mercredi, 18 février 2009 18:19

Meftah : l'USMA d'aujourd'hui n'est pas celle d'il y a dix ans

Écrit par usm-alger.com
Évaluer cet élément
(0 Votes)

Nommé comme entraîneur adjoint de Fullone quelques jours avant que ce dernier ne soit remercié, Mahiedine Meftah a eu l'amabilité de nous accorder cette interview dans laquelle il revient sur quelques points brûlants de l'actualité usmiste, à commencer par la crise que traverse l'équipe depuis une dizaine de matchs.

Mahiedine Meftah, parlez-nous de votre parcours depuis que vous avez quitté le terrain en tant que joueur

Quand j'ai mis un terme à ma carrière de footballeur, l'USMA a de suite fait appel à moi pour prendre en charge les cadets 1ère année (Cadets B). Je suis passé ensuite aux deuxièmes années (Cadets A), puis aux juniors, avant d'atterrir finalement comme entraîneur adjoint des séniors.

Quelles sont les formations que vous avez effectuées ?


J'ai obtenu le diplôme d'entraineur de premier degré ainsi qu'un diplôme FIFA et un autre du comité olympique.

Doit-on faire plus d'après vous pour ces catégorise jeunes en matière de moyens et de suivi ?

Évidemment ! Il leur faut du matériel. Il y a aussi un problème de disponibilité des terrains, il est parfois difficile de trouver un créneau pour s'entraîner. Il faut aussi instaurer un suivi c'est à dire que l'entraîneur des minimes doit les suivre en cadets et en juniors jusqu'à ce qu'ils arrivent en séniors.

Vous avez rejoint le staff technique de l'équipe senior en tant qu'adjoint de Fullone, comment ça s'est passé et quel était votre rôle ?

C'était une première pour moi de travailler avec des séniors. Comme je suis un enfant du club, Allik m'a proposé ce poste que j'ai accepté sans aucune hésitation. Au début j'étais plus un observateur qu'un adjoint. Je n'ai pas beaucoup travaillé avec Fullone, une dizaine de jours seulement, et là comme vous le savez je suis l'adjoint de Mouassa.

Comment avez-vous trouvé le travail et la façon de communiquer de Fullone avec les joueurs ?

Fullone faisait son travail le plus normalement du monde mais malheureusement, les résultats ne suivaient pas. Comme vous le savez, sans résultats il y a des blocages qui se créent, c'est pour ça qu'il est parti.

Justement, pensez-vous que ce blocage est uniquement psychologique ?

Tout à fait, et nous essayons l'entraîneur Mouassa et moi de libérer les joueurs de ce poids. Inchallah avec le temps ça va se régler.

Comment trouvez-vous le travail avec Mouassa ?

Tout se passe très bien, maintenant ce n'est qu'une question de temps pour débloquer cette situation et provoquer le déclic pour que l'équipe se retrouve et les joueurs se libèrent.

Que pensez-vous de l'effectif actuel de l'USMA ?

Bon, cet effectif n'est pas celui des 10 dernières années quand l'USMA dominait le football algérien. Nous avons remporté au moins un titre par saison pendant 8 ou 9ans. Aujourd'hui il y a des changements dans l'effectif et il faut y aller doucement pour pouvoir retrouver la compétitivité du passé.

On parle beaucoup ces derniers temps d'indiscipline au sein du groupe, cela est dû à quoi d'après vous ?

Je suis en poste depuis un mois seulement, je n'ai pas eu l'occasion de débuter la saison avec le groupe mais avec le temps on va connaitre les mauvais et les bons côtés de chacun et on tâchera de régler tout ça.

L'USMA est éliminée de toute les compétitions et elle traîne la patte en championnat, quel est votre objectif maintenant ?

Notre objectif est de débloquer l'équipe, d'effectuer des réglages et de retrouver le fond de jeu de l'USMA d'antan. Cela fait environ 10 matchs qu'on voit un déséquilibre, l'équipe ne tourne plus. Notre but est de réagir et remettre l'équipe dans le droit chemin

Est-ce que vous allez compter sur les jeunes ?

Oui, bien sûr. Si un jeune a sa place pourquoi pas ? Nous sommes là pour les aider et les développer.

Vous avez connu une USMA qui gagnait des titres et maintenant cela fait 4 ans qu'elle ne gagne rien, cela est dû à quoi selon vous ?

Les joueurs que possède l'USMA aujourd'hui ne sont pas les mêmes que ceux d'il y a 10 ans. Beaucoup d'entre eux sont partis et les autres sont en fin de carrière à l'image de Dziri, Bourahli et Ammour qui ont dépassé la trentaine. Maintenant il faut prospecter et essayer de ramener des joueurs capables de les remplacer et qui méritent de porter les couleurs du club.
L'USMA n'est pas celle du passé, on essaye de la redessiner mais ça demande du temps. Il faudra ramener les joueurs capables de relever ce défi à partir de la catégorie juniors ou bien recruter de très bons éléments.

Ce jeudi vous allez affronter la JSK, ce qui est pour vous une première en tant qu'entraîneur adjoint, comment préparez-vous cette rencontre et quel est votre sentiment ?

Un sentiment normal, c'est un match comme tous les autres qui reste tout de même difficile vu que c'est un derby. Les deux équipes se connaissent bien et pratiquent un beau football. Inchallah nous assisterons à un bon match.

Le football national est souffrant depuis des années maintenant, quel est à votre avis la solution pour aller de l'avant ?

Ce problème est celui de tout le monde, joueurs, dirigeants et responsables. Il faut se mobiliser et bien analyser la cause de cette situation pour trouver la solution.

Le mot de la fin M. Meftah ?

Je souhaite que l'USMA retrouve sont standing. Elle était connue et crainte par tout le monde. Elle jouait toujours les premiers rôles avec un beau football. Toutes les équipes avaient peur de l'affronter. J'espère qu'on va réussir à lui rendre son image.

Interview réalisée par Panzer et Bijoul.

Lu 3022 fois Dernière modification le mercredi, 18 février 2009 20:10

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'entrer toutes les informations requises, indiquées par un astérisque (*). Le code HTML n'est pas autorisé.