jeudi, 24 octobre 2019 17:39

J8 / USMA 3 CABBA 0 La vista en rouge & noir…

Écrit par Moussa Boukadid, Impasse des Sarrasins, Alger Casbah…
Évaluer cet élément
(2 Votes)


Après avoir traversé une zone de turbulences, la bande à Bilalou reprend ses esprits. La rencontre face aux Criquets Bordjiens fut assez compliquée avec une équipe décimée de pas moins de 5 joueurs actuellement au pays de Confucius avec l’EN Militaire. Il a fallu attendre la 80’ pour voir l’USMA sortir de sa léthargie et imposer sa loi. Ici, c’est Santodji ! L’on aurait pu aller vers une tabla ou pire, mais c’était sans compter sur la ténacité et le réalisme des camarades du feu follet Mueid Ellafi, véritable métronome des Rouge & Noir, retrouvant sa verve à San Siro comme un poisson dans l’eau, en envoyant valser les défenseurs du CABBA complètement déroutés à chaque rush. Aya, juste une petite débriefe… Youpiiii…


Je ne vais pas refaire le match même Eugène Saccomano n’est plus de ce monde pour le débrider. Oula ! Mais bon, de prime abord, Dziri le Kid savait parfaitement que la rencontre n’allait pas être une partie de plaisir. Néanmoins, il joua un mauvais tour au gaouri Dumas le flambeur, ce dernier pensant piéger l’entraîneur algérois. Que nenni, ouallah oualou, c’est le contraire qui se produisit puisque coaching gagnant de Billalou dans le dernier quart d’heure de jeu. Tour à tour, Haddouche céda sa place à Zouari alors que Belkaroui sorti sur blessure fut remplacé par l’ex-nahdiste Oukal. Mahious quant à lui, permuta avec coq Ardji pas trop brillant aujourd’hui. D’ailleurs, il aurait dû céder sa place à la méton. Hé ho Dumas, tu l’as eu dans le baba ! Khhhh…

Rabie Meftah, le vieux de la vieille parvint sans trembler, à ouvrir le score à la 81’ sur péno qu’il tira sur la droite alors que Cedric s’envola vers la gauche. Tarrr ya lahmama ! Hé hop, Pitchou, agenouillé derrière les bois, anxieux, jubile après la qnidla. Uliééé ! Les joueurs fêteront ce but libérateur avec leur cher public du Virage Electric Orchestra. Zakou Benchâa, bien servi par Benkhelifa via Ellafi, se chargea de corser l’addition d’une tête piquée par une hiboussa 87’. Uliééé ! Azgatt argatt ! Cedric serdouk machaf fiha trène. Dans le temps additionnel 90’ et quelques clopinettes, Benkhelifa, âadma, passeur puis buteur, se chargea d’assommer le même gardien par un troisième tcharek âariane suite à un festival portant la griffe Ellafi en démarrant du centre du terrain. Uliééé ! Finalement, les Criquets ont complètement craqué face à une équipe usmiste déchaînée qui en voulait. Elle fut récompensée l’espace de 9 minutes et la suite vous la connaissez, yak… El qadra darrate âal keskess…

Le sourire revient dans la maison USMA après la mascarade manigancée par la Rabitatoun, navigant en eaux troubles au Chiratoun. Notons que Ma’ Messaouda, fut arrosé par un chapelet de noms d’oiseaux et autres volatiles en voulant juste avant le match, pénétrer sur le terrain par le tchunnel. Droopy le bouledogue de service, larbin de Brutus, rass el khachba, le glilat à rayures ougâa itina, aucune personnalité, après avoir tourné casaque, accompagné par Boualem Chendrou, durent précipitamment rebrousser chemin regrettant cette intrusion. De la pure provocation par un hommelette bourakhssoune qui s’est trompé sûrement de stade. Amchiii ya ouahed el coyote sans foi ni loi, la dine la mella, la rojolia, ouadjhak s’hih, mchiii ! Victoire des 3 Mousquetaires Meftah, Benchâa, Benkhelifa, MBB ! Zkara fel 3issaba dial football qu’il faut vite nettoyer au kärcher… Qiiiwww !

Standing ovation pour le fabuleux public de l’USMA toujours présent quelles que soient les circonstances, qu’il pleuve ou qu’il vente. Après match, la joie se lisait sur les visages des joueurs, des staffs et des supporters qui fêtèrent en parfaite communion cette savoureuse victoire, ch’hal bnina, arrachée aux forceps, zkara fi Rabitatoun khabitatoun, Hadouk ou ma yechbah. C’est la victoire du cœur, la victoire avec la grinta, la victoire avec les tripes, la victoire de la vista en rouge et noir. C’est ça l’USMA, c’est ça les Hommes, sans peur et sans reproche… L’USMA toujours debout…

Moussa Boukadid, Impasse des Sarrasins, Alger Casbah…

Hé ho Dumas, toujours mauvais perdant. Alors, tu les as bien digéré ces 3 bastos ? Khhh…

Aya, tchao ya Sghar… Tah-ya Za-za-yer…

NDLR : Toute ressemblance avec des personnages ou des situations existants ou ayant existé serait purement fortuite.


Alger, Jeudi 24 Octobre 2019

Lu 350 fois

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'entrer toutes les informations requises, indiquées par un astérisque (*). Le code HTML n'est pas autorisé.