mardi, 19 mai 2009 14:52

MERCATOC

Écrit par ARGUIMBO
Évaluer cet élément
(0 Votes)
Nous connaissons le Mercato d'hiver, genre de marché aux joueurs de football, présent un peu partout dans le monde et fréquenté par des présidents de clubs qui viennent faire leurs emplettes de dernière minute.
Les bonnes affaires se faisant très souvent au cours du marché d'avant saison, les recrutements hivernaux sont beaucoup plus effectués pour faire taire la bronca populaire que pour ramener un plus à l'équipe.
La saison footballistique tire à sa fin et, comme à son accoutumée, le marché des transferts s'emballe.
Cette année, règlements de la FAF obligent, le marché des étrangers n'intéresse plus personne. A brève échéance, l'Algérie aura fait le vide autour d'elle. Les clubs ne devront faire confiance qu'aux joueurs qui seront nés chez nous. Belle initiative et au diable la mondialisation.
Cette année donc, les clubs useront de leurs arguments les plus persuasifs pour avoir l'oiseau rare, la perle qui leur permettra de tout rafler la saison prochaine.
Les amis sont sollicités, les papas de joueurs, la fibre régionaliste aussi. Le côté sportif n'intéresse plus personne, ou si peu. Le dieu Dinar est omniprésent. Il permet la réalisation d'allées et venues imprévisibles, il justifie les retournements de situations les plus incroyables. Il écrase  tout sur son passage : amour des couleurs, challenge sportif,…
L'argent qui, il n'y a pas longtemps, se faisait rare chez l'ensemble des clubs coule maintenant à flots. C'est à coup de milliards que les offres sont faites par presse interposée. Des joueurs, à peine sortis de l'anonymat, se voient par la grâce de présidents flambeurs, propulsés en haut de l'affiche.
Les chèvres broutent paisiblement, à l'écart de ce remue pognon. Elles ont fait leur temps et n'attirent plus les convoitises, ou alors si peu.
Des chevreaux et des bouquetins piaffent d'impatience pour rentrer dans la cour des grands. Les maquignons s'égosillent, s'étripent, allongent l'oseille et crient à qui veut les entendre qu'ils ont bien eu la bonne bête. Les bougres, ils s'y connaissent en affaires.
Ils reviendront en hiver, à l'occasion du Mercato, lorsqu'ils s'apercevront qu'en fait de marché aux joueurs, ils ont plutôt eu droit à un marché de dupes, à un Merca…toc.
Lu 1824 fois

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'entrer toutes les informations requises, indiquées par un astérisque (*). Le code HTML n'est pas autorisé.