Imprimer cette page
lundi, 28 décembre 2020 15:58

Koudri-Mahious, la rage de vaincre…

Écrit par Hamza-Aymen Boutlata, Rue Marmol, Alger Casbah…
Évaluer cet élément
(2 Votes)

J6 – USMA 3 NAHD 0

Koudri-Mahious, la rage de vaincre…

Ouf, enfin une victoire méritée par des Usmistes qui voulaient en découdre avec les rugueux banlieusards, hrocha, dial Loussandi, friands de frites-omelette. Dans un sursaut d’orgueil, Koudri, cœur de lion, claque un doublé et Mahious l’assommeur, ont été les bourreaux des kilotate sfora. Chaâbanou le dyslexique se souviendra longtemps de cette amère défaite à Santodji. Les Rouge & Noir savourent cette délicieuse victoire zkara fe les journaleux clubards et, bien sûr, nos éternels détracteurs ainsi que notre ami Jbiber, prit soudain de coliques… 3 frites-omelettes yaouled, mayo-motarde-kitchop…

Je ne vais pas refaire le match mais juste un petit debrief pour noter dans ce match le réveil brutal des Rouge & Noir, assoiffés de victoires après une période de doute, laissant les supporters dans une attente fondée sur des promesses et des probabilités. Les joueurs n’ont jamais baissé les bras mais comme tétanisés, ce blocage inexpliqué a fini par disparaître laissant place à une sérénité qui est la leur. Les nuages à présent dissipés, place au beau temps. Les Rouges sortent de leur léthargie après un réveil en apnée fatal pour les visiteurs du jour prenant l’eau de toutes parts. Le NAHD sombre dans les eaux froides et profondes des Sablettes… Chauve qui peut…

Tout s’est joué à la fin du premier half 44’ où l’on a vu Koudri, véritable battant, loger la balle d'une tête au fond des filets suite à un service de la gauche par l’omniprésent Belkacemi. Il était au bon moment et au bon endroit, débloquant une situation parfois stérile, Loussandi préférant jouer derrière l’église. Au retour des vestiaires et des glouglous, le longiligne Mahious, à l’affût, quelle souplicité, quelle agilesse, mis son bouzelouf battant l’infortuné Benchlef constatant les digates, 49’. Les Nasriates pomponnées étaient KO debout, dakho. Koudri, encore lui, récidiva en portant l’estocade d’un autre zellif fe tass3inou, avec la complicité de Belkacemi le botteur et Mahious le passeur, 75’. Il y avait bien de la place pour deux ou trois autres buts mais bon, on ne va pas faire la fine bouche sinon Jbiber va encore chialer. Son pote Jack Kerouac n’a rien compris à ce qui arrivait à ses majorettes noyées au large des Deux Chameaux… La rage de vaincre…

L’USMA s’extirpe du fond du classement pour grimper à la 14e place avec un capital de 5 points laissant SBA, Magra et le reste du peloton à la traîne. Thierry Froger, le mécano de la générale, en ayant les coudées franches, devrait remettre sur rails chmin difir naguère grippé. Le prochain déplacement à Tizi-Uzzoo chez IOR ne sera pas du bakhsis mielleux, mais il doit nous concocter une mixture à même de mettre à genoux les kabylois N’jarjar alternant le bon et le moins bon. Il faut donc profiter des faiblesses de Bouzid 404 pour confirmer l’excellent résultat de Santodji et le regain de forme et de confiance de Zouari et consorts. En attendant, c’est le repos du guerrier jusqu’au Moharram. Aya Prézidon Jaloul, l’équipe mérite bien une belle prime de match, ouala lala… Bounani ya l’USMA, Bounani…

Hamza-Aymen Boutlata, Rue Marmol, Alger Casbah…

Hé ho Kazouni, la roue tourne… Bounani…

Aya, tchao ya Sghar… Tah-ya Za-za-yer…

NDLR : Toute ressemblance avec des personnages ou des situations existants ou ayant existé serait purement fortuite.

Alger, 28 Décembre 2020

Lu 582 fois