jeudi, 06 décembre 2012 18:23

Purée des coqs…

Écrit par
Évaluer cet élément
(0 Votes)

Les élections locales étant terminées, la LFP de Kerbadj  et Canal Foot le camp de l’Unique reprend donc son direct live du vendredi en match avancé de la L1 en nous gratifiant de la rencontre USMA-USMBA… Le cadreur zoom le rond central… Du rond central au rond central, coup d’envoi, mi-temps, reprise et fin de rencontre sifflés par le referee Achouri… Les pôvres téléspectateurs n’auront pas droit à la séance d’échauffement, aux interviews de fin de match, aux vestiaires, aux coulisses, de la main courante et même pas une prise de vue sur la tribune officielle et autres travées du mythique jadis stade St-Eugène… Une balladeuse HD et une caméra cachée qui pourrait cibler un joueur dans ses œuvres, Mokhtar Benmoussa par exemple, sont une denrée rare… Déjà que le timing et le résultat sont affichés sur l’icône en haut à gauche de votre écran plat est déjà un exploit…

Les narrateurs du plateau se chamaillant pour prendre la parole ainsi que le commentateur off et son zâama consultant sportif depuis la cabine de sonorisation du stade, toujours aussi insipides avec leur jargon stéréotypé à vous donner envie de couper le son et se brancher sur la radio chaîne 3 en écoutant le jovial Djamel Boukercha (bonjour, bonjour, bonjour) tout en supportant les jacasseries de Jbiber le Ribouldingue crâneur et du Croquignol hâbleur… Le Boufartato Meslous qui ne veut pas retourner faire ses classes à l’école puisque, pour lui, le football est un langage universel… Mais avec Menadoux-amer, c’est un vrai dialogue de sourds… Si Menadou quitte le club des Miloudiettes eastmancolor panavision pour une raison ou pour une autre, gageons que la Ghribiya fera appel au bouche-trou de la 3 accoutré à la Jack Kerouac…

Quant à la rencontre de demain, les joueurs de l’USMA ne devraient pas se poser trop de questions… La gagne, la gagne, la gagne… A Courbis de nous concocter une recette de son Midi face à la lanterne rouge… Ce ne sera surtout pas une partie de plaisir mais les 3 points resteront à Bolo Bolo où les yeux des puristes et de l’espionite seront braqués… Nos joueurs ont une dette envers leurs supporters en leur rendant le sourire mais également faire plaisir à Ali et Rebouh Haddad éprouvés et inconsolables depuis le décès de leur cher père…

Interdits d’instruments de musique lors de la rencontre contre le MCO, les Tifosi Usmistes pour leur part, sont déjà inquiets quant à leurs tambours, trompettes et accessoires du parfait supporter et songent déjà, d’après radio-trottoir, à les faire entrer dans l’enceinte de Bolo Bolo le matin et les confier à Pitchou… Purée des coqs, wine el haqna…

Si Tchad...

mercredi, 31 octobre 2012 13:05

But sur une tête chafaïenne…

Écrit par
Évaluer cet élément
(2 Votes)

Un poison nommé Ferhat…

Arbitrage moyen du referee Zouaoui, issu de la famille Pierre à feu, et tout comme l’arbitrage, la rencontre fût à peine moyenne car les deux équipes ont eu la hantise de mal faire… Les joueurs des deux camps ont donc joué presque au pousse-ballon avec la bouliga dans les tripes… La JSK du rital spaghetti, sauce bolognaise assisté du poissonnier sawrina du rond-point de Tizi-Zou, espérait ramener au moins une tabla mais sur une erreur de marquage, suite à une excellente balle arrêtée bottée par le maestro-maison Mokhtar Benmoussa, Chafai, à l'affût tel un jeune loup, étrangement seul donc sans marquage, d’une tête imparable, met le cuir au fond de la cage de l’infortunée Malika Asselah, arborant son nouveau fuseau tendance en sus de ses pertes de temps, ses mimiques et son sketch-chorba jusqu’au but libérateur. But marqué à la Chafaïenne. Bravo Farouk, le Roi Farouk... Gasmi, n’ayant pas ramené dans sa besace la petite adlanoussia, aurait pu corser l’addition d’une manière magistrale et mettre ko les Kabyles avec une autre flifla après avoir mis dans le vol-au-vent Benlamri et Belkalem. Mais bon, on ne va pas, une fois de plus, faire la fine bouche… Sole mio Gasmio ! Mâalich… Makhloufa…

Le pizzaiolo, Fabbro Koustima bleu nuit, a ramené avec lui une seule petite valisette avec roulettes car il avait déjà pris la plupart de ses bagages juste avant l’Aïd pour la ville Eternelle au cas où tetzaga… Le vendeur de poissons à la criée s’en ira peut-être du côté d’Hussein-Dey où, soit-disant, il a une petite touche, et Enrico Favvro prendra son STC pour rallier encore une fois l’Italie… Hanachou devra débourser une somme rondelette pour se séparer de son coach au cas où dâawa tetzaga… La M’hancha sait pertinemment que la JSK doit jouer encore 4 matchs en dehors de ses bases… C’est le nouveau casse-tête chinois du Montagnard… Rappeler Geiger, le nostalgique de la Kabylie où se rabattre sur un autre coach, coachs qui ne courent pas les rues… Allo ? Ali Dilem ?

Dans cette rencontre où le score a été étriqué vu, vu, vu…, on ne peut juger Rolland Courbis, nouveau coach de l’USM Alger, malgré sa présence sur le banc en compagnie de Dziri le Kid, Farid Belmellat et Armand Séné le préparateur physique… Il n’y a eu ni la patte du coach Rolland ni âamar bouzouar… A présent, le nouvel entraîneur a une idée nette et précise du jeu et des joueurs, du terrain synthétique ainsi que de l’ambiance de Bolo Bolo… L’on ne peut encore dire que le coaching a été payant… J’ai eu peur lorsque F. Bouazza a été remplacé par Djediat... Mais bon, dans l’ensemble, on voulait les 3 points, on les a eu et grignoté même une petite place dans le classement général à un cran au-dessus de la JSK…

De toutes les manières, c’est de bonne augure et coach Courbis devra trouver les solutions idoines et les bonnes ficelles pour affronter le Widad Télemçani, cher à Benmoussa et Yekhlef, club de leurs premiers mamours, toujours dans l’antre de Bolo Bolo dès samedi prochain… Après la journée de demain mercredi, consacrée à un petit repos et un décrassage, le Marseillais s’attèlera à apporter les dernières retouches et surtout sa griffe personnelle pour la prochaine rencontre… Bien sûr, on veut surtout qu’il mette de l’ordre dans la maison. Les résultats suivront. C’est tout le mal qu’on lui souhaite… La vie est belle... Buona fortuna Courbis…

Abou Gnawa

mardi, 09 octobre 2012 14:38

"CES CLUBS QUI NOUS DOIVENT TANT..." DISENT-ILS !

Écrit par
Évaluer cet élément
(4 Votes)

En effectuant des recherches dans le cadre de l'affaire "Hassen Terro", je suis tombé, en parcourant fortuitement un site web dédié au Mouloudia d'Alger, sur un brûlot qui m'a interpellé, puis m'a poussé à partager le cours de mes réflexions, sur les fossoyeurs de l'Histoire de l'Algérie, qui, en ces temps bénis, sévissent impunément et continuent, toute honte bue, à la violenter.

Une Histoire glorieuse et un palmarès remarquable

Dans un ridicule factum (infra), un barbouilleur de papier, dont la prétendue vérité historique n'a d'égal que l'impudence des mensonges, se bat péniblement les flancs, à coller de grossières contre-vérités à un tissu d'aberrations dans le but de démontrer, vaille que vaille, avec une mesquinerie mal dissimulée, que nombre des clubs musulmans, (CSC, NAHD, JSK, USMA, USMB, MCO, USMT), ces monstres d'ingratitude, ne doivent leur création et leur parcours du combattant sportif, qu'à "la bonté" du mouloudia.

Début de citation "S'il est une chose que l'histoire retiendra du Mouloudia pour la prospérité, (sic) c'est sa bonté envers des clubs, ingrats pour certains, qui le lui ont rarement rendu. Doyen du sport Algérien, le MCA a été tout à la fois. Le père, le grand frère mais aussi le bienfaiteur et le fédérateur si bien qu'il devint un exemple au-delà des frontières du pays." Fin de citation(Mouloudia.info)

Voilà le texte concernant l'USMA:

"Union Sportive Musulmane d'Alger (USMA)

Début de citation …. "c'est un 5 juillet que l'USMA verra le jour suite aux efforts d'anciens joueurs des jeunes catégories mouloudéennes dont Bennour Saïd, Meddad Arezki et Sid Ali Terkmane menés par M. Kemmat. Des jeunes inexpérimentés mais qui savaient, malgré leur différend, qu'ils pouvaient compter sur un homme dont l'intégrité n'avait d'égard que la grandeur du club qu'il dirigeait. Kemmat avouera: "Mes fréquents contacts avec Mouloud Djazouli dirigeant très actif du MCA m'avaient beaucoup appris".

En réalité, Djazouli (paix à son âme) fera plus que "apprendre" au futur usmiste. Il n'hésitera pas à lui confier une copie des statuts du MCA et interviendra personnellement pour faciliter les démarches de création de l'USMA auprès de la préfecture d'Alger.

"Mon ami Belkessa était responsable à la préfecture. Quand s'établissaient les statuts ou les rapports je lui téléphonais 'Voilà, un club va se présenter à toi, tu l'aides à s'affilier". Belkessa se faisait une joie de les aider. Le Mouloudia a aidé beaucoup de clubs musulmans. Certains reconnaissent, d'autres pas", dira à cet effet feu Djazouli.

"Chaque groupe devait implanter une équipe musulmane dans toutes les ville d'Algérie. Mais il leur fallait une autorisation préfectorale. Ils allaient voir Mouloud Djazouli au MCA qui leur disait ce qu'il fallait faire et pour faciliter les choses il me les envoyait. …. L'USMA naîtra par cette matinée de l'année 1937 suite à de longues négociations avec le colonisateur sur l'intérêt de la mention "Musulmane" dans l'appellation du club. Elle tiendra sa première assemblée la même année et ouvrira ses portes à d'autres anciens mouloudéens à l'image de Basta, Mohamed Ouali et Zennagui Mohamed.

75 ans plus tard, le club, en mal de reconnaissance à ses bienfaiteurs et au combat de ses fondateurs préfère rompre avec son identité musulmane et opte pour une appellation plus folklorique » Fin de citation

Et de conclure péremptoire :"L'Union Sportive Médina d'Alger n'est désormais plus musulmane».

Que répondre à ces virtuoses de l'imposture et de la mystification, sinon que l’Histoire est revancharde. Personne ne peut la travestir et la falsifier indéfiniment car la vérité, même méconnue du peuple, restera la vérité. Elle sera toujours plus puissante que le mensonge malgré les béquilles vacillantes des suppôts de la contre façon officielle. Lorsqu'un jour, l'Histoire jugera, sans complaisance, ils se retrouveront comme les lais et relais de la mer.

Néanmoins, notre orgueil d'usmistes, nous impose de rétablir certains faits dans leur conformité la plus rigoureuse, avec la vérité.

Ainsi, à propos du changement de la dénomination "folklorique" du club et l'introduction du vocable Medina au lieu de Musulman, nous nous contenterons de rappeler à l'auteur de l'article quelques bribes de l'histoire de notre pays, avec laquelle il semble fâché ou indisposé.

Durant la période coloniale, les clubs sportifs musulmans, qui ont suscité un paradigme pour montrer leur attache identitaire par rapport aux clubs des colons, ont introduit dans leurs sigles des particules ou des noms pertinents, symbolisant un communautarisme revendicateur. Ainsi, certains clubs "indigènes" ont choisi une appellation proférée phonétiquement en arabe, mais transcrite en caractères latins (par exemple: wifak, chabab, widad, mouloudia , etc…); d'autres, ont introduit un vocable porteur d'une signification ethnique et culturelle (plutôt que fondamentalement religieuse même si, de prime abord, l'épithète insinuante contrarie notre commentaire) tel que "Musulman", à l'image des acronymes USMA, USMB, USMMC, USMBA, USMO etc…

L'USMA, véritable école du nationalisme

Après l'indépendance, le terme "Musulman", perdra sa raison d'être l'expression d'un club autochtone musulman, puisque tous les clubs sont désormais algériens et musulmans et l'idée de la revendication identitaire s'annihile. Le principe de différenciation, capital pendant la période coloniale, devient donc, caduc, de facto.

Est- il utile de rappeler ici, que de par la constitution algérienne, l'Islam est la religion de l'Etat algérien ?

Il devenait donc nécessaire de réveiller les vertus d'un club tout bonnement sportif, dont l'acronyme (et les couleurs) est l'incarnation ostensible.

Après l'abandon de la réforme sportive de 1977, qui avait mis sous la tutelle des sociétés publiques les clubs sportifs en phagocytant ces derniers du sens des sigles, voire des sigles eux-mêmes, ces clubs ont récupéré leur sigle originel et, pour certains, leurs couleurs en outre.

L'USMA a décidé, sans solliciter l'accord préalable de notre "(pro)créateur de clubs", n'en déplaise à notre auto proclamé donneurs de leçons, qu'il fallait recouvrer son identité qui s'était caractérisée pendant la période coloniale par l'empreinte affichée de la revendication identitaire, culturelle, voire religieuse, désormais archaïque, en la remplaçant par un indicateur d'un autre registre, symbolisant, dans la conscience collective, sa localisation spatiale, à savoir le territoire (quartier, ville).

Le territoire est la cause prédominante de l'attachement des supporters et sympathisants à un club de football, en compagnie naturellement, d'autres valeurs ataviques, que portent en soi chaque club.

Par Farid Gh.

Évaluer cet élément
(8 Votes)
mardi, 31 juillet 2012 20:39

En amical, l'USMA domine le PAC : 2-0

Écrit par
Évaluer cet élément
(3 Votes)

L'USMA a entamé sa série de matches amicaux en prenant le dessus sur la modeste formation du Paradou Athlétic Club, sur le score de 2 buts à 0.

La rencontre qui s'est déroulée sous les yeux d'un public très nombreux a permis à l'entraîneur Gamondi de passer en revue son effectif. D'ailleurs, c'est avec deux compositions différentes que les Rouge et Noir ont donné la réplique à la formation chère à Zetchi.

Cette rencontre amicale a permis au coach argentin de se faire une idée plus précise sur la valeur de son effectif.

Même si la prestation des deux équipes alignées ne fut pas très relévée, Gamondi a toutefois tiré des enseignements très précieux pour l'avenir. Un joueur s'est particulièrement distingué au cours du temps qu'il a passé sur le terrain. Il s'agit d'une des nouvelles recrues arrivée au club au cours du mercato d'été.

Benmoussa, c'est de lui qu'il s'agit, a été de loin le meilleur usmiste en cette soirée ramadhanesque. Il a été également un des buteurs de cette rencontre. L'autre buteur de la partie n'est autre que l'inusable Daham, crédité lui aussi d'un bon match.

L'USMA a évolué avec les compositions suivantes :

En première période : Daif, Benamara, Boudbouda, Chafaï, Khoualed, Koudri, Feham, Djediat, Mokhtari, Gasmi, Benmoussa.

En seconde période : Zemmamouche, Meftah, Yekhlef, Laifaoui, Maïza, Bouchema, El Orfi, Tedjar, Seguer, Daham, Andréa.

mardi, 31 juillet 2012 16:16

Conference de presse d'Angel Gamondi

Écrit par
Évaluer cet élément
(1 Vote)
mardi, 31 juillet 2012 16:02

Match amical : USMA 2 - PAC 0

Écrit par
Évaluer cet élément
(9 Votes)
jeudi, 26 juillet 2012 16:11

Gamondi travaille l'aspect tactique

Écrit par
Évaluer cet élément
(0 Votes)
mercredi, 18 juillet 2012 17:21

TURKISH BLEND !

Écrit par
Évaluer cet élément
(4 Votes)

En raison du long intervalle qui sépare la saison sportive qui s’est achevée assez tôt et le début de l’exercice 2012-2013, l’USMA a du scinder sa préparation en deux parties. Une première partie qui précède le mois de Ramadan et une deuxième qui débutera aussitôt l’Aïd fêté.

Pour son premier stage de préparation, l’USMA pouvait, à l’instar de nombreuses équipes algériennes choisir entre la Tunisie et le Maroc. Deux pays où les prestations offertes par les centres d’accueil et autres lieux de regroupement sont assez bonnes et les coûts à portée de bourse.

L’instabilité de la situation politico sociale, d’un côté, et les conditions climatiques, de l’autre, ont découragé les responsables usmistes à opter pour l’un ou l’autre de ces pays.

Il restait alors l’option pays de l’Est européen et notamment la Pologne, destination très prisée par les clubs algériens. Comme cette partie du monde avait été retenue parmi les éventuelles destinations devant accueillir le deuxième stage de préparation que l’équipe devait avoir juste après le mois sacré de Ramadan, les dirigeants usmistes eurent l’heureuse idée d’explorer du côté des rives du Bosphore. La ville d’Izmit et le centre de Green Park étaient les lieux idéaux pour se refaire une santé et se préparer convenablement pour une saison qui s’annonce très chargée pour les Rouge et Noir.

Green Park offre toutes les commodités pour atteindre les objectifs fixés au départ d’Alger. De la tranquillité, des terrains de jeu, des moyens de récupération (piscine couverte, sauna, centre de fitness), des espaces de détente et de loisirs, un court de tennis, des salles de conférence, une restauration "hallal" et un climat agréable. De plus, Green Park est situé en moyenne altitude (1300 mètres au dessus du niveau de la mer), ce qui permet une parfaite oxygénation des joueurs et le gain d’une condition physique à toute épreuve au moment de la compétition.

Armand Séné avait annoncé la couleur au départ d’Alger. Ce premier stage a été organisé essentiellement pour travailler l’aspect physique des joueurs. La charge de travail devait augmenter progressivement et les exercices allaient baisser en volume pour gagner en intensité. Point de rencontres amicales en dépit des sollicitations des formations étrangères qui ont choisi le même lieu pour effectuer leur préparation. L’argentin Gamondi est un adepte du travail méthodique. Chaque chose en son temps ! Les Rouge et Noir auront la possibilité de se mesurer à des sparring partners au cours du second stage qu’ils doivent effectuer, une nouvelle fois, à l’Etranger.

Pour ce second stage, il est probable que le coquet centre Leonard De Vinci de Lisses ne soit pas retenu cette fois-ci. Au cours de ces dernières années, l’USMA a pris pour habitude d’élire domicile dans la banlieue parisienne pour peaufiner sa préparation d’avant saison. La difficulté à dénicher des sparring partners au cours de cette période pourrait être la raison majeure de la non venue de l’USMA à Lisses en cette fin d’été. Les compétitions de ligue 1 et 2 débutent au cours de la seconde moitié du mois d’août, ce qui rendra l’organisation de rencontres amicales quasiment impossible. A moins de se rabattre sur les équipes de "chômeurs" de l'UNFP française ou sur des formations corporatives dont la qualité de l’opposition ne pourra en aucun cas constituer un élément révélateur du travail accompli par les joueurs usmistes.

Il faut dire qu’en cette période de l’année, les compétitions européennes auront presque toutes débutées et qu’organiser des matches amicaux contre des équipes d’un niveau appréciable est tout aussi difficile à Paris qu’à Wisla, Varsovie, Budapest ou Izmit.

Alors, peut-être un retour en Turquie où la délégation usmiste a été ravie par les conditions dont elle a pu bénéficier au cours de son premier séjour.

Les sparring partners seront aussi rares à trouver puisque la Süper Lig (saison régulière turque) débutera le 19 août prochain.

A partir du moment où les équipes disponibles en Turquie, à ce moment de l’année, sont d’un niveau sensiblement égal à celui des équipes des autres pays ciblés pour abriter le stage de préparation, il est à parier que le Green Park d’Izmit reçoive la visite de l’USMA une seconde fois au cours de cet été, d’autant que le "turkish blend" semble avoir plu aux usmistes.

vendredi, 29 juin 2012 15:47

L’USMA, ADIDAS et le boycotte arabe

Écrit par
Évaluer cet élément
(6 Votes)

Les dirigeants usmiste vont-ils changer d’avis sur le choix de leur équipementier ?

Tel est la question posée aujourd’hui car nous savons que l’USMA a opté pour la marque allemande Adidas pour devenir son nouvel équipementier pour la saison 2012-2013.  Sachons que cette firme a été mis sous boycotte par les ministres des sports des pays arabe en avril 2012 après que Adidas s’est prononcé sponsor officiel du marathon de Jérusalem.