on s’est lié d’amitié. Toujours serviable, bon vivant, aimant la vie et aimant faire la fête lorsque l’USMA remporte des titres ou des victoires. Il laissera un grand vide autour de lui. Ses amis et ses proches garderont un souvenir impérissable de leur pote Ali Hammache…

Tchao l’ami, le frère…

Rabi yerrahmak khoya Ali…

samedi, 03 décembre 2016 23:16

USMBA 2 – 1 USMA : La hiérarchie bégaie !

Écrit par
Évaluer cet élément
(2 Votes)

En concédant sa quatrième défaite sur le terrain de Sid Bel Abbès (2-1), l'USMA n'en finit plus d'inquiéter. Longtemps leader incontesté de la Ligue 1, les Rouge et Noir pourraient être dépassés au classement par le MCO dès aujourd’hui (ils le sont puisque les oranais ont gagné devant la JSS).

Paul Put a beau estimer que l’USMA méritait de prendre le point du nul, son équipe a peu d’excuses.

La défense usmiste, fragile, a dû faire face à une équipe de Sidi Bel Abbès organisée, combative et réduite à 10 pendant plus d’une demi-heure après l’expulsion de Zenasni à la 58’.

Certains chiffres ne trompent pas ! Avec une seule victoire au cours des cinq derniers matchs, 3 déplacements sans gagner, 4 points de pris sur les 15 possibles lors des 5 derniers matchs, on ne reconnait plus cette impériale équipe de l’USMA qui avait survolé le championnat la saison dernière. C’est d’ailleurs en termes de régularité que c’est plus compliqué que la saison précédente.

Alors que l’USMA aurait pu creuser provisoirement l’écart et maintenir la pression sur ses rivaux, sa défaite a offert l’opportunité au MCA de revenir à égalité de points et d’être dépassé par le MCO. Ce qui pourrait entamer un peu plus le moral des joueurs.

L’USMA traverse une phase d’adaptation avec un nouveau coach, c’est indéniable ! C’est une équipe avec beaucoup d’éléments d’un bon niveau national mais, avouons-le, qui ne fait plus peur.

Aujourd’hui, dans la Ligue 1, tout le monde a ses chances. Certaines équipes ont pu voir qu'on pouvait battre l’USMA et ne partent plus vaincues avant de commencer le match. Le champion sortant, désormais second au classement, a déjà concédé quatre défaites depuis le début du championnat. L’USMA est-elle devenue un adversaire que tout le monde peut renverser ? Les faits tendent à le confirmer.

Au moment d’affronter l’USMA, l’appétit semble aiguisé chez certaines équipes. Il faut dire que les dernières prestations des Rouge et Noir semblent avoir donné courage et ambitions à leurs adversaires.

Toutefois, même si l'hégémonie des usmistes semble égratignée, rares sont ceux qui pronostiquent leur effondrement. Car l’USMA va se ressaisir et son réveil est inéluctable parce que l’USMA reste l’USMA et cette baisse de forme n’est sans doute qu’un passage à vide qui arrive à toutes les équipes dans une saison.

Si les usmistes élèvent leur niveau de jeu, cela redeviendra compliqué pour les autres.

La feuille de match

Championnat national de Ligue 1 – 13ème journée : USMBA - USMA : 2-1

Stade : 24 février 1956 (OPOW) – Sidi Bel Abbès

Affluence : moyenne

Temps : ensoleillé

Pelouse : bonne

Arbitre : Bouzerar - 1er assistant : Lasni – 2ème assistant : Rahmoune

Buts : Andria (90’) pour l’USMA ; Balegh (7’) - Koribâa (32’) pour l’USMBA

Avertissements : Benguit (31’) - Guessan (70’) – Benkhemassa (90’+3) pour l’USMA ; Zenasni (53’+58’) – Yaghni (7’) pour l’USMBA

Expulsion : Zenasni (58’) pour l’USMBA

USMA : Zemmamouche (cap.) – Meftah – Benmoussa (Bouderbal 73’) - Abdellaoui – Chafaï - Benkhemassa – Benguit – Koudri (Beldjilali 46’) – Guessan – Sayoud (Beldjilali 46’) – Meziane

N'ont pas participé : Mansouri – Hamra - Boumechra – Yaïche

Entraîneur : Paul Put

USMBA : Toual – Zenasni – Cherifi – Khali – Benabderrahmane – Sidhoum – Balegh (Bachiri 84’) – Bounoua (Lâabani 68’) – Kouribâa (Yaghni 62’) – Tabti – El Amali –

Entraineur : Si Tahar Chérif El Ouazzani

Grâce à leur courte victoire (1-0, but de Mouaki) acquise en terre belabésiene, les réservistes usmistes se rapprochent un peu plus du dauphin béchari. Ils réduisent l’écart qui les séparait à 1 point mais restent tout de même à 6 longueurs du leader sétifien qu’ils rencontreront vendredi prochain au stade Omar Hamadi. Du spectacle en perspective !

Évaluer cet élément
(3 Votes)

J/13 – USMBA 2 - 1 USMA

 

Aaaatchoum ! Lorsque toute l’équipe éternue, la machine Usmiste se grippe, y compris le banc de touche. Cueillis pratiquement à froid par Balegh dès la 6’, la défense des Rouge & Noir a encore flotté dans son périmètre alors qu’il fallait surveiller l’attaquant abbassi comme le lait sur le feu. Ni Chafai ni Abdellaoui, ni Meftah en nette régression, ni ni ni, n’ont su museler le buteur de la Mekerra… Bount sahbi…

Acculés au-delà de la ligne médiane par Benkhemassa, Benguit et consorts, les camarades de Kourbiâa optèrent alors pour le contre qui a été d’ailleurs payant, puisqu’il rajouta un second but sur une autre défaillance de la défense axiale peu complémentaire. L’absence de Benyahia et Khoualed a laissé un immense vide… Bount ezzawaj…

Les poulains de Paul Put dominèrent certes les débats face à une équipe de Bel Abbès parfaitement prenable, mais butèrent à chaque fois sur Benabderrahmane ainsi que le gardien-comédien Toual, dernier rempart. Cherif el Ouezza, l’entraîneur pakistanais sel et poivre des Vert & Rouge devrait raboter son airbag au lieu de gesticuler sur la main courante… Khdatou l’bouliga…

Andria le malgache roho, réussit tout de même à réduire le score à la 89’ du plat du pied suite à un coup franc tiré par Beldjilali. Ce but restera insuffisant malgré les 4’ de temps additionnel, puisque l’USMBA reste invincible à domicile en raflant les 3 points de la victoire. Beaucoup d’anti-jeu de la part des locaux mais c’est de bonne guerre. Faudrait leur rendre la monnaie de leur pièce à Santogi... Al3ab lâ3bak…

Paul le poulpe n’aura droit ni à un plat de moules-frites ni à une stella artoise chambrée et mousseuse. Il devra retrousser les manches de son survêt et trouver les solutions face à ce « grippage » quitte à donner la chance aux jeunes loups qui piaffent d’impatience à se défoncer sur le terrain. Ils veulent montrer et démontrer leurs crocs et de quel bois ils se chauffent, sans pour autant les faire cramer. Le prochain match face à Sacia ne sera pas de la tarte. Aucun faux-pas ne sera toléré… Ce sera une tarte à la carte…

Seul bémol, les commentaires insipides et clubards de Fayçal le coiffeur, qui devrait plutôt regarder sa tronche sur une glace au lieu de baragouiner dans deux langues qu’il ne maîtrise malheureusement pas. On se demande comment arrive-t-on à laisser passer de choses pareilles dans ce sandouk lâadjab… La continuité dans la médiocrité…

Ali Baba au rôm, batroune des 40 videurs murdjadjistes, adore jouer à cache-cache avec ses cycliques fausses démissions. A chibania, hazmili sarouali. Haff t3îch. Son K route barrée en perte de vitesse, il est à la recherche d’un p’tit milliard pour le relooker. Seulement, il n’a pu trouver le bon goumri pour le plumer… Manou chouchou l’a déjà déplumé. Riychou… Hé chta darlou, Manou chouchou dar halou… Qiiiwww…

Tah-ya Za-za-yer… Aya tchao ya Sghar…

Hasni Hsouna, 31220 Hassasna, W. Oran…

NDLR : Toute ressemblance avec des personnages ou des situations existants ou ayant existé serait purement fortuite…

Évaluer cet élément
(2 Votes)

Après avoir stoppé la mauvaise série de deux défaites consécutives en championnat, ramené le nul d’Oran et réenclenché la machine à gagner face au NAHD, les usmistes tenteront de conserver leur place de leader en allant grappiller un maximum de points dans la capitale de la Mekerra.

Paul Put et ses hommes savent que le titre passe par de bons résultats à l’extérieur. C’est pourquoi, ils vont tout donner pour enchainer par un nouveau résultat positif.

Ce ne sera évidemment pas une sinécure que d’aller arracher un succès aux poulains de Cherif El Ouazzani sur leurs terres. Une équipe de Bel Abbès qui n’a pas encore perdu sur son terrain cette saison, même si elle a concédé trois nuls (USMH – NAHD – JSS), et qui sera, à n’en point douter, décidée à faire échec au leader de la Ligue 1. L’USMBA ne manque pas d’arguments techniques et la présence dans ses rangs de joueurs aussi expérimentés que talentueux, à l’image de Benabderrahmane, Hendou, Balagh et autre El Amali, en est la meilleure preuve.

De son côté, l’USMA, toujours privée de Khoualed et Darfalou, pourrait également enregistrer la défection de Benyahia. Toutefois, Paul Put pourra compter sur le retour de Farouk Chafaï (suspension purgée) et sur une brochette de talentueux jeunes joueurs qui piaffent d'envie de faire leurs preuves.

La greffe de Paul Put n’a pas encore totalement pris car il faut un temps nécessaire et le passage par le bégaiement est obligatoire. Le jeu est parfois pénible mais il faut savoir qu’il y a un vrai travail de fond à faire sur les joueurs pour la mise en place de sa philosophie de jeu.

Certains éléments n’arrivent pas encore à se fondre dans le système Put. Beldjilali et Sayoud, qui peinent à convaincre depuis leur arrivée à l’USMA, en sont l’illustration. Friands du ballon et amateurs de dribbles, ils ont tendance à ralentir le jeu. Or, dans le but de profiter du déséquilibre défensif adverse, le ballon doit aller très vite vers l’avant dans le style du technicien usmiste. Dans le compartiment défensif, Paul Put vient d’avouer des carences certaines. Il lui faut donc reformater certains joueurs, les rééduquer afin qu'ils jouent le football demandé et, éventuellement, essayer de recruter quelques bonnes doublures, comme il vient de le déclarer dans sa conférence de presse d'avant match.

En attendant que les choses se fassent mieux et malgré toutes ses imperfections, l’USMA n’a pas quitté la plus haute marche du podium sur laquelle elle était avant l’arrivée de Paul Put.

Un technicien belge qui ne veut pas se contenter de gagner…il veut faire chavirer d’émotion le cœur des usmistes pendant longtemps. C’est du moins ce qu’il ne cesse de déclarer depuis son arrivée à l’USMA.

13ème journée du championnat de ligue 1 – 2016-2017 : USMBA v/s USMA
Date : jeudi 1er décembre 2016
Lieu : stade du 24 février 1956 (OPOW) – Sidi Bel Abbès
Horaire : 16h00
Arbitres : ?

Météo
Temps : plutôt dégagé
Température : 15°
Vent : modéré
Humidité : 70%

Equipe probable
: Zemmamouche – Meftah – Benmoussa – Chafaï - Abdellaoui - Benkhemassa – Benguit - Koudri – Guessan – Sayoud - Meziane
Remplaçants : Mansouri – Hamra – Beldjilali - Boumechra - Bouderbal - Andria - Yaïche
Entraineur : Paul Put

Les dernières confrontations entre les deux équipes :
Saison 2013-2014 : USMBA en Ligue 2
Saison 2014-2015 :
Aller: USMA 2 (Boudebouda 2 buts) USMBA 0
Retour: USMBA 1 (Ghazali) USMA 0
Saison 2015-2016 : USMBA en Ligue 2

Leurs deux derniers résultats en championnat
:
MCO 0 USMA 0 / USMA 2 NAHD 1
USMBA 2 MOB 1 / OM 1 USMBA 0

Forme de l’équipe
Infirmerie : Darfalou – Zeghdane - Khoualed - Bellahcène - Benyahia
Incertains : Berrefane, Abel
Suspendu : Ziri Hammar
Forme (5 derniers résultats en championnat) : VDDNV
Casier disciplinaire : 31 jaunes dont 8 cumulés ont valu deux suspensions (Benkhemassa et Chafaï), 1 rouge (Hammar, en équipe réserve)
Meilleur buteur (en championnat) : Guessan (5)
Meilleur passeur (en championnat) : Benmoussa (4)

Télévision : match retransmis en direct (16h00) sur Canal Algérie

Dans la catégorie des réserves, les usmistes bons troisièmes derrière les bécharis (+4 points) et le leader sétifien (+6 points) iront à Sidi Bel Abbès jouer une équipe positionnée dans le ventre mou du classement (11ème, à 14 points de l’USMA). Les Rouge et Noir semblent en mesure de l’emporter au stade du 24 février 1956 de Bel Abbès, de conforter leur place de 3ème et, peut-être, de grappiller quelques points aux deux équipes qui la précèdent. Le coup d’envoi est prévu pour 11h00.

samedi, 26 novembre 2016 16:32

USMA 2 – 0 NTS : Une USMA en demi-teinte !

Écrit par
Évaluer cet élément
(3 Votes)

En règle générale, dans un match de Coupe, les antagonistes accordent plus d’importance à la qualification plutôt qu’à la manière avec laquelle elle a été obtenue. Cela est surtout valable lorsque les forces en présence sont issues du même palier.

Mais, lorsque l’écart qui existe entre les deux équipes est aussi considérable que celui qui sépare l’USMA de la modeste formation de division 4 qu’est le NT Souf, il est attendu du "grand" une domination sans partage sur le "petit" et une victoire parlante sur le plan offensif.

Face à une équipe soufie venue surtout faire bonne figure devant le leader de la Ligue 1, les Rouge et Noir n’ont pas montré leur meilleur visage. Les hommes de Paul Put ont démontré que techniquement, physiquement et tactiquement, ils sont encore perfectibles.

Dès l’entame du match, on sentait un certain excès confiance chez beaucoup de joueurs usmistes que Paul Put, dans sa déclaration d’après match, a traduit par une nonchalance de leur part. Cela a eu pour effet de donner de la confiance aux joueurs soufis qui se sont permis de bousculer quelque peu une formation usmiste ronronnante et de porter le danger devant les buts de Berrefane.

Toutefois, l’expérience a permis aux Rouge et Noir de faire la différence et de débloquer la situation deux minutes avant la pause.

Koudri au milieu du terrain sert Benguit sur la droite qui effectue un centre à ras de terre au niveau des 9 mètres adverses. Le ballon, mal dégagé par un défenseur soufi, revient dans les pieds de Sayoud qui, du pied gauche, bat le gardien Berguiga (43’).

Après une première mi-temps très moyenne, malgré l’ouverture du score, les coéquipiers de Benguit vont afficher un visage plus cohérent au retour des vestiaires.

Mais malgré une grosse poussée et les multiples tentatives de Guessan, Sayoud, Andria et autre Benyahia, ils ne réussissent à se mettre à l’abri que dans le dernier quart d’heure de la partie.

Benguit, après avoir hérité du ballon dans le camp adverse, passe en revue la défense soufie et démarque Benmoussa sur la gauche. Ce dernier effectue un centre que Guessan, en ouvrant le pied, transforme en but (77’).

La victoire des Rouge et Noir s’est faite sans panache mais, en Coupe d’Algérie, l’important est d’avancer dans la compétition…la manière passant au second plan.

Il faut quelque fois se contenter de la prestation fournie pas son équipe !

La feuille de match

1/32e de finale de la Coupe d’Algérie 2016-2017 : USMA - NTS : 2-0

Stade : Omar Hamadi (Bologhine) - Alger

Affluence : faible

Temps : dégagé

Pelouse : bonne

Arbitre : Azzaz - 1er assistant : Bennacer – 2ème assistant : Djafi

Buts : Sayoud (43’) - Guessan (77’) pour l’USMA

Avertissements : Sayoud (71’) pour l’USMA ; Bitel (52’) pour le NTS

Expulsion : aucune

USMA: Berrefane – Meftah (cap.) – Benmoussa - Abdellaoui – Benyahia - Benkhemassa – Benguit – Koudri (Beldjilali 80’) – Guessan – Sayoud (Meziane 90’) – Bouderbal (Andria 46’)

N'ont pas participé : Zemmamouche – Hamra – Abel - Yaïche

Entraîneur : Paul Put

NTS : Berguiga – Lifa – Bendjara – Guennaya – Bitel (Benzaoui 63’) – Belaïd – Drihem (Benbordia 80’) – Djied – Belabassi – Tliba – Aïssani (Tihami 53’)

Entraineur : Abid

Évaluer cet élément
(2 Votes)

32e de Coupe d’Algérie…

USMA 2 - 0 NT Oued Souf…

Les Soufis sont venus à Santogi on le sait, non pas pour Thanksgiving Day (yadarbou dindou Hatta ikoulou fixe), mais juste pour limiter les dégâts. Et c’est exactement ce qu’ils ont fait durant 96’ en allant parfois titiller Mourad Berrefane dans les 18 yards. Néanmoins, les Tadamen Souf essoufflés, soufflent parfois le chaud et le moins chaud en caressant les guiboles de Sayoud, Guessan et consort, jusqu’à énerver le guelmi n° 10 usmiste qui écopa d’un avertissement pour son geste antisportif, sous les yeux du 4e arbitre, M. Halalchi parmentier. Hé ouâalikoum ! Ce ne fut pas un grand match certes, mais en optant pour la prudence, les Rouge & Noir ont mis en confiance les sudistes jusqu’à les encourager à les faire douter. Il a fallu un éclair de l’Amir Sayoud sur un bon travail sur la droite de Raouf Benguit pour sauter le verrou Berguigoal-keeper juste avant la méton 42’… Ouf, ya Oued Souf, wach, klitou lmesfouf wala bouzelouf…

Le second half fut presque identique au premier sauf que la panthère noire des surfaces, Ghislain laghzal, rajouta un 2e but (76’) qui scia les jambes de l’adversaire et scella pratiquement la victoire des Usmistes arborant une tenue Noir et Or, kima dial YSL (Yahia Si Lakhdar). Les protégés de la Tadawoman souf-souf ou chouf-chouf meslous kima Croquignol, se rendirent à l’évidence qu’ils ne faisaient pas le poids malgré leurs sourbressauts d’orgueil, voulant à tout prix inscrire un but pour le palmarès et pour l’histoire. Ils faillirent bien le faire avec les sorties hasardeuses de Berrefane, le fanfan la tulipe de Béni Douala, car il a donné des sueurs froides aux supporters présents au stade et les autres ayant suivi la rencontre sur la chaîne kabyloise curved… Iswiiiii x 2…

Les joueurs de la formation chère à la prézidonte Najat Mehri, ne portaient pas leur nom sur leur maillot mais celui du club. Je vous ai compris ! Pas de prime factice de 120 briques à zéro trou, mais c’était un bon stimulant leurré, bourré de hror du bled pour tenir la dragée haute aux champions d’Algérie et spécialistes de la coupe d’Algérie. L’enfant de Laghouat, Benguit, a été au four et au moulin en étant passeur indirect et passeur décisif sur les deux réalisations. Bien sûr, il a du punch et un bel avenir à l’USMA, je dis bien l’USMA, pour peu que Rebouh Haddad rachète carrément son contrat chez Zetchi le zelaïdji. Il peut même persuader en associant son compère du Paradou Mansouri en mettant le prix fort pour décourager la concurrence… Ya hafid, ya settar, oltof bina…

Les Souafa ne feront pas la fête car des musiciens du jouk manquaient à l’appel : le gsasbi instrumentiste à vent et courant d’air, le drabki percusionniste tabbal ya tabbal (que cherchait et recherchait Paul le poulpe) et le chanteur ghaïtiste avec sa zorna. Donc, pas de zerda soufiya. Le chairman de l’USMA devrait organiser une collation ou un souper en l’honneur de toute la délégation soufie. Y’aura probablement un échange de cadeaux et de souvenirs entre les deux clubs. Oui, bien sûr, ikoun fiha tmar wa lbina tria. Avant de repartir domani, les joueurs pourront toujours faire un tour de plage à l’Eden, deux Chameaux et même à R’mila. Pourquoi pas une virée à Bab El Oued Chouhada ? Ils croiseront inévitablement les Mazembistes déculottés, victimes du Chabab Ham Lahlou mijoté en kouzina. Boisson : mojito nâanâa. Ils s’échangeront des écharpes et des babioles… Daltoniens, ils se mettront au rouge et au vert en évitant le Rouge et Or à défaut de Rouge & Noir… Chenouia dir lâaqaqar…

Deux résultats en coupe : les Chachra d’El-Hamri se sont qualifiés pour le prochain tour en battant par zoudj à zéro les Babya d’El Eulma… Quant aux malheureux Tadjenaneti de Bougharghara, eh bien, ils sont tombés dans la chausse-trappe puisqu’ils se sont fait avoir par les Bordjis d’Arréridj sur le score d’une tchkika au fric concassé ou mermez par un péno… Le reste des rencontres se poursuivra demain aloha friday et saturday night fever. Y’aura probablement des surprises et c’est là, tout le charme de Lalla la coupe. Allez les Rouge, après décrassage et repos hebdomadaire, place au championné avec ce déplacement au pays de la Mekerra dès samedi prochain 1er décembre… Aâlmoulhoum al boléta, zdeg zdeg…

Omar Zatlaoui n’est pas encore sorti de son trou de la bretelle axe Benak-Zradla… Il a été enterré vivant et est dans l’œil du cyclope de la mahlaba… Berred ya âatchane… Dja l’ma…

Allo Trempas ? C'est le Virginien... Le train passera ou sifflera trois fois...

Tah-ya Za-za-yer… Aya tchao ya Sghar…

Layachi Ayache, 09100 Ouled Yaïche, W. Blida…

NDLR : Toute ressemblance avec des personnages ou des situations existants ou ayant existé serait purement fortuite…

jeudi, 24 novembre 2016 01:04

Souviens toi du PAC !

Écrit par
Évaluer cet élément
(4 Votes)

En théorie la rencontre USMA – NT Souf est déséquilibrée mais, comme un match n’est jamais couru d’avance et que la Coupe d’Algérie réserve bien souvent des surprises, il faudra aux usmistes rester concentrés et ne pas se laisser aller à un excès de confiance qui pourrait être préjudiciable. Tout le monde a encore en tête l’élimination précoce et peu glorieuse de l’USMA face au PAC la saison dernière, à ce même stade de la compétition.

Même si sur le papier le match reste déséquilibré et même si l’USMA a largement les moyens de passer au prochain tour, il faut s’attendre à ce que l’équipe soufie joue sans complexes et tente de bousculer l’actuel leader de la Ligue 1.

Devant l’USMA va donc se dresser une équipe de division 4 qui jouera le match de sa vie car elle sait que la Coupe d’Algérie dégage quelque chose de magique où l’écart entre petit et gros est réduit le temps d’une rencontre.

Le NT Souf est le leader affirmé du championnat inter-régions (groupe est). Il s’est qualifié aux 1/32e de finale de la Coupe d’Algérie en écrasant, dans l’avant dernier tour régional, l’IRB Aflou (D4, groupe centre-ouest) sur le score de 8 buts à 0 puis en prenant le dessus très largement, au cours du dernier tour régional, sur un autre pensionnaire de la D4 (groupe centre-ouest) l’IRB Laghouat (4-0)

Ceux qui croient donc que les joueurs de cette équipe soufie, dont la moyenne d’âge tourne autour de 25 ans et ½, penseront beaucoup plus à savoir à qui ils allaient demander le maillot plutôt qu’à jouer le match, se trompent lourdement. Pour les soufis, ce sera le match de leurs rêves et dans les rêves tout est permis.

Ceci dit, les Rouge et Noir ne devraient pas non plus être prudents jusqu’à l’excès. Respecter cet adversaire soufi en jouant ce 1/32e de finale avec tout le sérieux qui sied à ce genre de rencontre, à priori facile, et ne pas laisser la moindre place au plus petit espoir chez l’adversaire, serait le moyen le plus sûr de se qualifier sans coup férir.

1/32e de finale de la Coupe d’Algérie 2016-2017 : USMA v/s NTS

Date : jeudi 24 novembre 2016

Lieu : stade Omar Hamadi (Bologhine) - Alger

Horaire : 17h00

Arbitres : ?

Météo

Temps : plutôt ensoleillé

Température : 16°

Vent : faible

Humidité : 80%

Equipe probable : Zemmamouche – Meftah - Benmoussa - Abdellaoui – Benyahia - Benkhemassa – Yaïche - Benguit – Guessan – Sayoud - Meziane

Remplaçants : Berrefane – Hamra - Koudri - Beldjilali – Abel – Andria – Bouderbal

Entraineur : Paul Put

Les dernières confrontations entre les deux équipes : les formations de l’USMA et du NTS ne se sont jamais rencontrées

Leurs deux derniers résultats dans leur championnat respectif :

MCO 0 USMA 0 / USMA 2 NAHD 1

WM Tébessa 1 NTS 1 / NTS 1 NRB Teleghma 0

Forme de l’équipe

Infirmerie : Darfalou – Khoualed – Zeghdane - Bellahcène

Incertains : Mansouri

Suspendu : Ziri Hammar (3ème et dernier match de suspension) – Chafaï (1 match de suspension pour cumul de cartons jaunes)

Forme (5 derniers résultats en championnat) : VDDNV

Casier disciplinaire : 29 jaunes, 1 rouge (en équipe réserve)

Meilleur buteur (en championnat) : Guessan (5)

Meilleur passeur (en championnat) : Benmoussa (4)

Télévision : match retransmis en direct (17h00) sur TV Tamazight (TV4)