mardi, 17 décembre 2019 17:28

Rbak rbak, aïe, rahi tahrak… Meftah saute le verrou belouizdadi…

Écrit par Hamoud Mhadjbi, Rue des Marseillais, Zoudj Ayoune, Alger Casbah…
Évaluer cet élément
(1 Vote)

Il a fallu attendre la fatidique 76’ pour voir ce vieux briscard de Rabie Meftah mettre le feu dans la kouzina du CRPilcor devant une défense médusée, contemplant un tajine ham lahlou complètement cramé.

Une tête en or du défenseur Usmiste qui était là au bon moment, au bon endroit, pourtant entouré par 4 anges gardiens. Cette action ressemble au but inscrit dans les mêmes circonstances lors du dernier match de la saison écoulée face aux Clubistes que les Zouaoua oua-oua avaient douté. Khhhh. Face au Mobistes à Bgayet, kif kif. Khhh. Donc, un goal qui ne souffre d’aucune contestation même si Bakhta, lad’hass, déclara après match, que Gaya Merbah a été gêné. Allô, Aflilou ? Oui, c’est pour des verres correcteurs. Oui, pour un myope comme une taupe, Rass topa. Rass el marto a passé une sale soirée ! Il s’est débiné comme une guenina, refusant de commenter la défaite des banlieusards…

Zakou Benchâa fut un véritable poison pour la défense chababiste qui ne respirât qu’à la 91’ lorsque Khemaissia prit la place du fer de lance Usmiste. Mais Mahiousou lui aussi donna des sueurs froides à Keddada et Boucharchar à la choucha kératinée. Amranou était venu à Santodji pour limiter les dégâts et tenter de repartir à Pilcor avec au moins le point du nul. Oualou temma khiyou ! Le leader avait la chiasse, la bouliga au ventre. D’ailleurs, durant la première méton, pas une seule action notable n’a été relevée par l’attaque belouizdadia. Tabtiti absent, Sayouda invisible, Zemma n’a pas été inquiété, les Rosso Bianco jouant au catenaccio italiano. A la 12’, un pénalty fut refusé injustement à l’USMA après que Rass la kiratine caressa le cuir de la main. Aouinat melha et son linesman Aouinat chabha fermèrent les yeux sur cet impair. Un arbitrage Aouineux vicieux, scandaleux, calamiteux…

Le titre symbolique de champion d’automne, d’hiver ou des quatre saisons est remis aux calendes grecques. Inutile de faire des calculs d’épicier, il faudrait attendre la mise à jour de tous les matchs reportés pour pouvoir prétendre à quoi que ce soit. Bien sûr, les pom-pom girl kilotate khdora présentes à Blida Tchaker ont jubilé et applaudI non pas la victoire de l’USMA mais juste la défaite du CRPilcor. Lorsque l’on joue contre le vent, il ne faut pas s’attendre à des miracles. Al hassone, les Rossoneri ont été comme à leurs bonnes habitudes, présents et bruyants en entonnant les refrains de leurs nouveaux tubes indétrônables au hit-parade des stades et dans les fêtes. Bien sûr, en fin de match, les joueurs se sont dirigés vers le Virage Electric Orchestra pour fêter comme il se doit cette belle victoire au goût mielleux d’un ham lahlou que nous savourons de concert, n’en déplaise à Rass el marto et Rass el bouri…

L’USMA, c’est comme un roseau. Elle plie mais ne casse pas malgré la zone de turbulences qu’elle traverse depuis quelques mois. De toutes les façons, une éclaircie se dégagera bientôt dans le ciel. Ce n’est pas Brutus Rass el khechba qui va nous arrêter car nous irons au Tass cassoulet de Lozâne, zkara. Rabie Meftah, le goléador du jour, a amusé la galerie de San Siro avec l’inoubliable geste de la talonnade effectuée au khamsa jouilia contre le même adversaire. 3awadha 3awadha ! Même Pitchou s’est défoulé comme un fou en dansant avec Khemaissia. Non, makache Mezouar. C’est la fête au village après la victoire de l’USMA ou la défaite du CRPilcor qui est restée en travers de la gorge de la délégation de Balwyzdad. Couvre-feu à Lâakiba, Jardin d’Essai dial les animaux hello, Soufital (coucou Saly), Bd Cervantès, Houbel, Marchi Tnach, téléphérique Madania tah en panne, al hassone, da3wa sousta zit, timpo. Yakhi rahma, yakhi… Rbak rbak, aïe, rahi tahrak…

Hamoud Mhadjbi, Rue des Marseillais, Zoudj Ayoune, Alger Casbah…


Hé ho Kazouni, Sakhrou Rass el bouga qui chialait comme un mormon de l’Utah, était content d’avoir fait match nul contre le vent… Khhh…

Aya, tchao ya Sghar… Tah-ya Za-za-yer…

NDLR : Toute ressemblance avec des personnages ou des situations existants ou ayant existé serait purement fortuite.

Alger, Mardi 17 Décembre 2019

Lu 1055 fois

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'entrer toutes les informations requises, indiquées par un astérisque (*). Le code HTML n'est pas autorisé.