lundi, 16 avril 2012 08:49

Stage de l'EN: Zemmamouche et Meftah libérés

Écrit par
Évaluer cet élément
(2 Votes)

Les deux joueurs de l’USMA, Mohamed Lamine Zemmamouche et Mohamed Meftah, convoqués pour un stage rassemblant les joueurs locaux de l'équipe nationale au Centre Technique National de Sidi Moussa, ont été libérés par le staff technique après avoir eu une discussion avec le sélectionneur national.

Lu 6110 fois

8 Commentaires

  • Lien vers le commentaire amine dimanche, 22 avril 2012 20:52 Posté par amine

    quel sanction on france on rigole de cette federation de clown 8 match au lieu de saida jouet dans une wilaya a cote cest quoi sa saida doit retrograde en 5 eme division ou jouet dans le championnat football sport et travail je cest plus quoi dire jsui ecoeure dans cest responsable

  • Lien vers le commentaire telja lundi, 16 avril 2012 20:52 Posté par telja

    ce n'est pas juste ce que vous avez pris comme sanction pour les tueurs saidi 8 matches et 20 milion de centime c'est vraiment vrai miki cher hadad svp fait retrai de cette poureture de chanpionat de bengladeche

  • Lien vers le commentaire telja lundi, 16 avril 2012 20:52 Posté par telja

    ce n'est pas juste ce que vous avez pris comme sanction pour les tueurs saidi 8 matches et 20 milion de centime c'est vraiment vrai miki cher hadad svp fait retrai de cette poureture de chanpionat de bengladeche

  • Lien vers le commentaire samycool lundi, 16 avril 2012 19:55 Posté par samycool

    Les incidents qui ont encore une fois défrayé la chronique du football dans le pays posent de nouveau la problématique évaluation des responsabilités. Samedi, des supporters furieux du MC Saida lors d’une rencontre opposant leur équipe à l’USM Alger ont envahi le stade et poignardé des joueurs et des dirigeants du club algérois. Dans le milieu du ballon rond, c’est bien entendu l’indignation générale et l’on a très vite annoncé des sanctions qui seront définies par les instances habilitées en la matière.

    Or, il semblerait que dans ce cas de figure où les supporters ont pu déborder les forces de sécurité et commettre leurs tentatives d’assassinat, les responsables à sanctionner n’émargent pas uniquement dans le club de Saïda. Parce que ces policiers présents aux abords des tribunes ne sont pas là par hasard. Cela fait malheureusement des années que les matchs de football entre les grandes équipes et les moins connues comportent un facteur de risque sur l’ordre public. Des années que les supporters peuvent au choix rentrer chez eux tranquillement après le match comme s’affronter dans les tribunes ou dans la rue en saccageant tout sur leur passage.

    Si bien qu’aucun officier de la police ne doit sous‑estimer ses besoins en effectifs à chaque rencontre. De plus, il existe des méthodes bien rodées dans le domaine de la protection des joueurs qu’on doit évacuer en cas de nécessité. Les écoles de formation des brigades spécialisées inculquent ces modes opératoires et, fort heureusement, on a déjà eu à en constater l’efficacité lors de rencontres précédentes où les supporters n’ont pas eu l’occasion de poignarder qui que ce soit. D’ailleurs, comme l’ont noté de nombreux observateurs, on ne comprend pas pourquoi les armes blanches n’ont pas été détectées à Saïda lors de la fouille à l’entrée du stade. Ou n’y a‑t‑il pas eu de fouille ?

    Sûr que nous ne serons pas les seuls à nous inquiéter de toutes ces défaillances évidentes et qu’il y aura cette quête d’informations sur les circonstances de cette violence qu’on n’a pas su maîtriser au sein même des corps de sécurité concernés, au niveau de la justice, jusque dans les ministères à Alger. Mais, il est à redouter que personne ne soit désigné responsable de la tournure des événements. "Comme d’habitude", serions‑nous tentés de chanter…


    Des responsables sous immunité interne

    En Algérie, les responsables ne le sont que pour apposer leur cachet rond au bas de documents qui attendent parfois plusieurs jours dans les parapheurs quand ces hauts commis de l’État sont trop "occupés" ou en déplacement. L’organisation hyper pyramidale de notre administration conduit à réduire le pouvoir de tous les échelons de la hiérarchie au point que les responsables intermédiaires s’assoient souvent sur les prérogatives et attendent parfois des instructions au sujet de décisions qui, normalement, leur reviennent.

    Pas étonnant alors que lorsqu’un subalterne a failli, son supérieur qui devrait le sanctionner en évaluant ses manquements, préfère a contrario se faire son défenseur en invoquant une batterie d’arguments techniques ou factuels tirés par les cheveux pour sauver l’honneur de son protégé et sauver son poste dans le même mouvement.

    C’est vrai pour le chef de la brigade de gendarmerie de Beni Douala où l’on abattit, il y a onze ans, le jeune Guermah Massinissa, c’est vrai pour le ministre des Énergies et des Mines, Chakib Khellil qu’on a voulu maintenir trop longtemps malgré le préjudice subi par la Sonatrach. C’est vrai dans de nombreux autres cas. Gageons que les Algériens pourraient alimenter une liste infinie de cas où la tutelle d’un directeur ou d’un responsable s’affaire à le défendre, qu’il ait tort ou raison et malgré les preuves d’un malaise ou d’anomalies sous son autorité.

    Cette impunité administrative, qui prend souvent racines dans l’illégitimité des pouvoirs ou dans la cooptation contre le mérite, exaspère les Algériens qui ne peuvent plus croire en l’État de droit.

    Aucune réforme n’aura de sens si personne n’est plus responsable devant les institutions de la République sans qu’on soit obligé de traîner les commis de l’État devant des tribunaux souvent abusés par le complexe fonctionnement de nos administrations. Des démissions et des évictions doivent survenir quand ceux qui bénéficient de la confiance de la République ont trahi. C’est le minimum qu’on puisse réclamer. Afin qu’on sache prévenir des drames qu’on aurait pu éviter. Comme sur la pelouse du stade de Saïda

  • Lien vers le commentaire samy cool lundi, 16 avril 2012 19:52 Posté par samy cool

    Huit matchs à huis clos avec domiciliation à l’extérieur, 200 000 dinars d’amende et deux ans de suspension à l’encontre d’Ahmed Guemidi, entraîneur adjoint, pour « incitation à la haine et à la violence ». Réunie ce lundi 16 avril, la Commission de discipline de la Ligue de football professionnel (LFP) s’est contentée d’infliger une sanction dérisoire au MC Saïda après les graves incidents qui ont émaillé samedi le match opposant ce club à l’USM Alger. Six joueurs et un dirigeant de l’USMA ont été blessés à l’arme blanche par des supporteurs de Saïda, qui ont envahi la pelouse.

    La Commission de discipline a précisé que le MC Saïda a été sanctionné pour « mauvaise Organisation, envahissement de terrain entraînant incidents graves, dégradation de biens publics ». La Commission a par ailleurs déploré les graves incidents qui ont émaillé la fin de la rencontre en condamnant les agressions dont ont été victimes les joueurs de l’équipe visiteuse. La Ligue de football professionnel a indiqué, enfin, qu’elle continuera à suivre cette affaire « compte tenu de la plainte déposée par l’USMA auprès de monsieur le procureur de la République pour les agressions de ces joueurs et qui relève du pénal ».

    Les sanctions annoncées par la LFP ne sont pas à la hauteur de la gravité des évènements. Cette décision est sans doute motivée par des considérations politiques : les autorités craignent sans doute des débordements à Saïda en cas d’annonce de lourdes sanctions. Mais ce choix ne fera qu’encourager les violences dans les stades algériens. De nouveaux drames ne sont pas à exclure

  • Lien vers le commentaire samycool lundi, 16 avril 2012 19:48 Posté par samycool

    Affaire N° 194 : Rencontre MCS – USMA du 14.04.2012
    NEHARI Youcef-11113-MCS : Avertissement Comportement Anti Sportif
    CHERAITIA Mohamed-11109-MCS : Avertissement Comportement Anti Sportif
    HADIOUCHE Abdenour-11119-MCS : Avertissement Jeu Dangereux
    LEMMOUCHIA Khaled-11318-USMA : Avertissement Comportement Anti Sportif
    FEHAM Bouazza-11301-USMA : Avertissement Comportement Anti Sportif
    OUZNADJI Nouri-11317-USMA : Avertissement Comportement Anti Sportif
    Suite aux pièces versées au dossier , aux rapports des officiels de la rencontre et aux auditions :
    MCS : Mauvaise Organisation , Envahissement de terrain entrainant Incidents graves , Dégradation de biens publics , Sanction 8 Matches de suspension de terrain assorties du huis clos (Domiciliation à l’Extérieur de la Wilaya ) et une Amende de 200.000,00 DA sans préjudice des indemnités financières dues , en raison des dommages causés (Art 26-alinéa 1et 2 ,Art 62, Art 106 - Règlement des Championnats de Football Professionnel ) et (Art 6, Art 7 , Art 9 ,Art 16 et Art 70-alinéa 3 - Code Disciplinaire)
    La commission déplore les graves incidents qui ont émaillé la fin de la rencontre et condamne les agressions dont ont été victime les joueurs de l’équipe visiteuse . Cette affaire continuera d’être suivi compte tenu de la plainte déposée par l’USMA auprès de Mr le Procureur de la République pour les agressions de ces joueurs et qui relève du pénal .
    Dirigeant signalé : GUEMIDI Ahmed-Entraineur Adjoint MCS :Incitation à la haine et à la violence sanction 2 ans de Suspension ferme a/c du 15.04.2012 et une amende de 100.000,00 DA ( Art 4 ,Art 9 et Art 65 )
    Rencontre MCS – USMA : Dossier Ouvert pour complément d’information

  • Lien vers le commentaire location-voiture lundi, 16 avril 2012 17:41 Posté par location-voiture

    salam! est ce que vous pouvez me dire qu'est ce qu'a décider la faf comme sanction contre le mcsaida? et les détaille de la conférence de presse de monsieur haddad, qsq il a décider?

  • Lien vers le commentaire allilou fouad lundi, 16 avril 2012 11:51 Posté par allilou fouad

    salut ZEMMA ET MEFTAH vous êtes des grands pars-que les grands font des jaloux alors a la prochaine sélection inchallah

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'entrer toutes les informations requises, indiquées par un astérisque (*). Le code HTML n'est pas autorisé.