lundi, 17 octobre 2005 23:58

Interview de Nasser Guedioura

Nasser GUEDIOURA est né le 04 Novembre 1954 à Alger plus exactement a Soustara. Il a fait toutes ses classes a l’USMAlger, contrairement a son frère qui était lui au MCA. Il a été sélectionné à l’age de 17 ans et 2 mois en équipe nationale A .

Il a fait partie de toutes les équipes nationales de jeunes et militaires. Il a été 2 fois champion d’Algérie Universitaire et scolaire avec le Lycée Thaalibya d’Hussein-Dey et Hamia de Kouba. Il a gagné 1 coupe d’Algérie seniors et 4 coupes d’Algérie juniors. Il aurait pu faire partie de l’EN de 1982 si ce n’est son très fort caractère. En effet lors d’un regroupement de l’EN a Oran pour un match de coupe d’Afrique des Nations, il s’est entendu dire par le sélectionneur de l’époque Mr Maouche qu’il n’était pas dans le onze rentrant parce que les Oranais pourraient lui en vouloir après la double victoire de l’USMA en coupe contre le MCO et l’ASMO en demi-finale et en finale. Ce jour la, Nasser pris son cabas et rentra sur Alger sans demander son reste.

 

Malgré toutes les propositions faites a l’époque par différentes équipes algériennes , il est toujours resté fidèle aux couleurs Rouge et Noire .Il partit en Europe en 83-84 a l’âge de 30 ans pour une aventure professionnelle qui durera 6 ans en France et au Portugal.
Actuellement, il travaille dans le milieu de la formation footballistique sous l’égide de la Fédération Française de Football. Son rêve est de servir son pays l’Algérie.

- Racontes nous tes débuts dans le football Nasser ?

C’était a Ain – Mahchacha dans le quartier a Soustara. On était jeunes et il y'avait une rivalité entre les Usmistes et les Mouloudistes. A l’époque il y’avait au quartier Meziani, Bernaoui, Moh Laamar, Tadilou etc.…et comme j’étais supporter de l’USMA cela s’est fait tout seul. Au départ je n’étais qu’un supporter et mon rêve était de jouer a l’USMA et nulle part ailleurs. Je n’ai jamais pensé faire une aussi grande carrière à l’USMA.

- Pour les anciennes comme pour les nouvelles générations, ton nom reste lié a celui de l’USMA,
pourquoi ?

Je crois que c’est par rapport a mon statut de joueur fidèle a l’USMA. Certains m’ont connu gamin d’autres par la suite mais c’est aussi parce que je n’ai jamais changé de club. Je jouais pour le club, je jouais pas pour moi. A notre époque c’était plus l’intérêt du club qui primait que le football business.

- Racontes nous un peu cette fameuse équipe juniors de l’USMA ?

On était une bande de copains, on a fait ensemble pratiquement toutes nos classes a l’USMA de la catégorie minimes jusqu‘en seniors a l’exception de certains qui sont partis pour différentes raisons comme par exemple « les fraudés » qui jouaient sous de faux noms etc.…On était jeunes, il n’y avait pas d’enjeux, on jouait le matin et il y’avait du monde pour venir nous voir.. Il n’y a que le travail a long terme qui paye. Apres ils ont changé le système, les minimes et les cadets jouaient le matin et les juniors l’après-midi en lever de rideau. C’était un aspect de la formation.

- Qu’es ce que tu ressentais quand tu voyais jouer l’équipe A ?

C’était un rêve pour nous de jouer en lever de rideau. J’étais fan de Meziani, j’aimais l’USMA mais j’aimais encore plus Meziani. Vu la qualité des joueurs de l’époque, on se contentait de jouer seulement sans espérer les remplacer. Il est vrai qu’a l’époque il y’ avait de très bons éducateurs dont Papa Lakhal et un certain Ali venu du RCKouba et ceci pour compenser le manque d’infrastructures. A l’époque il n’y avait qu’un seul éducateur pour toutes les catégories jeunes.



- Tes meilleurs souvenirs ?

C’était mon passage en seniors. L’avantage a l’époque c’est qu’on était directement versé dans l’équipe seniors sans passer 2 a 3 ans sur le banc de touche. L’équipe sortait de 5 finales consécutives perdues et il fallait du sang neuf. Nous on avait joué une finale juniors contre le CRB et les seniors contre le MCA (4-2). Ce jour la Yacef Saadi ne regarda pas la finale seniors et il nous emmena en Espagne, a Palma, en vacances avec quelques titulaires de l’équipe A. C’est la qu’a commencé la saison pour nous. J’ai été appelé cette année la en EN « »A » .On était 9 juniors Usmistes internationaux . L’effectif de l’USMA était composé de 14 internationaux en tout, et sur les 9 internationaux juniors, 3 ont été appelé en EN A.
Je salue au passage Maurice Dadouche qui était en juniors avec nous, un coreligionnaire de Zemmour. Il y’avait dans cette équipe Amenouche, Benachour, Aksouh, Badek, Belhadj et j’en oublie, Zidane est venu après. Certains ont persévère, d’autres n’ont pas tenu le rythme et sont partis.

- Quelles sont d’après toi les raisons de l’échec en finales de coupe d’Algérie ?

On mettait trop l’accent sur les finales. On était une équipe de coupe et des les quart de finale on pensait déjà a la finale. On se mettait trop de pression. Pourtant on avait des supporters très fidèles, on remplissait les stades partout en Algérie et le paradoxe on avait plus de supporters en D2 qu’en D1. Ce qui était extraordinaire chez nos supporters c’était qu’ils étaient la que l’on perde ou que l’on gagne. Nos supporters ont une certaine culture et ils aimaient le beau jeu mais on n’avait pas de chance. On avait une super équipe mais pas de très bons dirigeants ou le contraire, la mayonnaise ne prenait jamais.

- Quelle est selon toi la meilleure équipe Usmiste de tous les temps ?

Sans conteste celle de 68-69 avec les Salah, Oualiken, Zemmour, Bernaoui, Krimo, Belbekri, Taddilou, Meziani et les autres. C’était une super équipe . Après ceux qui sont venu d’ailleurs comme les Aissaoui, Attoui, Ali Messaoud, Zitoun, Benmessaoud etc…ont été intégrés et sont considères comme des enfants du club. Il faut dire qu’on avait une équipe assez intellectuelle avec Aissaoui, Attoui, Laala comme chirurgiens-dentistes, Benmessaoud qui était médecin, Zitoun qui était Agronome, Zeribet qui était Chimiste etc…. Un jour quelqu’un demanda <> .

- Comment s’est fait ton départ a l’étranger ?

On ne m’a pas laissé partir avant, il fallait une autorisation de sortie te tout le tralala. Il y a eu la réactivation de l’équipe nationale militaire et certains ont été mis sur une liste rouge, dont moi, pour ne pas partir. Même notre sursis en tant qu’étudiant n’était plus valable. Quand j’ai eu 30 ans, marié et 1 gosse a charge, j’ai «été sollicité par Grenoble mais on ne s’était pas entendu sur le plan financier, je ne voulais pas quitter l’USMA pour des broutilles. La Roche sur Yon, club de Ligue 2 s’est manifesté et a accepté mes conditions.

- Je me rappelle d’un incident….

Tu sais qu’on on arrive dans un championnat pro, on n’est pas au même niveau et les matchs sont plus difficiles donc on est un peu agressif. A l’époque le tacle par derrière n’était pas puni et il y’avait un adversaire qui en a abusé. Je lui ai dit de faire attention et a la sortie dans le tunnel je lui ai mis un coup de coude dans la gueule zkimi, personne n’a rien vu.

- Tu n’étais pas violent , mais tu ne te laissais pas marcher sur les pieds

Je me fais respecter. Un attaquant prend énormément et ne rend pas assez. Je rendais les coups mais j’étais malin, je n’avais pratiquement pas eu d(avertissement. Actuellement les attaquants ne sont pas malins, ils manquent de métier.



- Et puis le Portugal

J’étais en fin de contrat a La Roche sur Yon, et ce qu’ils m’ont proposé n’était pas intéressant. Je suis parti a Beauvais mais pas pour longtemps, le club ayant eu des ennuis avec la DNCG, il a déclaré faillite et on est resté 2 mois sans salaires. Un ami m’a dit qu’il y’avait un club portugais, Penafiel , qui venait de perdre sa place en D1 qui cherchais un attaquant. Cela s’est fait en 72 heures. Je suis arrivé le Vendredi au Portugal, j’ai joué le Dimanche et j’ai marqué 4 buts pour mon premier match. On est remonté en D1. Le hasard fait bien les choses.

- Quelle était la différence entre l’USMA et ces clubs ?

Le professionnalisme. C’était des clubs pro au sens propre et au sens figuré. A l’USMA les joueurs avaient un esprit de quartier. On avait de super qualités techniques mais pas de culture tactique. On jouait sur nos acquis alors qu’en Europe il fut toujours donner plus. On apprend tous les jours .

- A quel âge tu as arrêté le foot ?

En professionnel a 36 ans et en amateur a 42 ans

- Tu t’es reconverti au métier d’entraîneur ?

J’ai fait des formations parce qu’il ne suffit pas d’avoir été footballeur professionnel et ancien international pour réussir, il faut aussi de la pédagogie et des connaissances pour pouvoir communiquer tout ça aux jeunes.

- Tu as entraîné des clubs ?

Oui en Ligue de Paris et Ligue de Picardie. Mais depuis que je suis venu en France et des le début a La Roche sur Yon j’ai commencé a entraîner les cadets nationaux de même qu‘au Portugal. Après vers la fin j’ai fait entraîneur joueur. Moi je m’étais dit que je venais pour 2-3 ans en France apprendre le métier et par la suite rentrer en Algérie pour le transmettre. Malheureusement cela fait maintenant 22 ans que je suis en France et je n’ai rien transmis aux Algériens.

- Quelles sont vos relations avec la FFF ?

Je suis éducateur départemental, on prépare des sélections au niveau régional. Actuellement je suis sur 8 départements et je travaille avec les 14 ans. On a 1400/1500 éléments par département et on doit arriver au final a sélectionner 24 joueurs pour la région. Au niveau national il faut arriver a 16 joueurs.

- Tes acquis serviront-ils l’USMA un jour ?

Pas que l’USMA en particulier mais tout le football national, mais il faut faire vite avant que je ne prenne ma retraite. J’espère qu’ils penseront a moi un jour.

- Comment trouves-tu le niveau de notre foot actuellement. ?

Très triste, y a pas a dire. On a beau dire que c’est a cause des événements qu’a connu l ‘Algérie durant la décennie noire mais je n’y crois pas. Regardez l’Angola, le Rwanda ils sont en perpétuelle guerre civile et ils ont de meilleurs résultats.
Mais par qui est géré le football en Algérie ? Ce n’est pas la faute aux joueurs s’il n’y a pas de formation a la base. Pourquoi on a un championnat triste ? C’est parce que nos joueurs arrivent a 24 – 25 ans sans culture tactique, ils jouent comme s’ils étaient au quartier. Je préfère voir les matchs de quartier quand je rentre en Algérie en été, au moins dans ces matchs il y a de la hargne.



- D ‘après toi, y a t il des joueurs Algériens susceptibles de jouer en Europe ?

Peut être que si l’on prend des jeunes a 15 ans, et essayer de les mettre en contact avec le monde pro pour voir s’ils ont en plus de la technique , le mental qui va avec, mais surtout pas a 24, 25 ans, ils n’ont aucune chance. Actuellement le seul qui peut éventuellement réussir, a condition qu’il parte maintenant, c’est Yacef.

- Quels sont pour toi les 3 meilleurs joueurs Algeriens de tous les temps ?

Lalmas, Amirouche et Meziani. Je rajouterai aussi Selmi. Ils étaient exceptionnels.

- As tu des nouvelles de Djamel Zidane ?

C’est un ami et je me suis toujours occupe de lui. J’ai fait ce que je pouvais faire et ce que j’avais a faire. Même plus, c’était une obligation pour moi. Malheureusement je ne suis pas médecin ou professeur, Allah Ghalleb. Y a des périodes qui sont meilleurs que d’autres. S’il y a quelqu’un qui doit faire quelque chose, c’est le monde du football, c’est a dire les pouvoirs publics.
Aucun ancien joueur n’a été valorisé. On dirait qu’il n’ont d’yeux que pour l’equipe du FLN, et nous on n’est pas des enfants du FLN ? Je n’ai jamais renié mon pays, mais es ce que mon pays , les responsables, pensent a moi, a nous ? Qu’on nous laisse nous exprimer et qu’ils nous jugent sur pièces.

- Quelles sont tes relations actuelles avec l’USMA ?

De très bonnes relations amicales mais pas de relations professionnelles. Officiellement, on ne m’a jamais contacté. Je ne sais pas si on fait partie de la famille Usmiste ou non ? Pour les supporters oui sûrement, pour certains dirigeants on est peut être des bâtards. On a donné beaucoup a ce club et il nous reste beaucoup a donner, on n’a pas gagné de l’argent sur le dos de l’USMA, mais ce n’est pas a nous de faire les démarches, c’est aux dirigeants mais pas dans des cafés. Je ne vois pas pourquoi ils ne contactent pas Djamel Keddou vu qu’ils cherchent un entraîneur, il a fait ses preuves non ?

- Et ton fils ''Adlene'' ?

Il suit son bonhomme de chemin, il n’est plus a Sedan mais a Noisy Le Sec, il fait des études aussi, ainsi que mon autre enfant. Ils sont Usmistes comme leur père.

- Quel est ton plat préféré ?

La chorba et le Bourek

- Tes couleurs ?

Comme je suis habillé, c’est a dire le Noir et le Rouge.

- Un chanteur ?

Bob Marley et les Maîtres du Chaabi

- Une chanson ?

Ma Eddoum El Hakma

- Un gâteau ?

Makrout Ellouz

- Un souhait ?

Transmettre ce que j’ai appris aux enfants de mon pays. Je ne suis pas un émigré, je ne suis pas un beur, je ne suis pas né ici. Je dois tout a l’Algérie.

- Un mot pour les Usmistes de notre site :

Je souhaite que le site ai une longue vie, que nos supporters restent humbles et dignes, et surtout qu’ils ne soient pas chauvins. Qu’ils restent avec leur club dans la victoire comme dans la défaite.

Lu 13014 fois Dernière modification le vendredi, 03 février 2012 10:42
Plus dans cette catégorie : Lalili: "Nous formions une famille" »

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'entrer toutes les informations requises, indiquées par un astérisque (*). Le code HTML n'est pas autorisé.