lundi, 28 août 2017 01:27

La raison du plus fort est toujours la meilleure…

Écrit par Krimo Laribi, Rue Boutin, Alger Casbah…
Évaluer cet élément
(0 Votes)

La raison du plus fort est toujours la meilleure, nous l’allons montrer tout à l’heure…

Les Académiciens du PAC devraient retenir cet adage ou ces deux premiers vers de Jean de La Fontaine dans une célèbre fable, Le loup et l’agneau. Ils voulaient refaire le coup du parapluie aux Usmistes, ou l’agneau qui veut dévorer le ghoul, mais hélas, ils se sont heurtés à une équipe forte, plus aguerrie et plus que jamais décidée à leur rabattre le caquet. Dès le coup d’envoi donné par le sieur Ghorbalou, il est de l’Ouest pas de Bir Ghbalou, Darfalou l’andalou, Meziane P’tit Louis, Hamzaoui Okocha et les joueurs de couloir Meftah la clé du match et Benmoussa le canonnier, se ruèrent dans le périmètre du Paradou par si doux que ça, en les prenant à la gordjita. Harcelés, acculés de toutes parts, Moussaoui la panthère rose et ses défenseurs suédois dial posta résistèrent aux assauts des Rouge & Noir. Mais à la demi-heure de jeu, c’est Naidji de Ain Nâadja (étrangement seul sur le côté gauche), bien servi par le coquetier El Melali, trompèrent la vigilance de l’arrière-garde de Zemma en ouvrant la marque sur une contre-attaque payante cash… La poignée de supporters de l’Immeuble Shell du Paradou jubilèrent... Mazal l’EMCO, mazal mazal. Gurlp ! Ya haouji yana…

Les poulains de Paul Put, le qarnite en granit de Santogi, ne se découragèrent nullement par ce but-surprise. Les fans-club restèrent sur les nerfs mais zen. Les Roudje repartirent de plus belle avec d’incessants rushs ponctués par une dizaine de corners durant le premier half-time. Pas moins d’une demi-douzaine d’occasions de buts furent ratées par manque de lucidité, de concentration et de fébrilité. L’attaque de Casbah-Soustara resta muette mais décidée à refaire son retard. Ce qui fut fait après la pause orange-citron-ananas et les consignes du coach belge. Les attaques se font plus précises et à la 47’, d’un vol plané, Hamzaoui plein axe, catapulta le cuir d’une tête à la mouriska sur un service millimétré du vieux briscard Meftah. Le stade explosa. On fit entrer Wayne Rooney à la place du buteur Hamzaoui Roy Roger 65’ et Yaya à la place de Beldjilali amateur de yoyo 75’. Quant à Sidibé, il ne joua que quelques minutes puisqu’il permuta avec Darfalou le morfalou à la 87’. Néanmoins, ce sandjema apporta ses fruits. Les fruits de la passion et de la patience. C'est la réponse du berger à la bergère Fiorentina… Olé ola, Paradou fel 3abouna...

A la 80’ Toufik Moussaoui le harès el marma d’Hydra la tchi-tchi, dût crocheter Darfalou après avoir faussé compagnie à son body-guard. Pénalty indiscutable, bla tchaqlala, transformé par l’homme du derby, passeur décisif et goléador dial louxe, Rabie Meftah himself qui envoya le ballon à gauche et le gardien à droite. Il fut d’ailleurs récompensé par un trophée remis par le sponsor de la L1 Moubilis. Tchico alla même chambrer le gaillard de Moussaoui mais fut retenu par ses coéquipiers. Justement, le goal-keeper du Paradou mérite une attention particulière et, pourquoi pas, penser à l'inviter à rejoindre l’USMA. Le second but délivra le nombreux public qui acclama d’ailleurs son équipe pour ce bon match et cette belle soirée aoûtienne. Le spectacle fut dans les tribunes et sur le terrain à la grande joie des présents et des absents qui ont toujours tort. Du foot plein la vue qui a été un régal pour les yeux. On en veut. Paul Put était radieux et savait fort bien que ses poulains voulaient la victoire et ils l’ont arrachée aux forceps. Zemma écarquille ses yeux pétillants se demandant si tonton Rebouh daigne leur offrir une belle tqarqiba de l’Aïd pour acheter leur kebch kima dial La Fontaine. Bravo ya Sghar pour cette première victoire de la saison qui a réjoui le cœur de tous les Usmistes d’ici et de l’autre côté de la mer… Saha Aïdkoum ya les Rouge…


Fausse note : La télé tam-tam s’amuse… L’Unique en son genre et ses clones zappent le petit derby algérois, USMA-PAC, pourtant belle affiche ! La télétubbies, zâama service public, veut dicter sa loi en refusant de retransmettre en direct live les rencontres de foot programmées à 19h00 par la League. Ow ? Du djami vu nulle part ailleurs ! On sait que l’on ne peut charcuter le sacro-saint du 20h00 mais le canal kabylois n’a jamais été concerné par la djarida moussawara. Pourquoi alors pénaliser le contribuable qui casque à chaque trimissa ses redevances TV via l’EGA. Les jaloux de l’USMA n’attendent que le prochain match, MCIA-Stéf à Santogi, pour le retransmettre sur 3 chaînes, 2 à la rigueur. Le réa du car HD zéro, gérant de douches publiques, un miloudjifa, ricane et rit jaune. Pour les beaux yeux de la télé-marionnette, l’USMA réfléchi à disputer ses rencontres à 18h00 sinon à 14h00 s’il le faut. La Ligue, responsable de la programmation, observe d’une manière complaisante…Hadi kherdja tay-tay...


Vive l’USMA… Tah-ya Za-za-yer… Aya tchao ya Sghar…

Krimo Laribi, Rue Boutin, Alger Casbah…


NDLR : Toute ressemblance avec des personnages ou des situations existants ou ayant existé serait purement fortuite…

Lu 1366 fois

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'entrer toutes les informations requises, indiquées par un astérisque (*). Le code HTML n'est pas autorisé.