dimanche, 15 janvier 2012 23:05

Le président qui murmurait à l’oreille des joueurs !

Écrit par
Évaluer cet élément
(7 Votes)

Moh Cherif Hannachi, le président montagnard comme il aime à se présenter, n’en rate pas une pour amuser la galerie !

Invité à donner ses impressions sur le mercato d’hiver au cours duquel son club ne s’est pas montré particulièrement actif, le bouffon président a justifié la petitesse de ses recrutements par la flambée des prix qui sévit sur le marché des transferts.

Continuant sur sa lancée, il confia généreusement et "on live" au gracioso animateur de la radio chaine 3, suspendu à ses lèvres, les raisons de la poussée vertigineuse des montants des transferts de joueurs en essayant de faire avaler aux auditeurs son habituelle tartine verbale sur laquelle il aura étalé pendant quelques minutes les confitures de son ignorance ! (Théophile Gautier disait, à propos de la tartine à faire avaler, qu’il étalait les confitures de son éloquence. Mais nous n’allons pas faire injure à l’auteur en le comparant au radoteur)

Même si le président kabyle a pris la précaution de ne pas le nommer, Ali Haddad serait celui par qui la hausse est arrivée. Le richissime chairman usmiste passerait son temps à faire monter les enchères en vue d’attirer les meilleurs joueurs et les meilleurs entraîneurs nationaux.

Il est vrai que lorsque la médiocrité est aux commandes, l’intelligence et le savoir faire deviennent délits.

Nous rappellerons au président gueulard que le parvenu boss chélifien acoquiné au prétentieux rabatteur électoral sétifien ont déjà donné le la en lançant l’idée d’une alliance contre l’hégémonisme d’Ali Haddad. La liste reste ouverte pour tous les belligérants frustrés qui se sentiraient concernés par le pacte initié par les deux comiques du football national.

En acceptant l’instauration du professionnalisme, le président braillard connaissait les règles du jeu. Il savait que les nageurs en eaux troubles ne pourraient résister à l’assaissinissement qui s’opérerait tout naturellement. Finis les mensonges et les entourloupes ! 3endek wela ma endekch !

Dans le monde entier, les formations riches s’offrent les services des meilleurs joueurs. Celles qui ne peuvent pas rivaliser financièrement s’écartent du chemin et observent sagement et, surtout, dignement.

Hannachi veut-il nous faire croire que lorsque lui s’offrait les meilleurs footballeurs nationaux qu’il allait chiper aux formations moins nanties, il lui suffisait de leur murmurer à l’oreille pour qu’ils accourent à Tizi Ouzou pour se faire enrôler ?

Il est vrai que lorsque lui recrutait sans compter, les salaires n’étaient pas aussi faramineux que les actuelles rémunérations. Mais ils étaient suffisamment élevés pour faire pâlir d’envie le mieux payé des cadres supérieurs algériens.

En ce temps-là, ceux qui s’adonnaient à ce jeu parlaient de liberté de marché, de loi de l’offre et de la demande. Ca l’est aujourd’hui encore plus qu’hier sauf qu’aujourd’hui cela se fait dans une plus grande transparence

La donne a changé et de nouvelles règles balisent dorénavant les relations professionnelles dans le monde du football national. Tous ceux qui ne s’y plieront pas seront signalés en position d’off side et quitteront le jeu. C’est comme cela et pas autrement !

Tous les nageurs en eaux troubles qui s’essoufflent et n’arrivent plus à suivre la cadence devraient larguer les amarres, mettre les voiles et aller mouiller leur rafiot loin du ressac. The game is over !

jeudi, 05 janvier 2012 18:16

Evaluation des nouvelles recrues

Écrit par
Évaluer cet élément
(5 Votes)

Au cours du dernier mercato d’été, la direction usmiste s’était montrée très active sur le marché des transferts. L’USMA avait opéré une véritable razzia en acquérant une dizaine de "grosses pointures", ce qui a amené certains à se risquer à prédire un règne sans partage des Rouge et Noir sur le championnat national de ligue 1.

L’addition de noms, les uns aussi prestigieux que les autres, qui allaient constituer l’USMA du cru 2011-2012 fut vite surnommée la "Dream Team" et déjà les supporters rossoneri rêvaient de titres nationaux et de participation continentale.


Après le tomber de rideau sur la première phase du championnat professionnel de ligue 1 et le déroulement d’un premier tour de la coupe d’Algérie, usm-alger.com a voulu faire une petite évaluation technique des joueurs recrutés à l’intersaison.


Cette évaluation prend en compte le nombre de matches joués par chaque joueur, le nombre de fois où il a été titulaire, combien de fois il a joué en qualité de remplaçant, son nombre total de minutes de présence sur terrain et le nombre de buts marqués.
Cette évaluation est sanctionnée par une note sur 10 et une appréciation du joueur sur l’ensemble des matches qu’il a disputé.


L’évaluation a été faite sans complaisance. Mais les efforts financiers consentis par l’USMA, pour mettre en place la plus performante des équipes, justifient la sévérité du jugement. 

ZEMAMOUCHE Mohamed Lamine : N’a pas eu tellement l’occasion de se distinguer. A alterné le bon et le moins bon depuis le début de saison. Semble avoir perdu de l’assurance qu’il avait avec le club qu’il a quitté à la fin de la saison 2010-2011. 
Nombre de matches joués 14
Titulaire14 fois
Remplaçant0
Nombre de minutes jouées : 1226
Note sur 10 5
Appréciation Moyen

MEFTAH Rabie : N’a pas encore trouvé ses repères. En nette régression par rapport à son niveau habituel. Relance mal et ne participe pas assez aux mouvements offensifs de son équipe. A, toutefois, marqué 2 buts pour son équipe
Nombre de matches joués 14
Titulaire13
Remplaçant1
Nombre de minutes jouées : 1201
Buts marqués 2
Note sur 10 3
AppréciationMédiocre

YEKHLEF Mohamed : Irrégulier, Yekhlef a cependant fait quelques bonnes parties. Comme Meftah, Yekhlef n’est pas beaucoup utilisé pour apporter le surnombre en attaque. 
Nombre de matches joués15
Titulaire15
Remplaçant 0
Nombre de minutes jouées : 1350
Buts marqués0
Note sur 106
Appréciation Assez bon

LAÏFAOUI Abdelkader : Sensé être le patron de la défense, Abdelkader n’a pas le charisme d’un Zeghdoud, par exemple. Il ne dirige pas suffisamment ses coéquipiers en défense et s’est révélé moyen dans ses interventions aériennes. A eu le mérite de marquer 2 buts.
Nombre de matches joués14
Titulaire14
Remplaçant 0
Nombre de minutes jouées : 1260
Buts marqués2
Note sur 10 5
AppréciationMoyen

BOUCHEMA Nassim : A fait illusion pendant les premiers matches qu’il a disputé avec son équipe puis s’est éteint progressivement, notamment depuis sa suspension. A court physiquement depuis qu’il a réintégré l’équipe.
Nombre de matches joués 15
Titulaire15
Remplaçant0
Nombre de minutes jouées : 1320
Buts marqués 1
Note sur 10 5
AppréciationMoyen

BEZZAZ Yacine : Bezzaz est en net déclin. Il est loin de l’international que nous avons connu et n’a pas apporté l’expérience qui était attendue du professionnel expatrié qu’il était. Grande déception de la part d’un joueur dont on attendait beaucoup. 
Nombre de matches joués12
Titulaire7
Remplaçant5
Nombre de minutes jouées : 701
Buts marqués 0
Note sur 103
AppréciationMédiocre


LEMOUCHIA Khaled : Bien qu’utile à l’équipe, Lemouchia n’a, cependant, pas apporté le rayonnement espéré sur l’équipe et s’est distingué par un comportement qui a ulcéré dirigeants et supporters. Son caractère irascible a été préjudiciable pour son équipe puisque le milieu de terrain usmiste comptabilise déjà deux suspensions depuis le début de saison. La plus chère recrue de l’inter saison accomplit une première phase de championnat à peine moyenne. 
Nombre de matches joués14
Titulaire 13
Remplaçant1
Nombre de minutes jouées : 1189
Buts marqués 0
Note sur 10 5
Appréciation Moyen


HEMITI Farès : N’a jamais pu s’intégrer dans l’équipe et constitue une autre déception pour ceux qui s’attendaient à découvrir le goleador dont l’USMA avait tant besoin. Parait timide en dépit d’une carrure de déménageur. Un point à l’actif de Farès, sa débauche d’énergie sur le terrain. 
Nombre de matches joués12
Titulaire8
Remplaçant4
Nombre de minutes jouées : 766
Buts marqués1
Note sur 10 2
Appréciation Insuffisant


BOUMECHRA Salim : Il était attendu monts et merveilles de l’ex harrachi, notamment lorsque associé à son coéquipier Boualem. Durant toutes les fois où il a été aligné, Boumechra a rarement convaincu. Sa mise à l’écart, après le départ, de Renard peut avoir influé sur son rendement 
Nombre de matches joués14
Titulaire 9
Remplaçant5
Nombre de minutes jouées : 847
Buts marqués1
Note sur 103
Appréciation Médiocre


DJEDIAT Lamouri : Celui qui était supposé être le play maker usmiste ne nous a pas éclaboussé de sa classe, loin s’en faut. Comme nombre de ses coéquipiers, Djediat, après un début de saison acceptable, est rentré dans les rangs au point de perdre sa place de titulaire. Fait preuve d’une trop grande suffisance dans le jeu et va rarement au charbon. Djediat est cependant le buteur de l’équipe avec huit (08) réalisations, toutes compétitions confondues.
Nombre de matches joués14
Titulaire 14
Remplaçant0
Nombre de minutes jouées : 1224
Buts marqués8
Note sur 10 5
AppréciationMoyen


BOUALEM Mohamed : Trop souvent blessé, Boualem a rarement eu l’occasion de démontrer son talent. Un coup de génie face à El Harrach et quelques bribes de matches joués sous sa vraie valeur. Insuffisant pour un garçon sur qui reposaient de nombreux espoirs. 
Nombre de matches joués13
Titulaire 10
Remplaçant 3
Nombre de minutes jouées : 705
Buts marqués 1
Note sur 103
Appréciation Médiocre


FEHAM Bouazza : Le nombre de joueurs qui évoluent à son poste de prédilection lui a, peut-être, été fatal. A rarement joué en titulaire. Discret lors de ses premières apparitions, Bouazza s’est montré par la suite plus actif et a démontré qu’il avait sa place au sein de l’équipe. Feham pourrait être qualifié "d’agréable surprise" lui dont la venue à l’USMA avait été accueillie avec scepticisme. 
Nombre de matches joués 12
Titulaire 5
Remplaçant7
Nombre de minutes jouées : 537
Buts marqués0
Note sur 10 6
Appréciation Assez Bon


TAGUELMINT Elias Saïd : Depuis le début de saison Taguelmint n'a été utilisé que comme remplaçant. Son gabarit aurait pu être d’un apport appréciable pour son équipe s’il avait été aligné contre certaines formations au jeu rugueux. Son altercation avec un journaliste l’a écarté sans doute pour longtemps des terrains. Ne devrait pas faire long feu à l’USMA. 
Nombre de matches joués3
Titulaire0
Remplaçant 3
Nombre de minutes jouées : 8
Buts marqués0
Note sur 10 A trop peu joué pour être noté
AppréciationA trop peu joué pour être apprécié


BELABBES Farid : N’a jamais été aligné depuis le début de saison. Constitue une perte sèche pour le club qui le paie pour une prestation qu’il ne fournit pas. Sera certainement libéré au cours du mercato d’hiver.

dimanche, 25 décembre 2011 16:50

ESS 3-2 USMA : Signé Benouza !

Écrit par
Évaluer cet élément
(6 Votes)

Ce qui devait arriver, arriva ! Le complot fomenté depuis une semaine a connu l’épilogue programmé par la faune de magouilleurs en tous genres qui peuple le monde du football !

Une ambiance électrique, un public chauffé à blanc, durant toute la semaine, qui donna un aperçu de son hostilité en caillassant le bus des U21 usmistes, une délégation usmiste insultée, menacée, intimidée, agressée par des officiels, des pseudo stadiers, des pseudo journalistes,… sous l’œil complice d’un pseudo service d’ordre et, enfin, un arbitre vicieux et malhonnête qui offrit la victoire aux locaux dans les ultimes instants de la partie

Comment, dans des conditions pareilles, espérer gagner ou même ramener un nul de son déplacement ?

Retour sur une rencontre pas comme les autres :

C’est par un temps glacial et devant une assistance record que les vingt deux acteurs pénètrent sur le terrain.

Sans attendre l’habituel round d’observation, les deux équipes vont tout de suite entrer dans le vif du sujet. Ce sont les sétifiens qui se montrent les plus menaçants et qui vont rapidement ouvrir le score. A peine sept minutes de jeu et la défense usmiste montre déjà des signes d’affolement, notamment sur son côté droit où Maïga a du mal a entrer dans le match.

L’action du but sétifien prend naissance à partir du rond central et d’une récupération de balle de Djabou. Ce dernier effectue un centre en direction de ses coéquipiers qui se trouvent aux abords de la surface de réparation usmiste. Chafaï s’élève pour dégager le ballon de la tête mais Aoudia l’en empêche en s’appuyant sur lui de façon assez distincte sauf pour l’arbitre Benouza qui laissa le jeu se poursuivre. La balle atterrit dans les pieds de Ghazali, déporté sur la gauche des buts de Zemamouche. L’attaquant sétifien effectue un centre vers le point de penalty que reprend malencontreusement Laïfaoui. En voulant écarter le danger, le défenseur central usmiste loge le cuir dans la cage de son propre gardien (7’). ESS 1 USMA 0

L’USMA, un instant groggy, reprend progressivement du poil de la bête et va asseoir sa suprématie sur le jeu. Elle domine les débats sans pourtant arriver à concrétiser. Les sétifiens se replient en défense et contiennent tant bien que mal les multiples tentatives des usmistes qui, maintenant, attaquent plus franchement, notamment du côté droit où le jeune Benaldjia donne le tournis à son adversaire direct. Maïga a maintenant retrouvé ses marques. Ses montées sont plus fréquentes et son apport en attaque est appréciable. A la 42’ de jeu, Feham arrive à brûler la politesse à Benchaïra et Benmoussa. Au moment de pénétrer dans la surface de vérité sétifienne, Benmoussa le bouscule et le met à terre. Sans hésitation aucune, l’arbitre Benouza siffle la sanction indiscutable.

Djediat, chargé d’exécuter la sentence, ne tremble pas et met le cuir hors de portée du gardien sétifien qui avait, pourtant, plongé du bon côté (43’). ESS 1 USMA 1

Fort logiquement, Djediat remet les pendules à l’heure ! Fou de joie, il se dirige vers la galerie usmiste pour communier avec les nombreux supporters usmistes qui ont effectué le déplacement.

La mi-temps ne tarde pas à être sifflée et l’arbitre du match mettra fin aux débats de ce premier half sur ce score de parité de 1 but partout.

Dès la reprise, Didier Ollé-Nicolle procède à un changement. Il sort Maïga, et le fait remplacer par Meftah. Maïga avait été pourtant été bon mais il restait sous la menace d’un deuxième carton jaune synonyme d’expulsion (Abdoulaye avait été déjà averti dès la 5ème minute de jeu).

La physionomie de la rencontre change quelque peu puisque les Rouge et Noir laissent l’initiative à leurs adversaires et se risquent moins à aller visiter le camp adverse.

Coup sur coup, les sétifiens bénéficient de deux coups francs dangereux. Sur le premier coup de pied arrêté, Benmoussa envoie le ballon mourir sur la base du montant droit des buts gardés par Zemamouche. Yekhlef arrive à dégager la balle en catastrophe. Le deuxième coup franc allait s’avérer fatal pour les usmistes puisque après un premier renvoi, le ballon échappe à trois joueurs usmistes pour être récupéré par un joueur sétifien. Ce dernier centre vers Aoudia, libre de tout marquage, qui ne se fait pas prié pour battre Zemamouche à bout portant (58’). ESS 2 USMA 1

Le stade s’enflamme et les sétifiens reprennent confiance, eux qui, jusque- là, avaient été dans leurs petits souliers.

Comme après la première réalisation sétifienne, la réaction usmiste ne se fait pas attendre. Prenant le jeu à leur compte, les usmistes parviennent rapidement à revenir à hauteur de leurs adversaires. Dix minutes, à peine, se sont écoulées, après l’avantage pris au score par les sétifiens, que Djediat double la mise pour son équipe et réussit à égaliser de fort belle manière.

Feham, auteur d’une partie remarquable, centre vers Hamiti, très combatif hier, qui remet instantanément le ballon à Djediat qui réussit à marquer, malgré la sortie du gardien de but sétifien (68’). ESS 2 USMA2

Après avoir marqué ce but, Djediat se dirige vers la tribune réservée aux supporters usmistes pour extérioriser toute sa joie.

Le commentateur télé parle d’une joie hystérique mais ne souffle mot sur le cirque qui se déroulait dans et autour du stade. L’égalisation usmiste le révèle sous sa véritable nature. Le commentateur télé troque son costume de journaliste neutre et impartial pour enfiler celui du supporter aveuglé par une haine inexplicable. Il le fait tant et si bien qu’il s’oublie à plusieurs reprises pour nous gratifier de commentaires chauvins genre « ma ahleh scinariou » lorsque l’équipe locale bénéficie d’un penalty gracieusement offert par le sieur Benouza (nous y reviendrons en fin d’article).

L’USMA venait, une nouvelle fois, de rétablir l’équilibre, et ce ne fut que justice.

Les Rouge et Noir asphyxient littéralement leurs adversaires mais au lieu d’aller planter ce troisième but, synonyme de victoire, ils se contentent de faire circuler le ballon. Les changements opérés par l’entraîneur Ollé-Nicolle furent incompréhensibles puisqu’il Benaldjia sort pour être remplacé par Bezzaz et Boumechra est incorporé à la place de Lemouchia (83’). Sur le terrain, la stratégie du coach usmiste tarde à prendre forme. Cherchait-il le partage des points ou voulait-il prendre l’ascendant sur un adversaire largement à la portée de ses joueurs ? Toujours est-il que ce coaching s’avéra catastrophique puisque ni Boumechra et encore moins Bezzaz ne réussirent à égaler ceux qui venaient de sortir et ne furent d’un quelconque apport pour leurs partenaires.

Le temps réglementaire prend fin sans qu’aucune des deux équipes n’arrive à marquer un nouveau but. Le tableau, brandi par le 4ème officiel, indique 4 minutes de temps additionnel.

Nous jouons la 93’ et quelques poussières de secondes et c’est ce moment précis que choisit l’arbitre Benouza pour mettre son plan à exécution.

Sur l’exécution d’un dernier coup franc accordé aux sétifiens, Zemamouche, pourtant victime d’une obstruction évidente de la part d’un attaquant sétifien, arrive tant bien que mal à dégager son camp. Le ballon heurte au passage le bras, collé au corps, de Hemiti qui se trouvait dans la surface de réparation usmiste. Benouza ne réagit pas mais, sous la pression des joueurs sétifiens et d’une galerie qui vocifère de toutes parts, fait volte face et désigne du doigt le point de penalty.

Du grand art Monsieur Benouza ! Machiavel passerait pour un saint devant vous !

Dans les tribunes, c’est le délire ! Dans les cabines de presse idem ! L’extase confine à la jouissance et l’envie d’extérioriser sa joie l’emporte sur le devoir de réserve ! L’USM Alger (à ne pas confondre avec une quelconque équipe sioniste d’une quelconque ville israélienne) est battue ! Les instincts les plus vils sont étalés au grand jour (ou à la grande nuit). Diss, la bave à la bouche, ne se contente pas du cadeau offert par Benouza. Le scalp de l’USMA ne suffit pas ! Il veut son propre trophée et agresse Feham ! Il est expulsé par l’arbitre qui ne voudra pas être taxé de partial, lui l’international ! Grande comédia d’el arte au stade du 8 mai 1945 !

Benmoussa tire le penalty et donne la victoire pour l’ESS (94’+ 4). ESS 3 USMA 2

Il retire son maillot mais n’est pas expulsé (dans le cas où un avertissement lui a été signifié dans l’action du penalty accordé à l’USMA, il aurait du écoper d’un 2ème carton jaune, synonyme d’expulsion).

La partie prend fin dans une cohue indescriptible. Les caméras de la télévision sont rapidement retirées ! Rideau sur une rencontre de football qui ressemble plus à une mise à mort ! Une mise à mort d’un club de foot, tout ce qu’il y a de plus algérien, et d’un football, déjà à l’agonie, rongé par un mal qui n’est pas prêt de disparaître !

L’après match viendra confirmer toutes les appréhensions émises par de nombreux observateurs et par les supporters usmistes en particulier. Une chasse à l’usmiste qui rappelle de biens mauvais souvenirs, une ratonnade à la Maurice Papon. Tout ça, sous l’œil indifférent des services de sécurité et la bénédiction des responsables sétifiens qui, non contents de s’être vus offerts la victoire, voulaient casser de l’usmiste !

L’USMA, ses dirigeants, ses joueurs et ses supporters ont pris acte de ces comportements scandaleux et indignes qu’on leur a fait subir. Ils sauront réserver la réponse idoine à leurs adversaires belliqueux lorsque viendra le moment !

 

15ème journée du championnat de ligue 1 : ESS 3 USMA 2

Stade : 8 Mai 1945 (OPOW) - Sétif

Temps : froid

Affluence : record

Pelouse : excellente

Arbitres : Benouza – Omari – Bechirene - 4ème officiel : Habibatni

Buts : Djediat (sur penalty 43’ et 68’) pour l’USMA ; Laïfaoui (csc 7’) – Aoudia (58’) – Benmoussa (sur penalty 90’+4) pour l'ESS

Avertissements : Maïga (5’) – Laïfaoui (57’) - Chafaï (58’) – Bouchema (74’) – Djediat (77’) et Hamiti (90’+4) pour l’USMA ; Benmoussa (42’) pour l’ESS ?

Composition d’équipe :

USMA : Zemamouche - Yekhlef – Maïga (Meftah 46’) – Laïfaoui – Chafaï – Bouchema - Benaldjia (Bezzaz 83’) – Lemouchia (Boumechra 83’) – Hamiti - Djediat - Feham – entraîneur : Ollé-Nicolle

En U21, l’ESS et l’USMA se sont neutralisés sur le score de deux buts partout (2 à 2).

 

dimanche, 18 décembre 2011 07:44

USMA 1-0 ASO : Dur, dur….d’être leader !

Écrit par
Évaluer cet élément
(1 Vote)

Quelle fut longue à se dessiner cette victoire usmiste ! D’abord en raison de l’étroitesse du score acquis grâce à un penalty obtenu en première période puis à cause de l’inexplicable baisse de régime des usmistes en seconde mi-temps et du réveil des chélifiens.

Avant la rencontre, les Rouge et Noir savaient qu’ils étaient dans l’obligation de remporter le gain du match sous peine de voir s’installer durablement le doute qui commençait à gagner joueurs, dirigeants et supporters.

Ceci explique, sans doute, le début tonitruant des usmistes qui allaient, dès les premières minutes de la partie, afficher leurs intentions. A la 7ème de jeu, Benaldjia, bien lancé par Bouchema, s’engouffre dans la surface de réparation chélifienne, évite le gardien de but Ghalem, sorti à sa rencontre, et envoie le ballon en direction des buts. Alors que tout le monde criait au but, le défenseur asnami Aouamri revenu en catastrophe arrive à dégager le cuir. Cette première chaude alerte allait en appeler d’autres puisque 5 minutes plus tard, un centre effectué par Maïga est reprit par Boumechra dont le tir ira toucher le poteau (12’). L’USMA accule dans ses derniers retranchements l’ASO mais n’arrive pas à trouver le chemin des filets. De leur côté, les chélifiens répliquent timidement par Messaoud qui tente un tir, mais sa balle passera au-dessus de la barre transversale des buts gardés par Zemamouche (22’). L’activité débordante de Benaldjia allait finalement être récompensée lorsque le jeune Mehdi fut taclé par un défenseur asnami à l’intérieur de la surface de vérité. L’arbitre Zouaoui n’hésita pas et siffla le penalty qui s’imposait. Chargé d’exécuter la sentence, Djediat ne trembla pas et mit le ballon hors de portée du gardien Ghalem (35’). USMA 1 ASO 0

L’USMA venait de voir ses efforts récompensés, elle qui domina outrageusement cette première période. Les Rouge et Noir accentuèrent leur pression en vue d’ajouter un second but, avant la fin de cette première mi-temps, mais n’y parvinrent pas. C’est donc sur ce maigre, mais précieux, avantage d’un but en faveur des usmistes que l’arbitre renvoya les vingt deux acteurs aux vestiaires pour la pause citron.

 

En seconde période, le jeu baissa d’intensité et l’USMA accusa un incompréhensible fléchissement. Cette situation fut mise à profit par les chélifiens qui prirent la direction du jeu. L’ASO tenta, par Messaoud notamment, de revenir à hauteur de son adversaire mais n’y parvint pas. Le meneur de jeu chélifien adressa deux tirs qui auraient pu faire mouche mais, à chaque fois, Zemamouche s’interposa avec brio. Les usmistes se contentèrent de contenir des chélifiens revenus dans le match mais qui manquèrent d’efficacité. La suite de la rencontre n’apporta rien de nouveau et les Rouge et Noir allaient s’adjuger un succès précieux qui leur permet d’occuper seuls la tête du classement, à la faveur du résultat enregistré par Sétif.

 

A signaler l’excellente partie fournie par le latéral gauche Yekhlef, qui verrouilla son couloir et apporta constamment le surnombre en attaque, et les bonnes prestations de Chafaï et de Benaldjia, notamment en première période pour ce dernier.

 

Autre fait marquant au cours de cette période, l’incident provoqué par un dirigeant chélifien qui abreuva d’insultes Djediat qui venait d’ouvrir le score pour son équipe. Cet incident, qui prit des allures de pugilat dans la tribune d’honneur, se prolongea sur la pelouse lorsque Zaoui, prié de quitter la tribune puis le terrain, mit son grain de sel, provoquant l’arrêt momentané de la partie après l’intervention.

 

En remportant le gain du match, l’USMA aura réalisé l’essentiel. Elle renoue avec la victoire et consolide sa place de leader avant de se rendre à Sétif pour y rencontrer son dauphin, pour le compte de la dernière journée de cette première phase du championnat de ligue 1.

Un bémol, toutefois, à ce succès ! La seconde période pas très rassurante des Rouge et Noir.

Didier Ollé-Nicolle devra faire travailler d’avantage une équipe chez qui nous avons constaté un léger mieux, notamment sur le plan de la combativité, mais qui est loin d’être irrésistible.

 

 

14ème journée du championnat de ligue 1 : USMA 1 ASO 0
Stade : Omar Hamadi (Bologhine) – Alger
Temps : couvert
Affluence : moyenne
Pelouse : détrempée mais praticable
Arbitres : Zouaoui – Bitam – Chenaoua - 4ème officiel : Brahimi
Buts : Djediat (sur penalty 35’) pour l’USMA
Avertissements : Chafaï (51’) – Laïfaoui (52’) – Feham (87’) – Boumechra (91’) - Benaldjia pour l’USMA ; Aouamri (19’) - Gharbi pour l’ASO


Composition d’équipe :

USMA : Zemamouche - Yekhlef – Maïga – Laïfaoui – Chafaï – Bouchema - Benaldjia (Daham 76’) – Feham – Boumechra (Taguelmint 92’) – Djediat – Boualem (Bezzaz 46’) entraîneur : Ollé-Nicolle.

 

En U21, l’USMA n’a pu faire mieux qu’un match nul face à son homologue de l’ASO (1 but à 1).

jeudi, 24 novembre 2011 14:50

LE MIAL ET LES ABEILLES !

Écrit par
Évaluer cet élément
(5 Votes)

"Compétition", le porte parole non officiel du club rival et futur adversaire de l’USMA, enfourche une nouvelle fois son canasson et affiche sa ferveur belliqueuse, n’hésitant pas à sortir de son rôle d’informer pour pousser à la zizanie !

Conscient de la supériorité du club qui hante les nuits de ses propriétaires, ce quotidien aiguise le dard de ses abeilles avant de les lâcher sur le pôvre Mial, arbitre à ses temps perdus et désigné pour diriger le derby, objet de tous les abus, de toutes les manipulation et de toutes les dérives !

Le quotidien ne se prive pas aussi de jeter la suspicion sur les résultats acquis par l’USMA, faisant fi des principes déontologiques les plus élémentaires en matière d’information. Mais, de cela, on s’était habitué !

Voici quelques titres choisis tirés de l’édition de ce jour, jeudi 24 novembre 2011, que ce quotidien, toute honte bue, livre à la lecture de sa clientèle.

A la une :

MCA-USMA : le mouloudia a peur de l’arbitre

Ghrib : « Mial nous a déjà sabotés contre le MCO »

Dans les pages intérieures :

Après les erreurs d’arbitrage des matches de la JSK et du MCS : l’arbitrage fait peur au mouloudia

Ghrib : « Il nous a déjà sabotés »

Comment, après avoir lu cela, demander à l’arbitre Mial de diriger la partie sans pression et en toute impartialité ? Comment faire admettre au club qui jouera contre les culpabilisateurs qu’il ne sera pas défavorisé à la moindre action litigieuse ? Comment s’étonner que des incidents puissent se produire lorsque les supporters sont conditionnés par des écrits aussi irresponsables ?

Tel un essaim d'abeilles, les plumitifs de ce quotidien lancent, tous azimuts, leurs fléchettes emplies de venin avec le secret espoir que l’une d’elles atteigne sa cible. Et si la cible est ratée, que Mial se contente d’arbitrer sans se soucier de la présomption de partialité qu’on lui prête, qu’il prenne les décisions réglementaires idoines en faisant fi des noms des protagonistes,... bref qu’il dirige la partie en son âme et conscience, alors le bouc émissaire aura vite été trouvé !

L’arbitre aura encore fait des siennes avec force preuves et autres "pièces à conviction", le club chéri aura été volé, le rival avantagé et la pilule sera moins dure à avaler !

 


dimanche, 20 novembre 2011 10:54

JSK 0 USMA 0 : Que de regrets !

Écrit par
Évaluer cet élément
(5 Votes)

Les Rouge et Noir doivent, à l’heure actuelle, se mordre les doigts d’avoir raté une victoire qui leur tendait les bras, notamment dans le dernier quart d’heure de la partie !


Les usmistes ont été considérablement gênés par les Metref, El Orfi, Sedkaoui, et autre Bitam. Mais les joueurs kabyles ne sont pas arrivés à inquiéter sérieusement le gardien Zemmamouche et c’est les Rouge et Noir qui auraient pu ouvrir la marque dès la 4ème minute de jeu lorsque le latéral Meftah, bénéficiant d’un coup franc à 25 mètres des buts de Asselah, plaça un joli tir au ras du poteau droit du gardien kabyle qui eut toutes les peines du monde à dévier en corner.C’est par un temps ensoleillé et devant une assistance nombreuse que la partie débuta. Dès le début, on sentait les deux équipes crispées et incapables de développer leur jeu habituel. Durant les vingt premières minutes, le jeu se concentra au milieu de terrain où la bataille faisait rage. Parfaitement conscient de la valeur de l’entre jeu usmiste, Ighil massa le plus gros de ses troupes dans ce compartiment du terrain. 
Les usmistes ont été considérablement gênés par les Metref, El Orfi, Sedkaoui, et autre Bitam. Mais les joueurs kabyles ne sont pas arrivés à inquiéter sérieusement le gardien Zemmamouche et c’est les Rouge et Noir qui auraient pu ouvrir la marque dès la 4ème minute de jeu lorsque le latéral Meftah, bénéficiant d’un coup franc à 25 mètres des buts de Asselah, plaça un joli tir au ras du poteau droit du gardien kabyle qui eut toutes les peines du monde à dévier en corner.
A mesure que le match avançait dans le temps, l’USMA exerça un peu plus d’emprise sur le jeu et s’aventura plus souvent dans le camp de la JSK. A la 24ème de jeu, un beau mouvement collectif se développa à partir de l’axe central usmiste. Il eut pour origine Khoualed, incontestablement le meilleur joueur de l’USMA hier, qui alerta Meftah sur la droite. Ce dernier sollicita le une-deux avec Lemouchia qui le relança dans la profondeur, sur le côté gauche de la défense kabyle. Meftah effectua un centre parfait en direction de ses attaquants. Boualem laissa passer le ballon, alors qu’il se trouvait dans les 6 mètres de la défense kabyle. Les défenseurs Tizi ouziens ratent l’interception du cuir qui atterrit dans les pieds de Hamiti, embusqué à hauteur du deuxième poteau. L’avant-centre usmiste, contrôle la balle et, à 1 mètre des buts d’Asselah, tire en direction des buts. Miraculeusement et dans un réflexe inouï, le gardien kabyle dévie le ballon au-dessus de la barre transversale, évitant ainsi à son équipe un but certain. 
Ce fut d’ailleurs la seule occasion de scorer de la première mi-temps, au cours de laquelle l’enjeu semblait avoir pris le dessus sur le jeu.


En seconde période, la JSK revint sur le terrain avec la ferme intention de trouver la faille au sein d’une défense usmiste bien organisée. Elle eut deux bonnes occasions d’ouvrir le score mais sur les deux occasions, Yekhlef, une première fois, puis Khoualed annihilèrent admirablement les tentatives de Boulemdaïs. Ce dernier réussit même à marquer un but que l’arbitre refusa injustement pour une position de hors-jeu pas du tout évidente.
Sentant un certain fléchissement de ses poulains, l’entraîneur usmiste incorpora Feham à la place de Boualem, très effacé au cours de ce match car marqué de près durant tout le temps qu’il a passé sur le terrain. Hamiti sortit, à son tour, cédant sa place à Daham, pourtant blessé et qui joua un gros quart d’heure, le bras gauche ballant. Dès lors, l’USMA domina copieusement son adversaire et eut deux ou trois bonnes occasions de scorer. Les ballons étaient désormais récupérés dans la zone kabyle et les canaris avaient du mal à contenir les attaques usmistes.
A la 72’ de jeu, Feham, récupérant une balle dans la surface de réparation kabyle, envoya le cuir sur la transversale des buts gardés par Asselah, archi battu sur cette action. Les joueurs kabyles donnaient des signes d’essoufflement et paraissaient au bord de la rupture. Sentant le danger, Meziane Ighil renforça son milieu de terrain en incorporant un demi défensif à la place d’un attaquant.
Les usmistes continuèrent à attaquer mais manquaient de détermination dans le geste final. Ils développèrent de beaux mouvements mais n’allèrent pas au bout de leurs intentions. Dans les arrêts de jeu, Didier Ollé Nicolle fit rentrer Benaldjia à la place de Bezzaz mais ce changement n’apporta rien de nouveau
Le reste de la partie n’apporta pas de changement et l’arbitre Houasnia siffla la fin de la rencontre sur ce score vierge qui, somme toute, arrange les deux équipes.
A signaler l’excellente partie fournie par Khoualed et les débuts très prometteurs du jeune Ferhat, qui eut du mal à rentrer dans le match mais qui se reprit de fort belle façon en seconde période.

 

9ème journée du championnat de ligue 1 : JSK 0 USMA 0
Stade : 1er novembre 1954 (OPOW) Tizi Ouzou
Affluence : nombreuse
Arbitres : Houasnia – Boulkrinet – Badache - 4ème officiel : Bousseter

 

Avertissements : Boualem (19’) – Meftah (39’) – Ferhat (89’) – Lemouchia (65’) - Bezzaz (86’) pour l’USMA ; Nessakh (20’) – Hemani (39’) - El Orfi (65’) pour la JSK


Composition d’équipe:
USMA : Zemmamouche – Meftah – Yekhlef – Laïfaoui – Khoualed – Bouchema - Bezzaz (Benaldjia 90’+2) – Lemouchia – Hamiti (Daham 74’) – Boualem (Feham 69’) – Ferhat – Entraîneur :  Didier Ollé-Nicolle

Les U21 de l’USMA ont écrasé leurs homologues de la JSK sur un score sans appel de 4 buts à 1

Évaluer cet élément
(4 Votes)

C’est en compagnie de Mouldi Aïssaoui, Reda Abdouche et Rabie Meftah que le nouvel entraîneur usmiste, Didier Ollé-Nicolle a donné une conférence de presse ce mercredi, au stade Omar Hamadi de Bologhine.

Questionné sur l’équipe de l’USMA qu’il vient de prendre en main, Didier Ollé-Nicolle dira :

" Mon groupe, je ne l’ai découvert que cette semaine. Depuis mon arrivée, je n’ai dirigé que quatre (04) séances et ai assisté à une rencontre amicale que l’équipe a disputé face au RCK. J’ai pris le soin de visionner cinq (05) matches que l’USMA a disputé précédemment et ce que j’ai vu me laisse dire que le groupe renferme de bons joueurs ".

"J’ai été agréablement surpris par le bon état d’esprit qui régne parmi le groupe, ce qui prouve que mon prédécesseur a fait du bon travail sur ce plan là ! La discipline n’est pas un vain mot au sein de cette équipe de l’USMA ".

" Les internationaux A et U23 ont réussi de bonnes prestations avec leurs sélections respectives. Afin de leur permettre de récupérer des efforts consentis, un travail spécifique a été prévu à leur intention. Le reste du groupe a été soumis à des séances intenses, ces deux derniers jours. Aujourd’hui, nous avons diminué la charge de travail et, dès demain, nous allons apporter les dernières retouches et parler de l’aspect technico tactique du match que nous devons disputer samedi prochain face à la JSK ".

A ce sujet, Ollé-Nicolle dira avoir visionné le dernier match de la JSK et avoir remarqué que l’équipe kabyle possédait de bons joueurs à l’image de Zarabi, Metref et Tedjar. Il dira que, comme tous les derbys, ce sera un match difficile mais que ses joueurs allaient l’aborder le plus normalement du monde. " Ce sera un match ordinaire de championnat que l’USMA va jouer à l’extérieur. Il est certain qu’une certaine pression sera exercée sur nous par l’équipe adverse et ses supporters, d’autant qu’ils auront l’USMA en face ".

Questionné sur sa façon d’entraîner une équipe qu’il a trouvée en tête du championnat et sur laquelle beaucoup d’espoirs sont nourris, Didier Ollé-Nicolle dira que sa méthode est axée sur la compétition et la concurrence. Il ajoutera qu’il compte sur l’esprit de compétiteurs de ses joueurs, sur leur talent et leur mental pour atteindre les objectifs que s’est fixé le club.

Ollé-Nicolle dira que ses méthodes ne sont pas tellement différentes de celles de Renard mais que chacun a sa personnalité. Les joueurs devront s’adapter à sa façon de diriger, mais lui aussi doit s’adapter aux joueurs ainsi qu’à la culture et à la tradition du club.

" Même si l’USMA possède les meilleurs joueurs du championnat national, il faudra patienter pour pouvoir monter une grande équipe " dira-t-il.

Il fera même un parallèle avec le Real Madrid pour insister sur le fait que l’apport de grands joueurs n’est pas une garantie de réussite.

L’USMA, dira-t-il, a un effectif recomposé à 90% et les nouvelles recrues sont venues d’horizons divers avec des mentalités et une philosophie de jeu différentes.
" Seul le travail paie ", insistera-t-il, " et il faudra "bosser" pour améliorer notre jeu et atteindre notre objectif ! Nous voulons que cet objectif dépasse le cadre national et nous porterons notre ambition vers des challenges continentaux ! Et je suis là pour ça ! ", continuera le coach français.

" Ma philosophie est de jouer très haut et de voir mes attaquants exercer un pressing permanent sur leurs adversaires. Lorsque le ballon sera en notre possession, nos défenseurs participeront aux offensives de l’équipe et apporteront le surnombre. Je crois savoir que Rabie Meftah, mon latéral droit, a marqué plus de sept (07) buts la saison dernière. C’est ce que j’attends de lui cette saison encore. Le football moderne est basé sur l’apport des latéraux en attaque "


Meftah : " Nous irons à Tizi Ouzou pour nous imposer ! "

A une question posée en kabyle par un journaliste, présent dans la salle de conférence, Meftah répondra dans la même langue.

Questionné sur l’attitude du public blidéen lors du match Algérie-Tunisie, Rabie Meftah dit ne pas avoir été ébranlé par les sifflets du public clubard qui s’en est pris à lui. Il ajouta que c’était, probablement, son statut de joueur local qui avait fait réagir ainsi ceux qui l’ont sifflé. Il citera le cas similaire de Zemmamouche, sifflé et insulté mardi passé, au stade du 5 juillet.
Meftah a affirmé ne pas avoir été affecté par le comportement d’une partie du public, présent au stade Tchaker, et confiera qu’Halilhodzic lui aurait dit que s’il savait que le public demandait sa sortie, il ne l’aurait pas fait.

S’agissant du match qu’il doit disputer contre un club où il a évolué par le passé, Meftah dira qu’il mettra les sentiments de côté et qu’il ira à Tizi Ouzou pour gagner. Il ajoutera qu’il a déjà marqué contre la JSK alors qu’il évoluait à la JSM Bejaïa.

Il commentera la venue du nouvel entraîneur en disant que son prédécesseur lui a laissé une équipe au rang de leader, que les joueurs sont des professionnels et qu’ils avaient l’habitude de voir partir des entraîneurs et arriver d’autres à leur place. Il a terminé en souhaitant que le nouveau coach puisse leur permettre d’atteindre les objectifs qu’ils se sont fixés.

Mouldi Aissaoui : " Dépassionner l’évènement ! "


Après avoir présenté ses condoléances et celles du club à la famille du défunt Djamel Keddou, décédé tôt dans la matinée du mercredi 16/11/2011, le directeur général de la SSPA USMA a insisté sur les relations amicales et fraternelles qui ont toujours caractérisé l’histoire de l’USMA et de la JSK. Il citera quelques noms de joueurs qui ont joué dans les deux clubs et s’évertua à dépassionner une rencontre qu’il a souhaité belle et spectaculaire avant tout.

Par Momoh

lundi, 24 octobre 2011 13:18

Lamentable !

Écrit par
Évaluer cet élément
(2 Votes)

Quelle mouche a donc piqué Khoualed ? Tout le monde aura remarqué sur les images diffusées par Dzaïrweb TV, à l’occasion du match WAT-USMA, comment de joueur, d’habitude discipliné, Khoualed, qui a complètement pété les plombs, s'est transformé en mutin !

La réaction du fougueux défenseur usmiste a fait suite à une verte réprimande, accompagnée d’une taloche, que l’entraîneur Hervé Renard lui a faite, probablement, en raison du but encaissé par son équipe et sur lequel il avait une part de responsabilité.


L’orgueil de Khoualed a dû recevoir un coup puisque, au premier arrêt de jeu, il entra dans une colère noire, gesticulant et crachant en direction du banc de touche, donnant ainsi une piètre image du club. N’était-ce l’intervention de ses coéquipiers, venus le calmer, Khoualed aurait même pu commettre l’irréparable. Une attitude incompréhensible et condamnable, indigne d’un joueur professionnel évoluant dans un club qui est présenté actuellement comme un modèle de professionnalisme !

mercredi, 19 octobre 2011 17:05

Electrochoc !

Écrit par
Évaluer cet élément
(16 Votes)

Il y a péril en la demeure ! La société civile, les pouvoirs publics et les instances sportives ont le devoir de réagir puis de prendre les mesures nécessaires pour éradiquer ce mal profond qui ronge notre football !


Nous nous étions habitués à entendre toutes sortes d’obscénités et de vulgarités dans nos stades, au point de nous en accommoder jusque dans nos demeures. Nous avions observé, impuissants, à la montée de relents régionalistes, xénéphobes, voire racistes, sans en mesurer réellement le degré de gravité.


Et puis, vint ce fameux samedi 15 octobre 2011 et ce derby entre algérois au cours duquel deux banderoles furent déployées. Et là, stupeur ! Electrochoc pour les spectateurs du stade du 5 juillet ! Une première banderole déployée dans le camp Rouge et Noir venait faire grincer des dents les milliers de spectateurs et téléspectateurs ! Cette banderole se voulait humoristique. Elle n’avait rien de poétique !

La seconde, celle mise en évidence par le camp Rouge et Blanc, provoque un haut le cœur, que dis-je, une indignation jusque là jamais autant ressentie ! Cette fois-ci, ce n’est plus un quartier, une ville ou une région qui sont insultés ! C’est l’Algérie entière que des esprits insensés on supplicié, souillant la mémoire de milliers de martyrs morts pour que cette patrie soit libre et indissociable ! Un haut lieu de la résistance et de la révolution est présenté comme la station de la dépravation et de la débauche ! 

Retour sur ce triste évènement :

Alger vivait, depuis quelques jours déjà, au rythme du derby algérois. A mesure que l’on s’approchait de la date du match, une rumeur se répandit selon laquelle les supporters usmistes allaient grotesquement chambrer leurs congénères belouizdadis sur une banderole qui allait être déployée au cours du match qui allait opposer leurs deux équipes. Il y serait fait référence à l’appartenance à une région des supporters belouizdadis et à leur arrivée récente dans la capitale, égratignant au passage la sensibilité des jijeliens (c’est de cette région qu’il s’agit) dont la caricature allait refléter l’image de bledards enturbannés débarquant à Alger.


Une rumeur sur une entreprise de mauvais goût et, à la limite, sectaire qui allait être mal prise par les supporters du quartier belcourtois et qui allait se traduire par une réaction aussi condamnable que disproportionnée. La bêtise humaine, confortablement installée dans les rangs de supporters "ultras" des deux camps, s’était déjà préparée à lancer son venin !


On s’apprêtait à railler les supporters belouizdadis, il fallait donc rendre la pareille au centuple ! On s’attaquera à ce qu’il y a de plus sacré pour les algérois et les algéroises, belcourtois et belcourtoises compris ! On souillera la mémoire des martyrs et de la citadelle, théâtre de leurs actes de bravoure ! La Casbah d’Alger serait la Mecque du péché et de l’immoralité !


Ce qui s’écrira, par la suite, sur les pages des réseaux sociaux dépassera l’entendement ! Des ignares, piannotant sur leurs claviers par la grâce de ceux qu’ils insultent, offensent la mémoire de toute une nation, s’appuyant sur des témoignages de pieds noirs, partisans de l’Algérie française, pour vilipender une partie d’Alger ! Même Amar Ali (Ali la Pointe), symbole de bravoure et de sacrifice n’échappe pas au lynchage médiatique. Les services psychologiques des sinistres SAS n’auraient pas fait mieux !


Les instances du football n’ont rien vu, parait-il ! Rien entendu, aussi ! Pour des banderoles déployées au stade du 17 juin de Constantine et qui avaient attaqué l’instance suprême qui dirige ce "foutu" football national, Boulahbib et le CSC en avaient pris plein la tronche ! Sinon pour la Casbah et pour ses symboles, on peut tout permettre ! Pleure Ô Bahdja bien aimée, tes propres enfants te violentent !

lundi, 17 octobre 2011 13:13

"Compétition" fait l’amalgame !

Écrit par
Évaluer cet élément
(21 Votes)

Dans son édition du dimanche 16 octobre 2011, en dernière page et dans un petit billet que nous supposons avoir été rédigé par la rédaction du journal, "compétition" se dresse en moralisateur et s’en prend à l’auteur de l’article d’avant match USMA-CRB, publié sur la une du site usm-alger.com, qu’il taxe de semeur de discorde et d’incitateur à la violence !


Aux yeux de ce journal, dans le préambule de l’article d’avant match, l’auteur de cet écrit aurait soumis à la vindicte populaire tous les reporters sportifs et s’apprêterait à les envoyer à l’échafaud. 
Il parle de considérations subjectives dont l’auteur de l’article se serait servi pour jeter l’anathème sur les reporters sportifs et termine en regrettant de constater qu’usm-alger.com dévie de l’esprit fair-play qui l’a toujours caractérisé en applaudissant l’agression contre un de leur confrère !


Ceux qui ont lu l’article posté sur la une du site (il est toujours consultable), s’apercevront, qu’en fait, "compétition" fait ce qu’il sait faire le mieux, c’est-à-dire tenter une diversion en usant d’amalgame pour essayer de persuader son lectorat, s’il lui en reste, que la corporation est vilipendée est que les responsables de cette situation sont à chercher du côté de usm-alger.com. Rien que ça !

Au nom de la liberté d’expression chèrement acquise, ce journal ne cesse depuis des années de heurter la sensibilité de supporters appartenant à différents clubs. Affichant ouvertement ses préférences, ce journal s’est distingué par une répartition inéquitable des espaces réservés aux clubs qui animent nos différents championnats, notamment celui de la 1ère division (actuel ligue 1). Il ne se prive jamais d’égratigner les clubs qu’il a mis dans son viseur, heurtant au passage la sensibilité de leurs supporters. Constamment à la recherche du sensationnel, ce journal ne s'est jamais privé d'user de procédés que la déontologie de la fonction réprouve. Et c’est précisément ce qui leur a été reproché dans le préambule qui a chagriné le journal. Il a été dit que l’agression de Taguelmint sur le journaliste Fouzi Kennouche était une des conséquences de leur…inconséquence.


Il est à rappeler que l’agression du joueur sur le journaliste avait été condamnée dès qu’usm-alger en avait pris connaissance. Sur sa une, usm-alger.com titrait au sujet de cette affaire "Taguelmint pète les plombs", ce qui est loin de constituer une caution au geste du joueur. Par ailleurs, nous invitons le rédacteur du billet et tous ceux qui voudraient le vérifier à visiter notre forum, particulièrement le topic réservé à cette affaire. 
Ils s’apercevront que l’usage de la violence, physique ou verbale, a de tout temps été condamné par le site, même si certains de nos amis forumeurs ont apprécié différemment le geste de Taguelmint à l’égard du journaliste Kennouche. Mais "compétition", fidèle à sa ligne de conduite, préfère jouer à l’offusqué et brasser du vent, comme à son accoutumée ! "Compétition" ne s’accommode, sans doute, pas de la liberté de ton de notre site ! Il devra pourtant s’y habituer !


Quant au manque d’expérience qu’il semble nous reprocher, nous nous demandons à quelle connaissance il fait référence. Ceux qui écrivent sur le site n’ont, certes, pas suivi les filières des sciences de l’information. Ils ignorent les "subtilités" de la fonction de journaliste telles qu’enseignées dans certaines rédactions ! Ils se prévalent cependant de l’expérience du vécu ! Elle vaut mieux que celle des apprentis sorciers !