jeudi, 22 août 2019 20:52

Qui veut la disparition de l’USMA ?

Écrit par Ipanéma
Évaluer cet élément
(1 Vote)

Un compte bancaire bloqué signifie que tout ou partie de l'argent de ce compte est gelé et n'est plus disponible pour son détenteur. Plusieurs raisons peuvent expliquer cette situation.

S’agissant de la SSPA USMA, cela résulte de l’emprisonnement d’Ali Haddad, patron de l’ETRHB, actionnaire majoritaire de la SSPA USMA, et d’une décision de justice qui a ordonné le blocage de tous ses comptes bancaires, privés et/ou professionnels.
Depuis, la SSPA USMA s’est retrouvée privée de tout accès à ses comptes bancaires et dans l'impossibilité d'effectuer la moindre opération bancaire sur l'ensemble de ses comptes.
Le gel des comptes de Ali Haddad a entraîné une paralysie des comptes bancaires de l’ETRHB, sa plus importante entreprise, et par conséquent de la SSPA USMA, plongeant cette dernière dans une situation inextricable.
L’USMA s’est retrouvée en cessation de paiement et n’a pu continuer à fonctionner à peu près correctement que grâce à l’intervention d’un possible repreneur, le groupe Hayat Petroleum qui a pris en charge le séjour de la délégation usmiste à Niamey, à celle de quelques proches du club (pas nombreux, malheureusement) et à l’argent récolté par la vente des premières cartes d’abonnement que les supporters ont acquis pour le déplacement de l’équipe A à Constantine, pour jouer face au CSC .
Cette situation de blocage de tout paiement par la SSPA USMA tant à l'égard de ses salariés que de ses fournisseurs ne peut être levée que par décision de justice ou intervention directe des pouvoirs publics.
Pour tenter de remédier à cette situation d’asphyxie financière, des démarches ont été entreprises par l’actuelle direction du club. Le Ministère de la Jeunesse et des Sports a été saisi, la justice également via le tribunal de Bir Mourad Raïs, instance où a été jugé Ali Haddad …sans grand succès, hélas, puisque, à part de vagues promesses, rien de palpable n’est venu éclaircir le ciel assombri sous lequel vit le Club depuis plus de deux mois.
Le ministre, amateur de loubia blech, beaucoup plus préoccupé par son souci de plaire que par une volonté réelle de résoudre le problème auquel était confrontée l’USMA, multipliait les déclarations péroreuses sur les plateaux radio et télé. "La situation de l’USMA est réglée", avait-il affirmé lors d’une émission sportive radio. Discours fallacieux, limite captieux, d’un commis provisoire de l’Etat qui s'est cru permis de se moquer d’un Club aussi prestigieux que l’USMA.
Côté FAF et LFP, c’est le silence radio. Deux instances pourtant si promptes à réagir lorsqu’il s’agit d’autres clubs, mais totalement muettes devant le déni de justice dont est victime l’USMA.
Aucune action n’a été entreprise pour essayer de trouver une solution au cas USMA. Mais, comment penser un seul instant que d’instances aussi iniques, rien de juste puisse jamais sortir ?
L’USMA a été fidèle à elle-même. Elle a adopté une attitude digne, n’a fait pas de raffut et a compté sur l’esprit d’équité et de justice de ceux qui étaient censés intervenir dans ce genre de situation. Mal lui a pris puisque ses supporters assistent à sa lente mise à mort sans que cela n’émeuve les pouvoirs publics et encore moins les différents acteurs du football national. Où sont Messieurs Zetchi et Medouar, patrons des deux instances du football national, censés défendre les intérêts des clubs nationaux ? Où est Monsieur Berraf, président du Comité Olympique Algérien, qui s’est cru investi d’un droit de représentativité en allant s’excuser au nom de l’USMA auprès de l’ambassadeur Iraqi, lors de l’épisode de la Coupe arabe ?
Nous ne parlerons pas des médias qui, lorsqu’ils le font pour certains, ne consacrent que de maigres articulets à la situation que vit l’USMA, alors que pour beaucoup d’autres, l’idée de voir disparaître le Club provoque un état de jouissance extrême.
Mais ce qui fait encore plus mal aux valeureux supporters usmistes c’est l’inertie et/ou le peu d’empressement que mettent ceux qu’on appelle "proches du Club" pour venir au secours d’une Association que certains brûlent d’envie de voir mourir.
Au-delà des arguments judiciaires avancés pour justifier la situation actuelle de la SSPA USMA, il est indéniable que l’USMA paie pour le rôle qu’ont joué et que continuent de jouer ses supporters dans le mouvement de contestation que connait le pays.
Loin de céder à la résignation, l’USMA et ses supporters continueront à lutter pour que soit mis un terme à l’injustice que connait le Club.
Éminemment politique, le cas de l’USMA ne peut être traité que dans ce cadre-là.
Si les pouvoirs publics continuent d'ignorer cette affaire et de la laisser traîner en longueur, il faudra alors penser à l'internationaliser en la portant à la connaissance de la plus haute instance du football mondial…la FIFA
Une FIFA qui serait d’ailleurs bien inspirée de venir fourrer son nez dans la gestion et le fonctionnement du football national, notamment dans ceux de ses institutions.


Lu 492 fois

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'entrer toutes les informations requises, indiquées par un astérisque (*). Le code HTML n'est pas autorisé.