mercredi, 18 avril 2012 13:58

INDIGNEZ-VOUS, MONSIEUR ALI HADDAD !

Écrit par
Évaluer cet élément
(1 Vote)

Les supporters usmistes, touchés dans leur chair, ont calmement et dignement attendu l’examen, par les instances sportives, des graves incidents qu’a connu la rencontre MC Saïda-USM Alger.

Persuadés que la gravité du préjudice, tant physique que moral, subit par les joueurs, staffs, dirigeants et supporters usmistes allait faire sortir de leur léthargie ceux dont la mission est de veiller à la bonne organisation des compétitions mais également à la préservation de l’intégrité physique et morale des acteurs du football, ils ont patiemment attendu que justice soit faite et que réparation soit apportée aux torts causés à l’USMA.

Après avoir promis rigueur et sévérité dans le traitement de cette affaire, la LFP, par l’entremise de sa commission de discipline, a préféré se suffire de scandaleuses décisions prononcées à l’encontre de la partie incriminée dans la vile entreprise fomentée contre l’USMA.

Des décisions qui dédouanent le principal commanditaire du traquenard tendu à la délégation usmiste et qui défavorisent l’USMA pour la suite de la compétition sans apporter une quelconque réparation au préjudice causé au club.

Prompts à réagir et à monter au créneau lorsqu’il s’agit d’attaques visant leurs personnes ou lorsque, récemment, il s’est agit de destruction de matériels, les responsables du sport national, plus particulièrement celui du football national, se sont murés dans un silence méprisant et méprisable.

De son côté, fidèle à sa réputation de ligue aux ordres, la LFP vient de publier un communiqué par lequel elle vient de prouver, une fois de plus, par ses errements et par l’incohérence et l’iniquité des décisions qu’elle prend, son incapacité à gérer une activité qui rassemble autour d’elle des millions d’algériens.

La LFP dit avoir pris acte des décisions arrêtées par sa commission de discipline, « botte en touche » et s’en lave les mains. L’affaire MCS-USMA est désormais envoyée au pénal !

Savez-vous, Monsieur Haddad, qu’un geste déplacé envers un officiel entraîne la suspension d’une année de son auteur ? Que le déploiement, par des supporters, d’une banderole à caractère discriminatoire peut valoir la rétrogradation à leur club ?

Que dire alors d’une agression à grande échelle qui aurait pu coûter la vie à de nombreuses personnes ? Une agression dont les commanditaires sont identifiés et identifiables puisque, sûrs de l’impunité dont ils jouissent, ils n’ont cessé des jours durant de promettre l’enfer à l’USMA, s’autorisant le droit d’interdire l’entrée des caméras au stade et augurant du coup d’un massacre à huis clos que seuls les présidents de la FAF, celui de la LFP et les services chargés d’assurer la sécurité dans et autour du stade n’ont pas vu venir.

Il vous sera dit et répété, froidement et toute honte bue, que le code disciplinaire qui réglemente ce foutu football national ne prévoit rien dans ce cas d’espèce !

Que des joueurs, des dirigeants, des supporters peuvent être passés par la lame, trucidés, lapidés, lynchés,….la réglementation ne prévoit rien à ce sujet.

Que dans ce cas précis, ladite commission, composée de membres ringards, carriéristes et incompétents, n’a fait qu’appliquer la réglementation, rien que la réglementation, même si cette dernière fait la part belle aux accusés et bafoue les droits de la victime.

Elle feindra sciemment d’ignorer que ce qui s’est passé à Saïda permet, exige même, une entorse à la réglementation et que la prononciation de sanctions exceptionnelles à l’encontre des parties coupables aurait été applaudie par toutes les fédérations et tribunaux, aussi bien nationaux qu’internationaux, TAS et FIFA compris

Nous croyons savoir que l’USMA a l’intention de continuer à participer à cette parodie de compétition qu’est le championnat national de football professionnel. Un professionnalisme qui est combattu de toutes parts parce que annonciateur de la fin des privilèges immérités, la fin du bénéfice de la manne financière puisée sur les deniers publics. Un professionnalisme où les charlatans du sport n’auront plus leur place et pour qui le foot ne constituera plus un tremplin pour l’accès au sérail.

Pensez-vous raisonnablement vouloir continuer à participer à une compétition mise sur pied par des individus qui piétinent régulièrement le droit et dont la partialité est sans cesse démontrée ?

Pourquoi et au nom de quoi l’USMA doit accepter que son honneur, sa dignité et son intégrité soient sacrifiés sur l’autel d’on ne sait quels intérêts suprêmes ?

Les supporters de l’USMA attendent de vous plus que des condamnations. Ils attendent de vous plus qu’une réaction de réprobation qui s’exprimerait timidement et qui condamnerait du bout des lèvres des décisions prises à sens unique.

Ils attendent de vous un geste fort ! Ils attendent de vous que vous vous indignez, Monsieur Haddad !

Une indignation à la hauteur des attaques que le club subit depuis des mois et dont la plus abjecte vient de toucher profondément la famille usmiste.

Votre indignation, nous la voulons forte et voulons qu’elle soit criée à la face de tous ceux qui se sont permis, en toute impunité, de porter atteinte au club et à tout ce qu’il représente comme valeurs.

Nous vous voulons fidèle aux fondamentaux du club : authenticité, droiture et sacrifice !

Vive l’Union Sportive Musulmane d’Alger

mardi, 03 avril 2012 17:26

Honteuses décisions de la LFP

Écrit par
Évaluer cet élément
(4 Votes)

Au cours de sa séance du lundi 2 avril 2012, la commission de discipline de la LFP a eu à traiter entre autres affaires celle du match USMH-USMA comptant pour le ¼ de finale de la coupe d’Algérie.

Ménageant le chou et la chèvre, cette commission a cru nécessaire de sanctionner l’USMA en lui infligeant 1 match à huis clos et une amende de 50 000 DA, alors que les instigateurs des graves incidents qui se produits au stade du 5 juillet ont été clairement identifiés ce jour-là.

Le club de l’USMH dont les supporters se sont rendus coupables d’actes d’agression sur les supporters usmistes, sur le service d’ordre et sur les employés de l’ENTV ainsi que d’actes de dégradation sur les équipements du stade et sur le matériel qui servait à la retransmission de la rencontre s’en sortent plutôt bien : 4 matches à huis clos dont 1 avec sursis.

La sanction infligée au club de l'USMH n'a aucune commune mesure avec les actes commis par ses supporters. Celle dont écope l'USMA est scandaleuse !

Que reproche-t-on au juste à l’USMA et à ses supporters ? De s’être défendus alors que des hordes de supporters harrachis tentaient de les attaquer et que le service d’ordre avait peine à contenir ? Fallait-il qu’il y eu mort d’hommes pour que l’USMA échappe à la main lourde de la LFP ?

La LFP vient, une nouvelle fois, de se distinguer par des décisions iniques et partiales ! Elle portera l’entière responsabilité des développements gravissimes que risque de produire son inconséquence !

Évaluer cet élément
(1 Vote)

C’est sans la présence du public que se jouera cette énième confrontation entre hamraouas et usmistes.

Évaluer cet élément
(2 Votes)

Alors que tout semblait avoir été réglé quand à une séparation à l’amiable entre l’USMA et le coach français, nous apprenons que Didier Ollé-Nicolle s’est rétracté en opposant un refus catégorique à Ali Haddad concernant la décision prise conjointement lors de la réunion d''hier.

Évaluer cet élément
(2 Votes)

Le site non officiel des supporters des Rouge et Noir, usm-alger.com a organisé un sondage, à l’intention de ses adhérents, pour la désignation du meilleur joueur usmiste de la phase "aller" du championnat professionnel de ligue 1 (saison 2011-2012).

mardi, 17 janvier 2012 14:05

Embrouillamini

Écrit par
Évaluer cet élément
(3 Votes)

Libérations, incorporations, subordination, insoumission, missions, immiscions, décisions, divagations, communication, discrétion, ….

Il ne se passe plus un jour sans que ne soit signalé un fait, un geste, un comportement, une décision,…qui trahit la présence de dysfonctionnements au sein de la SSPA USMA.

Un entraîneur qui prend une rallonge sur son congé et qui arrive en retard sur la date prévue pour débuter le stage hivernal de préparation avec ses troupes, un joueur qui enfile son équipement dans les sanitaires d'un aéroport, un autre qui désobéit et simule une blessure en guise de pretexte, un troisème qui participe au stage hivernal de préparation (celui qui enfile son équipement entre deux vols) pour ensuite être libéré sans coup férir, un quatrième prié d’aller voir ailleurs, qui fait de la résistance et qui en fin de compte est repêché pour six mois supplémentaires, un cinquième (un africain, celui-là) qu'on recrute alors que la case "étrangers" affiche complet, de valses hésitations pour recruter, libérer, garder, prêter,…. Tout ça dans une ambiance exécrable où les écarts de conduite des joueurs succèdent aux démarches approximatives des dirigeants. Les chambres d’hôtels sont transformées en boudoirs, les joueurs en mutins, les aérogares en lieux de réprimandes,….

Suite à tous ces fâcheux évènements, beaucoup se demandent si le statut de professionnel dont le club s’enorgueillit n’est pas galvaudé.

Au regard des errements et de l’extravagance des uns et des autres, il y a de quoi se poser des questions sur le fonctionnement de la SSPA USMA.

Des dysfonctionnements dans l’organisation mise en place sont apparus tant et si bien que beaucoup se demandent si les rôles ont été correctement distribués ?

Qui fait quoi à l’USMA ? Qui décide des recrutements et des libérations ? L’entraîneur est-il consulté, voire associé aux décisions de libérations et de recrutements qui sont prises ?

Ollé-Nicolle est-il le metteur en scène efficace et imaginatif, c’est-à-dire l’entraîneur compétent qui peut faire appliquer correctement une tactique adéquate ? Si oui, détient–il une once d’indépendance et de pouvoir qui reviennent à l’exercice de sa fonction ? S'il ne fait pas l'affaire, pourquoi le garder d'avantage ?

Existe-t-il une vision claire en matière de stratégie à adopter pour tenir compte des forces et faiblesses de l’équipe et de l’environnement en vue de réaliser des objectifs adéquats ? Existe-t-il un plan d’action et un budget prévisionnel ?

Qui s’occupe de la communication et des relations avec les médias ? Quelles sont les prérogatives du DG de la SSPA et de son adjoint ? Quel rôle tient l’énigmatique Rebbouh Haddad ?

Autant de questions qui mériteraient réponses !

Les supporters ne peuvent plus se contenter du rôle passif qu’on voudrait leur faire jouer, alors qu’ils savent qu’ils sont un des constituants du club.

L’image de l’USMA ne doit pas être seulement véhiculée à traver un logo ou une couleur de maillot. Elle doit l’être à travers des valeurs qui sont les convictions des supporters et qui inspirent leurs comportements.

Des valeurs de sérieux, de savoir faire, d’esprit de conquête, de fidèlité, de sacrifice et d’engagement,… à défendre et à faire triompher.

Alors, remettez de l’ordre dans la maison, retroussez vos manches et mettez-vous au travail. Il est attendu beaucoup plus de vous !

dimanche, 15 janvier 2012 23:05

Le président qui murmurait à l’oreille des joueurs !

Écrit par
Évaluer cet élément
(7 Votes)

Moh Cherif Hannachi, le président montagnard comme il aime à se présenter, n’en rate pas une pour amuser la galerie !

Invité à donner ses impressions sur le mercato d’hiver au cours duquel son club ne s’est pas montré particulièrement actif, le bouffon président a justifié la petitesse de ses recrutements par la flambée des prix qui sévit sur le marché des transferts.

Continuant sur sa lancée, il confia généreusement et "on live" au gracioso animateur de la radio chaine 3, suspendu à ses lèvres, les raisons de la poussée vertigineuse des montants des transferts de joueurs en essayant de faire avaler aux auditeurs son habituelle tartine verbale sur laquelle il aura étalé pendant quelques minutes les confitures de son ignorance ! (Théophile Gautier disait, à propos de la tartine à faire avaler, qu’il étalait les confitures de son éloquence. Mais nous n’allons pas faire injure à l’auteur en le comparant au radoteur)

Même si le président kabyle a pris la précaution de ne pas le nommer, Ali Haddad serait celui par qui la hausse est arrivée. Le richissime chairman usmiste passerait son temps à faire monter les enchères en vue d’attirer les meilleurs joueurs et les meilleurs entraîneurs nationaux.

Il est vrai que lorsque la médiocrité est aux commandes, l’intelligence et le savoir faire deviennent délits.

Nous rappellerons au président gueulard que le parvenu boss chélifien acoquiné au prétentieux rabatteur électoral sétifien ont déjà donné le la en lançant l’idée d’une alliance contre l’hégémonisme d’Ali Haddad. La liste reste ouverte pour tous les belligérants frustrés qui se sentiraient concernés par le pacte initié par les deux comiques du football national.

En acceptant l’instauration du professionnalisme, le président braillard connaissait les règles du jeu. Il savait que les nageurs en eaux troubles ne pourraient résister à l’assaissinissement qui s’opérerait tout naturellement. Finis les mensonges et les entourloupes ! 3endek wela ma endekch !

Dans le monde entier, les formations riches s’offrent les services des meilleurs joueurs. Celles qui ne peuvent pas rivaliser financièrement s’écartent du chemin et observent sagement et, surtout, dignement.

Hannachi veut-il nous faire croire que lorsque lui s’offrait les meilleurs footballeurs nationaux qu’il allait chiper aux formations moins nanties, il lui suffisait de leur murmurer à l’oreille pour qu’ils accourent à Tizi Ouzou pour se faire enrôler ?

Il est vrai que lorsque lui recrutait sans compter, les salaires n’étaient pas aussi faramineux que les actuelles rémunérations. Mais ils étaient suffisamment élevés pour faire pâlir d’envie le mieux payé des cadres supérieurs algériens.

En ce temps-là, ceux qui s’adonnaient à ce jeu parlaient de liberté de marché, de loi de l’offre et de la demande. Ca l’est aujourd’hui encore plus qu’hier sauf qu’aujourd’hui cela se fait dans une plus grande transparence

La donne a changé et de nouvelles règles balisent dorénavant les relations professionnelles dans le monde du football national. Tous ceux qui ne s’y plieront pas seront signalés en position d’off side et quitteront le jeu. C’est comme cela et pas autrement !

Tous les nageurs en eaux troubles qui s’essoufflent et n’arrivent plus à suivre la cadence devraient larguer les amarres, mettre les voiles et aller mouiller leur rafiot loin du ressac. The game is over !

jeudi, 05 janvier 2012 18:16

Evaluation des nouvelles recrues

Écrit par
Évaluer cet élément
(5 Votes)

Au cours du dernier mercato d’été, la direction usmiste s’était montrée très active sur le marché des transferts. L’USMA avait opéré une véritable razzia en acquérant une dizaine de "grosses pointures", ce qui a amené certains à se risquer à prédire un règne sans partage des Rouge et Noir sur le championnat national de ligue 1.

L’addition de noms, les uns aussi prestigieux que les autres, qui allaient constituer l’USMA du cru 2011-2012 fut vite surnommée la "Dream Team" et déjà les supporters rossoneri rêvaient de titres nationaux et de participation continentale.


Après le tomber de rideau sur la première phase du championnat professionnel de ligue 1 et le déroulement d’un premier tour de la coupe d’Algérie, usm-alger.com a voulu faire une petite évaluation technique des joueurs recrutés à l’intersaison.


Cette évaluation prend en compte le nombre de matches joués par chaque joueur, le nombre de fois où il a été titulaire, combien de fois il a joué en qualité de remplaçant, son nombre total de minutes de présence sur terrain et le nombre de buts marqués.
Cette évaluation est sanctionnée par une note sur 10 et une appréciation du joueur sur l’ensemble des matches qu’il a disputé.


L’évaluation a été faite sans complaisance. Mais les efforts financiers consentis par l’USMA, pour mettre en place la plus performante des équipes, justifient la sévérité du jugement. 

ZEMAMOUCHE Mohamed Lamine : N’a pas eu tellement l’occasion de se distinguer. A alterné le bon et le moins bon depuis le début de saison. Semble avoir perdu de l’assurance qu’il avait avec le club qu’il a quitté à la fin de la saison 2010-2011. 
Nombre de matches joués 14
Titulaire14 fois
Remplaçant0
Nombre de minutes jouées : 1226
Note sur 10 5
Appréciation Moyen

MEFTAH Rabie : N’a pas encore trouvé ses repères. En nette régression par rapport à son niveau habituel. Relance mal et ne participe pas assez aux mouvements offensifs de son équipe. A, toutefois, marqué 2 buts pour son équipe
Nombre de matches joués 14
Titulaire13
Remplaçant1
Nombre de minutes jouées : 1201
Buts marqués 2
Note sur 10 3
AppréciationMédiocre

YEKHLEF Mohamed : Irrégulier, Yekhlef a cependant fait quelques bonnes parties. Comme Meftah, Yekhlef n’est pas beaucoup utilisé pour apporter le surnombre en attaque. 
Nombre de matches joués15
Titulaire15
Remplaçant 0
Nombre de minutes jouées : 1350
Buts marqués0
Note sur 106
Appréciation Assez bon

LAÏFAOUI Abdelkader : Sensé être le patron de la défense, Abdelkader n’a pas le charisme d’un Zeghdoud, par exemple. Il ne dirige pas suffisamment ses coéquipiers en défense et s’est révélé moyen dans ses interventions aériennes. A eu le mérite de marquer 2 buts.
Nombre de matches joués14
Titulaire14
Remplaçant 0
Nombre de minutes jouées : 1260
Buts marqués2
Note sur 10 5
AppréciationMoyen

BOUCHEMA Nassim : A fait illusion pendant les premiers matches qu’il a disputé avec son équipe puis s’est éteint progressivement, notamment depuis sa suspension. A court physiquement depuis qu’il a réintégré l’équipe.
Nombre de matches joués 15
Titulaire15
Remplaçant0
Nombre de minutes jouées : 1320
Buts marqués 1
Note sur 10 5
AppréciationMoyen

BEZZAZ Yacine : Bezzaz est en net déclin. Il est loin de l’international que nous avons connu et n’a pas apporté l’expérience qui était attendue du professionnel expatrié qu’il était. Grande déception de la part d’un joueur dont on attendait beaucoup. 
Nombre de matches joués12
Titulaire7
Remplaçant5
Nombre de minutes jouées : 701
Buts marqués 0
Note sur 103
AppréciationMédiocre


LEMOUCHIA Khaled : Bien qu’utile à l’équipe, Lemouchia n’a, cependant, pas apporté le rayonnement espéré sur l’équipe et s’est distingué par un comportement qui a ulcéré dirigeants et supporters. Son caractère irascible a été préjudiciable pour son équipe puisque le milieu de terrain usmiste comptabilise déjà deux suspensions depuis le début de saison. La plus chère recrue de l’inter saison accomplit une première phase de championnat à peine moyenne. 
Nombre de matches joués14
Titulaire 13
Remplaçant1
Nombre de minutes jouées : 1189
Buts marqués 0
Note sur 10 5
Appréciation Moyen


HEMITI Farès : N’a jamais pu s’intégrer dans l’équipe et constitue une autre déception pour ceux qui s’attendaient à découvrir le goleador dont l’USMA avait tant besoin. Parait timide en dépit d’une carrure de déménageur. Un point à l’actif de Farès, sa débauche d’énergie sur le terrain. 
Nombre de matches joués12
Titulaire8
Remplaçant4
Nombre de minutes jouées : 766
Buts marqués1
Note sur 10 2
Appréciation Insuffisant


BOUMECHRA Salim : Il était attendu monts et merveilles de l’ex harrachi, notamment lorsque associé à son coéquipier Boualem. Durant toutes les fois où il a été aligné, Boumechra a rarement convaincu. Sa mise à l’écart, après le départ, de Renard peut avoir influé sur son rendement 
Nombre de matches joués14
Titulaire 9
Remplaçant5
Nombre de minutes jouées : 847
Buts marqués1
Note sur 103
Appréciation Médiocre


DJEDIAT Lamouri : Celui qui était supposé être le play maker usmiste ne nous a pas éclaboussé de sa classe, loin s’en faut. Comme nombre de ses coéquipiers, Djediat, après un début de saison acceptable, est rentré dans les rangs au point de perdre sa place de titulaire. Fait preuve d’une trop grande suffisance dans le jeu et va rarement au charbon. Djediat est cependant le buteur de l’équipe avec huit (08) réalisations, toutes compétitions confondues.
Nombre de matches joués14
Titulaire 14
Remplaçant0
Nombre de minutes jouées : 1224
Buts marqués8
Note sur 10 5
AppréciationMoyen


BOUALEM Mohamed : Trop souvent blessé, Boualem a rarement eu l’occasion de démontrer son talent. Un coup de génie face à El Harrach et quelques bribes de matches joués sous sa vraie valeur. Insuffisant pour un garçon sur qui reposaient de nombreux espoirs. 
Nombre de matches joués13
Titulaire 10
Remplaçant 3
Nombre de minutes jouées : 705
Buts marqués 1
Note sur 103
Appréciation Médiocre


FEHAM Bouazza : Le nombre de joueurs qui évoluent à son poste de prédilection lui a, peut-être, été fatal. A rarement joué en titulaire. Discret lors de ses premières apparitions, Bouazza s’est montré par la suite plus actif et a démontré qu’il avait sa place au sein de l’équipe. Feham pourrait être qualifié "d’agréable surprise" lui dont la venue à l’USMA avait été accueillie avec scepticisme. 
Nombre de matches joués 12
Titulaire 5
Remplaçant7
Nombre de minutes jouées : 537
Buts marqués0
Note sur 10 6
Appréciation Assez Bon


TAGUELMINT Elias Saïd : Depuis le début de saison Taguelmint n'a été utilisé que comme remplaçant. Son gabarit aurait pu être d’un apport appréciable pour son équipe s’il avait été aligné contre certaines formations au jeu rugueux. Son altercation avec un journaliste l’a écarté sans doute pour longtemps des terrains. Ne devrait pas faire long feu à l’USMA. 
Nombre de matches joués3
Titulaire0
Remplaçant 3
Nombre de minutes jouées : 8
Buts marqués0
Note sur 10 A trop peu joué pour être noté
AppréciationA trop peu joué pour être apprécié


BELABBES Farid : N’a jamais été aligné depuis le début de saison. Constitue une perte sèche pour le club qui le paie pour une prestation qu’il ne fournit pas. Sera certainement libéré au cours du mercato d’hiver.

dimanche, 25 décembre 2011 16:50

ESS 3-2 USMA : Signé Benouza !

Écrit par
Évaluer cet élément
(6 Votes)

Ce qui devait arriver, arriva ! Le complot fomenté depuis une semaine a connu l’épilogue programmé par la faune de magouilleurs en tous genres qui peuple le monde du football !

Une ambiance électrique, un public chauffé à blanc, durant toute la semaine, qui donna un aperçu de son hostilité en caillassant le bus des U21 usmistes, une délégation usmiste insultée, menacée, intimidée, agressée par des officiels, des pseudo stadiers, des pseudo journalistes,… sous l’œil complice d’un pseudo service d’ordre et, enfin, un arbitre vicieux et malhonnête qui offrit la victoire aux locaux dans les ultimes instants de la partie

Comment, dans des conditions pareilles, espérer gagner ou même ramener un nul de son déplacement ?

Retour sur une rencontre pas comme les autres :

C’est par un temps glacial et devant une assistance record que les vingt deux acteurs pénètrent sur le terrain.

Sans attendre l’habituel round d’observation, les deux équipes vont tout de suite entrer dans le vif du sujet. Ce sont les sétifiens qui se montrent les plus menaçants et qui vont rapidement ouvrir le score. A peine sept minutes de jeu et la défense usmiste montre déjà des signes d’affolement, notamment sur son côté droit où Maïga a du mal a entrer dans le match.

L’action du but sétifien prend naissance à partir du rond central et d’une récupération de balle de Djabou. Ce dernier effectue un centre en direction de ses coéquipiers qui se trouvent aux abords de la surface de réparation usmiste. Chafaï s’élève pour dégager le ballon de la tête mais Aoudia l’en empêche en s’appuyant sur lui de façon assez distincte sauf pour l’arbitre Benouza qui laissa le jeu se poursuivre. La balle atterrit dans les pieds de Ghazali, déporté sur la gauche des buts de Zemamouche. L’attaquant sétifien effectue un centre vers le point de penalty que reprend malencontreusement Laïfaoui. En voulant écarter le danger, le défenseur central usmiste loge le cuir dans la cage de son propre gardien (7’). ESS 1 USMA 0

L’USMA, un instant groggy, reprend progressivement du poil de la bête et va asseoir sa suprématie sur le jeu. Elle domine les débats sans pourtant arriver à concrétiser. Les sétifiens se replient en défense et contiennent tant bien que mal les multiples tentatives des usmistes qui, maintenant, attaquent plus franchement, notamment du côté droit où le jeune Benaldjia donne le tournis à son adversaire direct. Maïga a maintenant retrouvé ses marques. Ses montées sont plus fréquentes et son apport en attaque est appréciable. A la 42’ de jeu, Feham arrive à brûler la politesse à Benchaïra et Benmoussa. Au moment de pénétrer dans la surface de vérité sétifienne, Benmoussa le bouscule et le met à terre. Sans hésitation aucune, l’arbitre Benouza siffle la sanction indiscutable.

Djediat, chargé d’exécuter la sentence, ne tremble pas et met le cuir hors de portée du gardien sétifien qui avait, pourtant, plongé du bon côté (43’). ESS 1 USMA 1

Fort logiquement, Djediat remet les pendules à l’heure ! Fou de joie, il se dirige vers la galerie usmiste pour communier avec les nombreux supporters usmistes qui ont effectué le déplacement.

La mi-temps ne tarde pas à être sifflée et l’arbitre du match mettra fin aux débats de ce premier half sur ce score de parité de 1 but partout.

Dès la reprise, Didier Ollé-Nicolle procède à un changement. Il sort Maïga, et le fait remplacer par Meftah. Maïga avait été pourtant été bon mais il restait sous la menace d’un deuxième carton jaune synonyme d’expulsion (Abdoulaye avait été déjà averti dès la 5ème minute de jeu).

La physionomie de la rencontre change quelque peu puisque les Rouge et Noir laissent l’initiative à leurs adversaires et se risquent moins à aller visiter le camp adverse.

Coup sur coup, les sétifiens bénéficient de deux coups francs dangereux. Sur le premier coup de pied arrêté, Benmoussa envoie le ballon mourir sur la base du montant droit des buts gardés par Zemamouche. Yekhlef arrive à dégager la balle en catastrophe. Le deuxième coup franc allait s’avérer fatal pour les usmistes puisque après un premier renvoi, le ballon échappe à trois joueurs usmistes pour être récupéré par un joueur sétifien. Ce dernier centre vers Aoudia, libre de tout marquage, qui ne se fait pas prié pour battre Zemamouche à bout portant (58’). ESS 2 USMA 1

Le stade s’enflamme et les sétifiens reprennent confiance, eux qui, jusque- là, avaient été dans leurs petits souliers.

Comme après la première réalisation sétifienne, la réaction usmiste ne se fait pas attendre. Prenant le jeu à leur compte, les usmistes parviennent rapidement à revenir à hauteur de leurs adversaires. Dix minutes, à peine, se sont écoulées, après l’avantage pris au score par les sétifiens, que Djediat double la mise pour son équipe et réussit à égaliser de fort belle manière.

Feham, auteur d’une partie remarquable, centre vers Hamiti, très combatif hier, qui remet instantanément le ballon à Djediat qui réussit à marquer, malgré la sortie du gardien de but sétifien (68’). ESS 2 USMA2

Après avoir marqué ce but, Djediat se dirige vers la tribune réservée aux supporters usmistes pour extérioriser toute sa joie.

Le commentateur télé parle d’une joie hystérique mais ne souffle mot sur le cirque qui se déroulait dans et autour du stade. L’égalisation usmiste le révèle sous sa véritable nature. Le commentateur télé troque son costume de journaliste neutre et impartial pour enfiler celui du supporter aveuglé par une haine inexplicable. Il le fait tant et si bien qu’il s’oublie à plusieurs reprises pour nous gratifier de commentaires chauvins genre « ma ahleh scinariou » lorsque l’équipe locale bénéficie d’un penalty gracieusement offert par le sieur Benouza (nous y reviendrons en fin d’article).

L’USMA venait, une nouvelle fois, de rétablir l’équilibre, et ce ne fut que justice.

Les Rouge et Noir asphyxient littéralement leurs adversaires mais au lieu d’aller planter ce troisième but, synonyme de victoire, ils se contentent de faire circuler le ballon. Les changements opérés par l’entraîneur Ollé-Nicolle furent incompréhensibles puisqu’il Benaldjia sort pour être remplacé par Bezzaz et Boumechra est incorporé à la place de Lemouchia (83’). Sur le terrain, la stratégie du coach usmiste tarde à prendre forme. Cherchait-il le partage des points ou voulait-il prendre l’ascendant sur un adversaire largement à la portée de ses joueurs ? Toujours est-il que ce coaching s’avéra catastrophique puisque ni Boumechra et encore moins Bezzaz ne réussirent à égaler ceux qui venaient de sortir et ne furent d’un quelconque apport pour leurs partenaires.

Le temps réglementaire prend fin sans qu’aucune des deux équipes n’arrive à marquer un nouveau but. Le tableau, brandi par le 4ème officiel, indique 4 minutes de temps additionnel.

Nous jouons la 93’ et quelques poussières de secondes et c’est ce moment précis que choisit l’arbitre Benouza pour mettre son plan à exécution.

Sur l’exécution d’un dernier coup franc accordé aux sétifiens, Zemamouche, pourtant victime d’une obstruction évidente de la part d’un attaquant sétifien, arrive tant bien que mal à dégager son camp. Le ballon heurte au passage le bras, collé au corps, de Hemiti qui se trouvait dans la surface de réparation usmiste. Benouza ne réagit pas mais, sous la pression des joueurs sétifiens et d’une galerie qui vocifère de toutes parts, fait volte face et désigne du doigt le point de penalty.

Du grand art Monsieur Benouza ! Machiavel passerait pour un saint devant vous !

Dans les tribunes, c’est le délire ! Dans les cabines de presse idem ! L’extase confine à la jouissance et l’envie d’extérioriser sa joie l’emporte sur le devoir de réserve ! L’USM Alger (à ne pas confondre avec une quelconque équipe sioniste d’une quelconque ville israélienne) est battue ! Les instincts les plus vils sont étalés au grand jour (ou à la grande nuit). Diss, la bave à la bouche, ne se contente pas du cadeau offert par Benouza. Le scalp de l’USMA ne suffit pas ! Il veut son propre trophée et agresse Feham ! Il est expulsé par l’arbitre qui ne voudra pas être taxé de partial, lui l’international ! Grande comédia d’el arte au stade du 8 mai 1945 !

Benmoussa tire le penalty et donne la victoire pour l’ESS (94’+ 4). ESS 3 USMA 2

Il retire son maillot mais n’est pas expulsé (dans le cas où un avertissement lui a été signifié dans l’action du penalty accordé à l’USMA, il aurait du écoper d’un 2ème carton jaune, synonyme d’expulsion).

La partie prend fin dans une cohue indescriptible. Les caméras de la télévision sont rapidement retirées ! Rideau sur une rencontre de football qui ressemble plus à une mise à mort ! Une mise à mort d’un club de foot, tout ce qu’il y a de plus algérien, et d’un football, déjà à l’agonie, rongé par un mal qui n’est pas prêt de disparaître !

L’après match viendra confirmer toutes les appréhensions émises par de nombreux observateurs et par les supporters usmistes en particulier. Une chasse à l’usmiste qui rappelle de biens mauvais souvenirs, une ratonnade à la Maurice Papon. Tout ça, sous l’œil indifférent des services de sécurité et la bénédiction des responsables sétifiens qui, non contents de s’être vus offerts la victoire, voulaient casser de l’usmiste !

L’USMA, ses dirigeants, ses joueurs et ses supporters ont pris acte de ces comportements scandaleux et indignes qu’on leur a fait subir. Ils sauront réserver la réponse idoine à leurs adversaires belliqueux lorsque viendra le moment !

 

15ème journée du championnat de ligue 1 : ESS 3 USMA 2

Stade : 8 Mai 1945 (OPOW) - Sétif

Temps : froid

Affluence : record

Pelouse : excellente

Arbitres : Benouza – Omari – Bechirene - 4ème officiel : Habibatni

Buts : Djediat (sur penalty 43’ et 68’) pour l’USMA ; Laïfaoui (csc 7’) – Aoudia (58’) – Benmoussa (sur penalty 90’+4) pour l'ESS

Avertissements : Maïga (5’) – Laïfaoui (57’) - Chafaï (58’) – Bouchema (74’) – Djediat (77’) et Hamiti (90’+4) pour l’USMA ; Benmoussa (42’) pour l’ESS ?

Composition d’équipe :

USMA : Zemamouche - Yekhlef – Maïga (Meftah 46’) – Laïfaoui – Chafaï – Bouchema - Benaldjia (Bezzaz 83’) – Lemouchia (Boumechra 83’) – Hamiti - Djediat - Feham – entraîneur : Ollé-Nicolle

En U21, l’ESS et l’USMA se sont neutralisés sur le score de deux buts partout (2 à 2).

 

dimanche, 18 décembre 2011 07:44

USMA 1-0 ASO : Dur, dur….d’être leader !

Écrit par
Évaluer cet élément
(1 Vote)

Quelle fut longue à se dessiner cette victoire usmiste ! D’abord en raison de l’étroitesse du score acquis grâce à un penalty obtenu en première période puis à cause de l’inexplicable baisse de régime des usmistes en seconde mi-temps et du réveil des chélifiens.

Avant la rencontre, les Rouge et Noir savaient qu’ils étaient dans l’obligation de remporter le gain du match sous peine de voir s’installer durablement le doute qui commençait à gagner joueurs, dirigeants et supporters.

Ceci explique, sans doute, le début tonitruant des usmistes qui allaient, dès les premières minutes de la partie, afficher leurs intentions. A la 7ème de jeu, Benaldjia, bien lancé par Bouchema, s’engouffre dans la surface de réparation chélifienne, évite le gardien de but Ghalem, sorti à sa rencontre, et envoie le ballon en direction des buts. Alors que tout le monde criait au but, le défenseur asnami Aouamri revenu en catastrophe arrive à dégager le cuir. Cette première chaude alerte allait en appeler d’autres puisque 5 minutes plus tard, un centre effectué par Maïga est reprit par Boumechra dont le tir ira toucher le poteau (12’). L’USMA accule dans ses derniers retranchements l’ASO mais n’arrive pas à trouver le chemin des filets. De leur côté, les chélifiens répliquent timidement par Messaoud qui tente un tir, mais sa balle passera au-dessus de la barre transversale des buts gardés par Zemamouche (22’). L’activité débordante de Benaldjia allait finalement être récompensée lorsque le jeune Mehdi fut taclé par un défenseur asnami à l’intérieur de la surface de vérité. L’arbitre Zouaoui n’hésita pas et siffla le penalty qui s’imposait. Chargé d’exécuter la sentence, Djediat ne trembla pas et mit le ballon hors de portée du gardien Ghalem (35’). USMA 1 ASO 0

L’USMA venait de voir ses efforts récompensés, elle qui domina outrageusement cette première période. Les Rouge et Noir accentuèrent leur pression en vue d’ajouter un second but, avant la fin de cette première mi-temps, mais n’y parvinrent pas. C’est donc sur ce maigre, mais précieux, avantage d’un but en faveur des usmistes que l’arbitre renvoya les vingt deux acteurs aux vestiaires pour la pause citron.

 

En seconde période, le jeu baissa d’intensité et l’USMA accusa un incompréhensible fléchissement. Cette situation fut mise à profit par les chélifiens qui prirent la direction du jeu. L’ASO tenta, par Messaoud notamment, de revenir à hauteur de son adversaire mais n’y parvint pas. Le meneur de jeu chélifien adressa deux tirs qui auraient pu faire mouche mais, à chaque fois, Zemamouche s’interposa avec brio. Les usmistes se contentèrent de contenir des chélifiens revenus dans le match mais qui manquèrent d’efficacité. La suite de la rencontre n’apporta rien de nouveau et les Rouge et Noir allaient s’adjuger un succès précieux qui leur permet d’occuper seuls la tête du classement, à la faveur du résultat enregistré par Sétif.

 

A signaler l’excellente partie fournie par le latéral gauche Yekhlef, qui verrouilla son couloir et apporta constamment le surnombre en attaque, et les bonnes prestations de Chafaï et de Benaldjia, notamment en première période pour ce dernier.

 

Autre fait marquant au cours de cette période, l’incident provoqué par un dirigeant chélifien qui abreuva d’insultes Djediat qui venait d’ouvrir le score pour son équipe. Cet incident, qui prit des allures de pugilat dans la tribune d’honneur, se prolongea sur la pelouse lorsque Zaoui, prié de quitter la tribune puis le terrain, mit son grain de sel, provoquant l’arrêt momentané de la partie après l’intervention.

 

En remportant le gain du match, l’USMA aura réalisé l’essentiel. Elle renoue avec la victoire et consolide sa place de leader avant de se rendre à Sétif pour y rencontrer son dauphin, pour le compte de la dernière journée de cette première phase du championnat de ligue 1.

Un bémol, toutefois, à ce succès ! La seconde période pas très rassurante des Rouge et Noir.

Didier Ollé-Nicolle devra faire travailler d’avantage une équipe chez qui nous avons constaté un léger mieux, notamment sur le plan de la combativité, mais qui est loin d’être irrésistible.

 

 

14ème journée du championnat de ligue 1 : USMA 1 ASO 0
Stade : Omar Hamadi (Bologhine) – Alger
Temps : couvert
Affluence : moyenne
Pelouse : détrempée mais praticable
Arbitres : Zouaoui – Bitam – Chenaoua - 4ème officiel : Brahimi
Buts : Djediat (sur penalty 35’) pour l’USMA
Avertissements : Chafaï (51’) – Laïfaoui (52’) – Feham (87’) – Boumechra (91’) - Benaldjia pour l’USMA ; Aouamri (19’) - Gharbi pour l’ASO


Composition d’équipe :

USMA : Zemamouche - Yekhlef – Maïga – Laïfaoui – Chafaï – Bouchema - Benaldjia (Daham 76’) – Feham – Boumechra (Taguelmint 92’) – Djediat – Boualem (Bezzaz 46’) entraîneur : Ollé-Nicolle.

 

En U21, l’USMA n’a pu faire mieux qu’un match nul face à son homologue de l’ASO (1 but à 1).