mardi, 09 octobre 2012 14:38

"CES CLUBS QUI NOUS DOIVENT TANT..." DISENT-ILS !

Écrit par Farid Gh.
Évaluer cet élément
(4 Votes)

En effectuant des recherches dans le cadre de l'affaire "Hassen Terro", je suis tombé, en parcourant fortuitement un site web dédié au Mouloudia d'Alger, sur un brûlot qui m'a interpellé, puis m'a poussé à partager le cours de mes réflexions, sur les fossoyeurs de l'Histoire de l'Algérie, qui, en ces temps bénis, sévissent impunément et continuent, toute honte bue, à la violenter.

Une Histoire glorieuse et un palmarès remarquable

Dans un ridicule factum (infra), un barbouilleur de papier, dont la prétendue vérité historique n'a d'égal que l'impudence des mensonges, se bat péniblement les flancs, à coller de grossières contre-vérités à un tissu d'aberrations dans le but de démontrer, vaille que vaille, avec une mesquinerie mal dissimulée, que nombre des clubs musulmans, (CSC, NAHD, JSK, USMA, USMB, MCO, USMT), ces monstres d'ingratitude, ne doivent leur création et leur parcours du combattant sportif, qu'à "la bonté" du mouloudia.

Début de citation "S'il est une chose que l'histoire retiendra du Mouloudia pour la prospérité, (sic) c'est sa bonté envers des clubs, ingrats pour certains, qui le lui ont rarement rendu. Doyen du sport Algérien, le MCA a été tout à la fois. Le père, le grand frère mais aussi le bienfaiteur et le fédérateur si bien qu'il devint un exemple au-delà des frontières du pays." Fin de citation(Mouloudia.info)

Voilà le texte concernant l'USMA:

"Union Sportive Musulmane d'Alger (USMA)

Début de citation …. "c'est un 5 juillet que l'USMA verra le jour suite aux efforts d'anciens joueurs des jeunes catégories mouloudéennes dont Bennour Saïd, Meddad Arezki et Sid Ali Terkmane menés par M. Kemmat. Des jeunes inexpérimentés mais qui savaient, malgré leur différend, qu'ils pouvaient compter sur un homme dont l'intégrité n'avait d'égard que la grandeur du club qu'il dirigeait. Kemmat avouera: "Mes fréquents contacts avec Mouloud Djazouli dirigeant très actif du MCA m'avaient beaucoup appris".

En réalité, Djazouli (paix à son âme) fera plus que "apprendre" au futur usmiste. Il n'hésitera pas à lui confier une copie des statuts du MCA et interviendra personnellement pour faciliter les démarches de création de l'USMA auprès de la préfecture d'Alger.

"Mon ami Belkessa était responsable à la préfecture. Quand s'établissaient les statuts ou les rapports je lui téléphonais 'Voilà, un club va se présenter à toi, tu l'aides à s'affilier". Belkessa se faisait une joie de les aider. Le Mouloudia a aidé beaucoup de clubs musulmans. Certains reconnaissent, d'autres pas", dira à cet effet feu Djazouli.

"Chaque groupe devait implanter une équipe musulmane dans toutes les ville d'Algérie. Mais il leur fallait une autorisation préfectorale. Ils allaient voir Mouloud Djazouli au MCA qui leur disait ce qu'il fallait faire et pour faciliter les choses il me les envoyait. …. L'USMA naîtra par cette matinée de l'année 1937 suite à de longues négociations avec le colonisateur sur l'intérêt de la mention "Musulmane" dans l'appellation du club. Elle tiendra sa première assemblée la même année et ouvrira ses portes à d'autres anciens mouloudéens à l'image de Basta, Mohamed Ouali et Zennagui Mohamed.

75 ans plus tard, le club, en mal de reconnaissance à ses bienfaiteurs et au combat de ses fondateurs préfère rompre avec son identité musulmane et opte pour une appellation plus folklorique » Fin de citation

Et de conclure péremptoire :"L'Union Sportive Médina d'Alger n'est désormais plus musulmane».

Que répondre à ces virtuoses de l'imposture et de la mystification, sinon que l’Histoire est revancharde. Personne ne peut la travestir et la falsifier indéfiniment car la vérité, même méconnue du peuple, restera la vérité. Elle sera toujours plus puissante que le mensonge malgré les béquilles vacillantes des suppôts de la contre façon officielle. Lorsqu'un jour, l'Histoire jugera, sans complaisance, ils se retrouveront comme les lais et relais de la mer.

Néanmoins, notre orgueil d'usmistes, nous impose de rétablir certains faits dans leur conformité la plus rigoureuse, avec la vérité.

Ainsi, à propos du changement de la dénomination "folklorique" du club et l'introduction du vocable Medina au lieu de Musulman, nous nous contenterons de rappeler à l'auteur de l'article quelques bribes de l'histoire de notre pays, avec laquelle il semble fâché ou indisposé.

Durant la période coloniale, les clubs sportifs musulmans, qui ont suscité un paradigme pour montrer leur attache identitaire par rapport aux clubs des colons, ont introduit dans leurs sigles des particules ou des noms pertinents, symbolisant un communautarisme revendicateur. Ainsi, certains clubs "indigènes" ont choisi une appellation proférée phonétiquement en arabe, mais transcrite en caractères latins (par exemple: wifak, chabab, widad, mouloudia , etc…); d'autres, ont introduit un vocable porteur d'une signification ethnique et culturelle (plutôt que fondamentalement religieuse même si, de prime abord, l'épithète insinuante contrarie notre commentaire) tel que "Musulman", à l'image des acronymes USMA, USMB, USMMC, USMBA, USMO etc…

L'USMA, véritable école du nationalisme

Après l'indépendance, le terme "Musulman", perdra sa raison d'être l'expression d'un club autochtone musulman, puisque tous les clubs sont désormais algériens et musulmans et l'idée de la revendication identitaire s'annihile. Le principe de différenciation, capital pendant la période coloniale, devient donc, caduc, de facto.

Est- il utile de rappeler ici, que de par la constitution algérienne, l'Islam est la religion de l'Etat algérien ?

Il devenait donc nécessaire de réveiller les vertus d'un club tout bonnement sportif, dont l'acronyme (et les couleurs) est l'incarnation ostensible.

Après l'abandon de la réforme sportive de 1977, qui avait mis sous la tutelle des sociétés publiques les clubs sportifs en phagocytant ces derniers du sens des sigles, voire des sigles eux-mêmes, ces clubs ont récupéré leur sigle originel et, pour certains, leurs couleurs en outre.

L'USMA a décidé, sans solliciter l'accord préalable de notre "(pro)créateur de clubs", n'en déplaise à notre auto proclamé donneurs de leçons, qu'il fallait recouvrer son identité qui s'était caractérisée pendant la période coloniale par l'empreinte affichée de la revendication identitaire, culturelle, voire religieuse, désormais archaïque, en la remplaçant par un indicateur d'un autre registre, symbolisant, dans la conscience collective, sa localisation spatiale, à savoir le territoire (quartier, ville).

Le territoire est la cause prédominante de l'attachement des supporters et sympathisants à un club de football, en compagnie naturellement, d'autres valeurs ataviques, que portent en soi chaque club.

Par Farid Gh.

Lu 8251 fois

8 Commentaires

  • Lien vers le commentaire LAZIZI KAMEL samedi, 05 décembre 2015 19:35 Posté par LAZIZI KAMEL

    JE RETROUVE LE VISAGE DE MON DEFUNT PERE SUR CETTE PHOTO A DROITE
    PAIX A SON AME

  • Lien vers le commentaire HMIDET mardi, 16 octobre 2012 16:12 Posté par HMIDET

    yatik saha ya si SMAIL
    mille fois merçi pour votre commentaire
    l'histoire nous a toujours enseigné que c'est toujours les laches qui profite de la révolution

  • Lien vers le commentaire kaddour kafka mardi, 16 octobre 2012 11:59 Posté par kaddour kafka

    Un grand merci pour cet éclairage ya Smail. Il ne faut surtout pas vous arrêter là car nous avons tous besoin de connaitre l'histoire et surtout clouer le bec à ces prétendus moudjahines donneurs de leçons et surtout incapables de contenir leur haine

  • Lien vers le commentaire SMAIL lundi, 15 octobre 2012 14:48 Posté par SMAIL

    ce que moi je sais, c'est que l'usma a été fondée par el hadj kemmat et d'autres dirigeants issus du mouloudia d'alger suite a leur dissidence.
    en effet, n'ayant pas admis que le mca fréquente les quartiers huppés de la capitale au détriment des "humbles" et dévie de son objectif initial, el hadj kemmat et les autres ont quitté le mouloudia pour fonder l'usma.
    le dossier bien ficelé a été déposé a la prefecture d'alger en 1930 et ce n'est qu'en 1937 que l'usma a été agréée.
    on dit que l'origine de ce retard, ce sont feu mouloud djazouli et benhabiles qui n'ont pas admis la création d'un club rival pour représenter les "humbles" de la casbah d'alger.
    je sais aussi que l'usma est un vieux rêve des casbadji : il y a eu avant, la création d'un club nommé le fcma dont j'ignore sa date de naissance.
    aussi, je sais que l'ancien cercle que nous connaissons tous appartenant au mca à la rue de chartres, en vérité appartenait à l'usm alger.
    ils en ont été dépossédés par les autorités coloniales pour l'avoir utilisé à des fins politiques pour l'offrir au mca atitre gracieux ...
    encore, et les ecrits restent, en 1956 en pleine guerre d'algerie, l'usma, l'omse, l'esma le cca et la jsma ont arrêté de participer aux différents championnats sportifs à l'instar de tous les clubs musulmans de l'époque suite à l'ordre donné par le fln.
    le mouloudia d'alger, par contre, a continué à jouer et ce n'est que quatre journées après que suite aux bagarres déclenchées intentionnellement par les fidaïs de la zaa lors du match qui opposé le mca à l'asse que le mca a été suspendu pour quatre matchs.
    la presse de 1956 a commenté et rapporté que les sieurs tiar et benhabiles tous deux dirigeants de ce club, ont plaidé leur cause au niveau de la ligue algérienne de l'époque et avancé que ce qui s'est passé le week end au stade de "saint eugene" était l'oeuvre de gens étrangers au club.
    je m'arrête là, car il y a beaucoup de choses à dire.
    aujourd'hui après l'indépendance de l'algérie, tous les clubs ont repris le foot ball et parle du présent, sauf le mouloudia d'alger à l'instar des faux moudjahidines ne ratent pas une occasion pour détourner l'histoire.
    une autre fois, je parlerai comment feu maouche ancien grand joueur de foot ball a été chassé du mouloudia, alors qu'il est venu à alger poursuivre ses études de médecine.

  • Lien vers le commentaire essaid mercredi, 10 octobre 2012 15:37 Posté par essaid

    l union fait la force
    encore une fois mes chers freres arrettez de critiquer vous rentrez dans le jeu des jaloux et les ennemis de notre chere usma.
    el hamdouallah on a tout ce qu il faut pour pour rivaliser avec les autres pays.je vis en france depuis des annees ouallah oualou.ce qui nous manque a l usma un stade propre a nous ET UN BON PRESIDENT.JE LANCE UN APPEL A TOUS LES AMOUREUX DU CLUB DES ANNEES 1960 A CE JOUR Y COMPRIS NOS ANCIENS JOUEURS ET DIRIGENTS DE RECONCILIER LES FRERES HADDAD AVEC AMMI SAID ALLIK ET CE A L APPROCHE DE L AID EL KEBIR.
    OUALLAH ON FERA DES MIRACLES AVEC CE MEMME EFFECTIF.
    JE TE DONNE MA PAROLE AMMI SAID QUE JE TAIDERAI GRATUITEMENT.INCHALLAH YA RABI.

  • Lien vers le commentaire hafyd mercredi, 10 octobre 2012 08:34 Posté par hafyd

    Meme en mal en point l'usma fait tjrs peur

  • Lien vers le commentaire ruisseau mercredi, 10 octobre 2012 02:01 Posté par ruisseau

    - L’étoile du Club Musulman Constantinois de 1916 à 1918
    - Le CSC depuis le 26 juin 1926.
    okey

  • Lien vers le commentaire ruisseau mercredi, 10 octobre 2012 01:55 Posté par ruisseau

    puisque tu fais trop de recherche
    alors va chercher dans encyclopédi
    Le Chabab Riadhi de Belouizdad (C.R.B) est un club algérien de football basé à Alger. Le club du quartier algérois de Belcourt est présidé par Kerbadje Mahfoud et entrainé par Giovani Solinas. Le CRB est le club phare du quartier historique de Belouizdad anciennement connu sous le nom de Belcourt. Il s'apparente aussi à Laakiba quartier mythique du centre Alger. Le chabab a été vainqueur de 6 championnats d'Algérie, le dernier datant de la saison 2000-2001 ainsi que de 6 coupes d'Algérie, le dernier été en 2009, trois coupe Maghribines , une super coupe et une coupe de la ligue ce qui fait en tout 17 titres pour le CRB
    En 1920 une équipe Belcourtoise a était fondé en plein centre d'alger par les musulmants pour seul raison ( La Liberation De l'Algerie ) , elle représentait un grand quartier populaire ( Belcourt ) a l'époque, et entre 1920 et 1950 elle s'est devisé en deux clubs : C.A.B (Club Athlethic Belcourt) et W.R.B (Widad Riadhi Belcourt) et juste aprés la révolution de l'algerie en 1962 ,Monsieur Bouderbala , Khemissa , Boubekeur les autres on fondé le CRB ( Chabab Riadhi Belcourt ) aprés le croisement des deux clubs Belcourtoit ( WRB et CAB ) le C*R*B et la 1ére équipe algerienne fondé aprés la révolutions de l'ALGERIE et plusieurs grands joueurs en porter les couleurs du Chabab comme : Lalmas (un des mailleurs joueurs algeriens de tous les temps), Kalem , Selmi... et la plupart des joueurs a l'époque venait des quartiers proche de Belcourt ( Salombier , Champs-de-manoeuvres . . . ) est dans les annés 1970 le CRBelcourt était L'EQUIPE NATIONALE DE L'ALGERIE.
    En 1995 le nom du CRB a était modifié de : Chabab Riadhi Belcourt , à : Chabab Riadhi Belouizdad ( au nom d'un grand Chahid ( Mohamed Belouizdad ) qui est né a Belcourt-diar babour- Histoire du CHABAB RIADHI BELOUIZDAD.

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'entrer toutes les informations requises, indiquées par un astérisque (*). Le code HTML n'est pas autorisé.