mardi, 06 novembre 2018 17:11

La Rabita souffle le chaud et le froid... Spécial

Écrit par Hmimed Boulagroun
Évaluer cet élément
(1 Vote)

Aux abois, la Rabita du brikoulage et de l’improvisation, semble battre de l’aile après les derniers rebondissements prévus ou imprévus dans une programmation des plus catastrophiques qu’ait connue notre pôv’ championnite depuis des lustres.

Hier en soirée, la Ligue supposée professionnelle a montré et démontré son incompétence criarde à pouvoir respecter un calendrier pourtant pas compliqué du tout, même si la peur était du côté Jiyaska et la sérénité côté Usmiste. C’est facile de ne pas se tromper, ya zah, yak hadja bassita ! Sinon, comment expliquer ce revirement de dernière minute chamboulant une fois de plus les plans organisationnels, logistiques et techniques des formations devant se préparer à disputer une simple rencontre de football un lundi, un mardi ou un autre jour. Il est clair que cette décision pondue sur le site de la LFP n’a pas été inventée par son prézidon koustima des années 30, mais téléguidée, instruite, imposée bessif depuis la planète des singes… Allo, y’a-t-il un pilote dans l’avion…

Limité en matière de gestion, sans bagages ni trompette malgré quelques années passées à l’ASO, le sieur responsable de la Rabita marbota ne s’attendait guère à un bras de fer avec le prézidon gargotier de Leipzig têtu et entêté comme une baghla, à la tête de la Jiyaska après le départ forcé de Moh Chkhif lemhancha, l’autre campagnol du club kabylois, l’alter ego issu du même patelin. En ménageant le chouchou et la chouchette, Lalla Moulati bent el djar et Na’Fa bent Zdimoh, Boumdouwar s’est laissé entraîné naïvement comme un débutant dans une nébuleuse spirale aux conséquences imprévisibles. Humilié, Sali, traité publiquement de tous les noms d’oiseaux par le castor de Fort National sur un plateau télé et sur les torchons de presse fouha par Bousninate le clown de Haffaf-TV, il devient la risée. S’il avait un peu plus d’humilité, de fierté, il devrait démissionner de son poste… Il faut savoir quitter la table lorsqu’elle est desservie, ya Si Skolli…

Il ne sert à rien de colmater les brèches et travailler dans le provisoire. Elaborer un calendrier ne demande pas de venir de St-Cyr, de la Nasa ou du MIT de Boston. Les dates des compétitions continentales et régionales sont arrêtées bien avant le début du championnat. Les dates des fêtes légales et religieuses sont elles aussi prévues dans l’almanach de la Fonction Publique. Alors où se situe-donc le problème ? Nos voisins du Maroc et de Tunisie, de France et de Navarre n’ont jamais rencontré de problème à façonner un calendrier de rencontres de championnat. Boumdouwar trouve le moyen de modifier en un temps record la rencontre USMA-Jiyaska prévue le 3, le 5 puis le 6 de ce mois pour enfin la reporter aux calendes grecques. Piiii ! Les joueurs, les entraîneurs, les dirigeants, les prézidons de clubs ainsi que les supporters sont complètement déroutés. A n’y rien comprendre dans ce mic-mac maison. Merci d’éclairer nos lanternes car tout le monde donne sa langue au chat… Ne me dites pas que ce problème est difficile, car s’il n’était pas difficile, ce ne serait pas un problème…

Dans toute cette cacophonie ou cacaphonie, hachakom, excusez du terme, qui est le dindon de la farce ? Mister Hakoum, informé probablement de ce report inattendu, n’a pas voulu attiser le feu, comprenant parfaitement cette situation kafkaïenne. Il répond d’une manière laconique mais subtile à cette décision fortuite ainsi qu’à Sinane pour ses propos désobligeants sans aucune retenue pourtant tenu par l’obligation de réserve, brouillant les plans prévus par l’administration de l’USMA quant à la préparation du déroulement de la rencontre face à la Jiyaskanari. On ne va sûrement pas se lamenter sur notre sort car l’USMA en a déjà vu d’autres coups fourrés. L’on se rappelle juste qu’on nous a délocalisé de Santoggi pour jouer à Stéf ou à Tombouctou la coupe CAF alors que le khamsa jouilia et Tchaker ont bizarrement fermé leurs portes pour cause zâama travaux. Khaliwna man tmaskhir el farouzi. Dâawa merga bezaf ! Néanmoins, on attendra de pied ferme les kanaris kui-kui du Jorjra pour jouer quand ils veulent où ils veulent, même à Oukil Ramdane, mais nous, on ne souffle pas le chaud et le froid. On sera au-dessus de la mêlée… Tout sera cuit à point à celui qui sait bien déguster…

Dernière minute : Après réaction de Hakoum Serrar, DG de l’USMA, refusant le déplacement à Oran pour affronter le Mouloudia local samedi prochain, avant d’avoir joué la 13e journée, la Rabita ou ce qu’il en reste, a reprogrammé la rencontre USMA-Jiyaska ce vendredi 9 Novembre et MCO-USMA le lundi 12. Alors que le club kabyle bénéficie d’une autre journée supplémentaire de récupération puisqu’il recevra le NAHD le mardi 13. Medouar n’en fait qu’à sa petite tête pour les deux poids deux mesures. De toutes les manières, ses jours sont comptés à la LFP car les membres de son bureau fantôme se retirent définitivement mais ils tiendront une conférence de presse pour apporter quelques éclairages concernant le fonctionnement anarchique de cette institution. Allez hop, passons aux choses sérieuses… L'USMA Madrassa, l'USMA Hadara...

Hé ho Kazouni, les kabylois jubilent et défilent après le report du match USMA-Jiyaska. Ils préparent même une méga zerda à Sidi Valoua (Redjaouna) jeudi prochain (jour d’offrande) et veulent sacrifier un autre azguer et un qalwache devant l’entrée du stade du 1er Novembre… Nom d’un maître-chanteur…


Aya, tchao ya Sghar… Tah-ya Za-za-yer…

Hmimed Boulagroune, Rue du Centaure, Alger Casbah…

NDLR : Toute ressemblance avec des personnages ou des situations existants ou ayant existé serait purement fortuite…


Alger, 6 Novembre 2018
 
 
Lu 211 fois

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'entrer toutes les informations requises, indiquées par un astérisque (*). Le code HTML n'est pas autorisé.