jeudi, 24 décembre 2009 10:46

INTERVIEW DE NOUREDDINE SÂADI

A l’issue de l’entraînement de mardi passé, nous nous sommes approché du coach Noureddine Sâadi pour avoir ses impressions sur le parcours de l’USMA à la vielle de la mini trêve prévue après le déroulement des 32ème de finale de la coupe d’Algérie,

mais également sur les objectifs à atteindre pour cette saison 2009-2010. Noureddine Sâadi a répondu volontiers à nos questions et a essayé d’apporter les réponses nécessaires à la situation que vit actuellement le club.

Usm-alger.com : A la fin de la phase « aller » du championnat, quelle est l’évaluation que vous pouvez faire du parcours de votre équipe ?

Noureddine Sâadi : Je suis très déçu par le rang que mon équipe occupe à la fin de la phase « aller » du championnat. La 12ème place à laquelle nous sommes classés n’est pas conforme au statut du club et est très en deçà de ce qui est attendu d’une formation qui dispose de moyens humains et matériels appréciables et de conditions de travail excellentes. En tous les cas, à ce stade de la compétition, l’USMA a l’habitude de faire mieux.

Usm-alger.com : D’après vous, quelles sont les raisons qui pourraient expliquer ce bilan mitigé ?

Noureddine Sâadi : Vous parlez de bilan mitigé, mais moi je vois les choses autrement. J’ai joué 12 matchs depuis que je suis à l’USMA, j’en ai gagné 5, fait 4 matchs nuls et ai perdu deux fois en déplacement, respectivement contre Annaba et Chlef. N’était-ce les deux nuls concédés à domicile contre la JSK et le MCO, j’aurais dit que mon bilan est satisfaisant. Les raisons de notre ratage constaté à la fin de cette phase « aller » sont à chercher ailleurs. A mon avis, c’est le mauvais recrutement effectué durant l’inter saison qui explique la situation peu reluisante au classement de l’équipe. Les compartiments de l’équipe ont été renforcés d’une manière déséquilibrée. Jugez-en : 10 défenseurs et 8 milieux de terrain pour 4 attaquants seulement. Je pense que le plus gros souci de l’équipe réside dans le manque d’attaquants de qualité dont l’USMA a besoin. Je ne dis pas que ceux qui existent actuellement sont mauvais, je dis qu’ils sont insuffisants. J’essaie quand même d’y remédier en travaillant d’avantage avec ceux que j’ai sur la main. De toutes les façons, je n’ai pas d’autre choix.

Usm-alger.com : Pourtant, en ayant encaissée jusqu’à présent 18 buts, la défense de l’USMA semble être le maillon faible de l’équipe

Noureddine Sâadi : 18 buts, c’est en effet beaucoup pour une équipe de l’USMA qui nous a habitué à mieux. Il n’y a pas longtemps, l’USMA pouvait se targuer de posséder une des meilleures défenses du pays. Vous conviendrez avec moi, qu’on ne remplace pas facilement une paire de la trempe de Zeghdoud et Arribi. Ceci dit, les Rial, Cheklam et autre Khoualed possèdent eux aussi un niveau appréciable. Il faut préciser, aussi, qu'en ce temps là, l'USMA disposait d'excellentes doublures au niveau de tous les postes et qu'au niveau de certains autres postes je pouvais même choisir entre trois joueurs. Cette situation donnait lieu à une rude concurrence entre les joueurs et l'équipe ne pouvait en tirer que bénéfices. Aujourd'hui les données ont changé, je ne possède pas des doublures nécessaires et lorsqu'un titulaire est absent, la stabilité de la défense en pâti. C’est, donc, au niveau de la stabilité que le problème persiste et ceci nous a parfois coûté cher au cours des derniers matchs. Comme vous vous êtes certainement rendu compte, j’ai fait évoluer Khoualed à pratiquement tous les postes de la défense et je dois dire qu’à chaque fois il m’a donné satisfaction. Je suis constamment confronté à ce genre de situation puisque, régulièrement, des joueurs manquent à l’appel parce qu’ils sont blessés ou parce qu’ils sont suspendus. J’essaie, à ce moment là, de trouver la meilleure formule pour présenter les éléments que je juge le plus aptes à remplacer les titulaires.

Usm-alger.com : Mais, il n’y a pas qu’au niveau de la défense que des lacunes ont été perçues. Le milieu de terrain usmiste semble lui aussi donner des signes d’essoufflement. Êtes-vous de cet avis ?

Noureddine Sâadi : Honnêtement, je pense que le milieu de l’USMA est quelquefois dépassé. Trouvez-vous normal que l’équipe évolue avec deux milieux récupérateurs ? Face au NAHD, Ghazi s’est fait expulsé et a contraint, d’une façon impardonnable, son équipe à jouer diminuée. Ceci m’a obligé à décaler Achiou pour aider ses coéquipiers dans la récupération du ballon. Par ailleurs, AÏt Ouamer a beaucoup donné depuis le début de saison et commence à ressentir les effets des efforts consentis.

Usm-alger.com : L’USMA encaisse beaucoup, son milieu de terrain n’est pas très performant, qu’en est-il de son attaque ?

Noureddine Sâadi : Que voulez-vous que je vous dise ? On manque de punch, on se crée des occasions, mais nous n’arrivons pas à conclure. C’est une situation que nous vivons pratiquement à chaque match. Le dernier exemple en date est le match contre le MCO. Mes joueurs avaient la possibilité de « tuer » le match dès les 30 premières minutes de la partie, mais la maladresse des attaquants à l’approche du but et, quelque fois, la malchance ont fait que nous sommes passés à côté de notre sujet. Franchement, cette situation devient inquiétante et me fait regretter l’absence d’un joueur comme Bourahli. Dans un match comme celui face au MCO, Issâd aurait pu scorer car il a le sens du but. Dommage pour l’équipe qu’il n’ait pas totalement récupéré de sa blessure.

Usm-alger.com : Le banc de touche ne vous cause t-il pas trop de soucis ?

Noureddine Sâadi : Je l’ai toujours dit, tout le monde aura sa chance à condition de respecter la saine concurrence qui doit prévaloir entre les joueurs. Le football est un jeu à 11 joueurs, pas plus. Mais une saison footballistique est longue, très longue même. Les compétitions et les rencontres s’enchaînent à un rythme effréné et j’aurais besoin de tout le monde pour aller au bout de ma mission. La coupe d’Algérie pointe déjà le bout du nez et la phase « retour » du championnat s’annonce très difficile à jouer. Les joueurs doivent faire passer l’intérêt de l’équipe avant toute autre chose. Ils doivent se montrer solidaires.

Usm-alger.com : La trêve approche, le mercato aussi. Allez-vous procéder au recrutement de joueurs et, dans ce cas là, quels sont les joueurs que vous allez libérer ?

Noureddine Sâadi : J’ai dit que j’avais besoin de tout le monde et, à ce titre, je ne compte libérer personne. Maintenant, si un joueur exprime le vœu de changer d’air, je discuterai avec lui, j’essaierai de comprendre les raisons qui le poussent à partir et, surtout, je respecterai la décision qu’il prendra. On ne peut pas retenir un joueur contre son gré.
Concernant les joueurs à recruter, certains journaux me prêtent des intentions farfelues. Je trouve ces écrits tout simplement scandaleux. Je reste sidéré lorsque je lis que j’aurais mis sur la liste des départs, Harkat, Noureddine Deham et que sais-je encore. On a dit qu’en échange de Deham, je voulais ramener Seguer. Franchement c’est du n’importe quoi. Je n’ai pas pour habitude de parler recrutement en milieu de saison et les joueurs qui m’ont eu comme entraîneur vous le confirmeront. J’ai toujours privilégié le renforcement d’une équipe durant l’inter saison. De plus cette action dépend des moyens financiers que la direction du club peut mettre sur la table. Pour l’instant, à l’USMA, rien n’est prévu en matière de recrutement. Je continue donc de travailler avec les éléments que j’ai sous la main.

Usm-alger.com : Les supporters de l’USMA boudent leur équipe. Ils lui reprochent surtout de mal jouer. Quel commentaire pouvez-vous faire à ce sujet ?

Noureddine Sâadi : : L’USMA tire sa réputation de son histoire, de ses exploits sportifs mais également de la fidélité de ses supporters. Pourtant, en cette première étape du championnat j’ai eu la désagréable surprise de m’apercevoir que certains supporters viennent au stade pour déstabiliser l’équipe. Lorsqu’on voit l’USMA évoluer à l’extérieur, on se dit qu’à domicile cette équipe va tout écraser sur son passage. En fait, c’est l’inverse qui se produit, puisqu’une pression terrible est exercée sur les joueurs dès qu’ils foulent la pelouse du stade Omar Hamadi. Les joueurs n’arrivent pas à s’exprimer pleinement car ils savent qu’à la moindre balle perdue, au moindre dribble raté, les insultes pleuvront des tribunes. Les supporters ont-ils conscience que certains joueurs n’ont plus de père ou de mère, et qu’entendre à longueur de rencontre les supporters les insulter leur fait vraiment mal. Les joueurs ont besoin d’être encouragés, ils ont besoin de sentir que les supporters sont derrière eux. Est-il vraiment raisonnable d’abreuver les joueurs d’insultes à la moindre action ratée en début de match, alors que la partie ne fait que commencer et que les joueurs ont tout le temps pour se rattraper ? Je dis non, il faut au contraire porter les joueurs vers l’avant et les remotiver pour qu’ils donnent le meilleur d’eux mêmes. Je sais que ce que je dis va paraître sévère pour certains amoureux de l’USMA qui aiment passionnément leur club. Mes reproches s’adressent beaucoup plus à ceux qui participent au maintien de ce statu quo et à la persistance de la mauvaise passe dans laquelle se trouve le club actuellement.

Lu 4711 fois

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'entrer toutes les informations requises, indiquées par un astérisque (*). Le code HTML n'est pas autorisé.