samedi, 12 février 2011 16:41

Mekhazni: "Attendez l’USMA dans deux ou trois ans !"

L'entraineur adjoint, Mohamed Mekhazni ouvre son coeur dans cette interview et nous parle de son passé, de son présent et de son avenir avec l'USM Alger.

 

Usm-alger.com : Question classique Mr Mekhazni. Pouvez-vous vous présenter aux supporters usmistes ?

Mohamed Mekhazni : A l'instar de nombreux coachs algériens et avant de devenir entraîneur, j'ai été footballeur. Et comme tous les jeunes algériens, j'ai commencé à taper dans un ballon sur les terrains vagues. Tout jeune, toujours, j'ai subi des essais à la JSK. Je me souviens que nous étions une trentaine de jeunes et je fus le seul à être retenu. C’est ainsi que j’ai débuté à la JSK où j’ai fait toutes mes classes. Arrivé en catégorie junior, j’ai eu la chance de disputer un match contre les seniors. Ma production avait due être bonne puisque j’ai attiré l’attention du regretté Jaâfar Harouni. C’était au cours de l’année 1995, j’avais à peine 17 ans et je venais d’être promu en équipe première. Je n’ai joué que quelques matches avec les seniors mais en parallèle je réussissais à obtenir mon BAC électronique. Comme j’étais sportif et que j’aimais le football par-dessus tout, j’avais décidé d’orienter mes études vers le sport. Je me suis alors inscrit à l’ISTS et, dans le même moment, rejoignais le mouloudia dans le cadre d’un échange avec Nazef qui fit le chemin inverse et alla rallier les rangs des « canaris ». Au mouloudia, j’ai joué à plusieurs reprises comme titulaire. Je n’avais à cette époque que 19 ans. Je n’oublierai jamais l’année au cours de laquelle j’avais disputé tous les tours éliminatoires de la coupe du 1er novembre. C’était, si ma mémoire est bonne, durant l’exercice 1997. En demi finale, la blessure au genou contractée face à l’ASMO avait mis fin prématurément à ma carrière. A l’époque, les dirigeants mouloudéens avaient eu une attitude cavalière puisque, au moment où j’avais le plus besoin d’eux, ils me libérèrent, alors que j’avais signé un contrat de trois ans.
Je n’oublierai jamais le noble geste, à mon égard, dont Monsieur Allik s’était rendu l’auteur. En 1998, il me fit signer un contrat de deux ans pour me confier l’école des jeunes footballeurs que j’ai dirigé conjointement avec mon ami Lallili. C’est au cours de cette année que j’ai pu ramener le jeune Meklouche à l’USMA. J’avais bien essayé de faire mon retour sur les terrains en tant que joueur mais, la mort dans l’âme, j’ai du me résigner à mettre un terme définitif à ma carrière de footballeur. J’ai, alors, épousé le métier d’éducateur et j’y prenais goût d’autant que je parvenais à obtenir mes diplômes pour pouvoir poursuivre mon activité au sein de l’USMA.
Après deux années passées à l’USMA, puis deux autres au CNEPS, je suis retourné au mouloudia où on me confia les minimes. Mon parcours me mena jusqu’à mon émergence sur la scène sportive où je fus révélé grâce aux bons résultats que j’avais réalisé avec le mouloudia au moment où on me demanda d’assurer un intérim, en raison du départ précipité de l’entraîneur en place à cette époque. Je suis fier de tout le travail que j’ai accomplis, en dépit des conditions difficiles que j’ai eu à connaître. Je tire une satisfaction particulière de la réussite des joueurs que j’ai formé et qui ont fait partie du mouloudia qui a été champion. Ils étaient treize à avoir fait partie de cet effectif. Au mouloudia, j’ai occupé tous les postes sauf celui de président. J’ai été entraîneur des jeunes catégories, entraîneur adjoint en senior, à deux reprises. J’ai travaillé avec tous les présidents qui se sont succédés dans ce club, depuis Djouad jusqu’à Amrous. Mais aujourd’hui, je suis à l’USMA et je préfère que nous parlions d’avenir.

usm-alger.com : Qu’est-ce qui a motivé votre venue à l’USMA ?

Mohamed Mekhazni : Avant toute chose, j’aimerai témoigner de ma gratitude envers ce club et dire que « khir l’USMA sbek ». Allik avait réussi à me convaincre de rejoindre les Rouge et Noir et le projet qu’il me proposa de mener avec les U20 m’enthousiasma. Dans le même temps, il envisageait de me confier le poste entraîneur adjoint de l’équipe senior. Allik parlait de grands moyens à mettre en place et l’allusion à la venue de Haddad était à peine voilée. C’est cela mais également l’aide que j’ai trouvé dans les moments pénibles que j’avais passé, à un moment donné de ma vie, qui m’ont décidé à dire oui à Allik. En quittant le mouloudia pour venir à l’USMA, je ne me sentais pas dépaysé puisque je considère que ces deux clubs font partie d’une même famille.

usm-alger.com : Pourquoi avoir quitté le MCA ?

Mohamed Mekhazni : Parce que, tout simplement je voulais vivre d’autres sensations. Après dix ans passés au mouloudia, j’avais envie de changer d’air. Et puis, certains problèmes avaient surgi avec notamment la nouvelle politique du club qui s’obstinait à ne pas jouer la carte des jeunes. Mais je n’irai pas jusqu’à oublier que mes plus beaux jours, je les ai vécu au mouloudia.

usm-alger.com : Que répondez-vous à ceux qui disent que Mekhazni a vidé le MCA au profit de l'USMA ?

Mohamed Mekhazni : C’est totalement faux ! Le seul joueur que j’ai persuadé à rejoindre l’USMA, c’est le jeune Chafaï. Ce dernier n’avait pas été promu en senior au mouloudia et mon invitation à signer à l’USMA l’avait intéressé. Tous les autres sont venus de leur propre chef et, pour vous en convaincre, vous n’avez qu’à le leur demander. Si j’avais voulu « vider » le mouloudia j’aurai provoqué une véritable saignée dans le club.
Et puis, j’ai pu recruter des joueurs venus d’autres formations. Des jeunes comme Frioui de l’OMR et bien d’autres encore. Pourquoi ne pas parler de ces joueurs ?

usm-alger.com : Combien de joueurs issus du MCA ont rejoint l'USMA cette saison ?

Mohamed Mekhazni : Quatre, en tout : Chafaï - Yettou - Chehima et Ferkous

usm-alger.com : Lorsque vous êtes venu à l'USMA vous avez trouvé Allik comme président, puis il y a eu la création de la SSPA USMA. Avez-vous remarqué des changements entre ces deux situations ?

Mohamed Mekhazni : La différence ne se situe pas entre les personnes mais plutôt entre les modes de gestion. Sous Allik, c’était l’ère de l’Association et du bénévolat. Avec Haddad, l’USMA a mis le pied à l’étrier et a enfourché la monture du professionnalisme avec tout ce que cela suppose comme rigueur. Plus de place au laxisme puisque seul le sérieux paie. Si vous faites convenablement votre travail vous êtes rémunéré en retour. Par contre, tout manquement à la discipline entraîne des sanctions. Je pense, sincèrement, que là réside la clé de la réussite. Pour en revenir à Allik, je dirai que c’est un grand monsieur avec qui j’ai eu le bonheur de travailler, même si cela n’a pas trop duré.

usm-alger.com : Vous avez été l'adjoint de Noureddine Saâdi avant son départ de l'USMA. Vous entendiez-vous avec lui ?

Mohamed Mekhazni : Il n’y a jamais eu de problème entre nous. Il était le chef et je me contentais de faire ce qu’il me demandait. C’est vrai qu’il m’arrivait de lui faire des propositions concernant le travail mais le dernier mot lui revenait. Il était l’entraîneur en chef et j’étais son adjoint

Usm-alger.com : En votre qualité d’entraîneur adjoint puis d’entraîneur de l’équipe senior, comment avez-vous ressenti l’introduction du professionnalisme au sein de l’USMA ?

Mohamed Mekhazni : Je peux affirmer, sans risque me tromper, que l’USMA est le seul club professionnel en Algérie. J’ai le privilège de vivre à l’intérieur de ce club et le changement est évident. C’est une chance réelle et un honneur immense que d’être partie prenante dans l’ambitieux projet que conduit l’USMA pour son plus grand bonheur et pour celui du football national.

usm-alger.com : Diriez-vous de l’USMA qu’elle est sur la bonne voie ?

Mohamed Mekhazni : Oui, absolument ! Et je peux dès maintenant vous affirmer que, si les choses se déroulent dans d’aussi bonnes conditions qu’aujourd’hui, dans deux ou trois ans, ce sera de nouveau une nouvelle ère de prospérité pour l’USMA, incha Allah.

usm-alger.com : Quel jugement portez-vous sur le barème des primes et des sanctions établi par la direction de l’USMA ?

Mohamed Mekhazni : Nous sommes tenus de justifier nos salaires qui sont assez conséquents, il faut l’avouer. La discipline, la ponctualité, le sérieux dans le travail sont des règles sur lesquelles la direction est intransigeante. Tout manquement à cette règlementation se paie cash et se traduit par des défalcations sur salaire. Lorsque les règles sont bien comprises, tout le monde adhère.

usm-alger.com : Comment expliquez-vous la position actuelle de l'USMA ?

Mohamed Mekhazni : Disons, que nous aurions pu faire mieux. Nous aurions pu comptabiliser plus de points mais il faut reconnaître que la chance n’a pas toujours été de notre côté. Nous tâcherons de nous racheter et de refaire notre retard, incha Allah.

usm-alger.com : Au cours du match disputé contre le CRB, vous aviez fait confiance à Ouznadji en le titularisant. Etait-ce un choix réfléchi de votre part ou bien était-ce parce que vous n’aviez pas de solution sur le banc des remplaçants ?

Mohamed Mekhazni : Heureusement que c’était réfléchi (rires). Je considère que tout ce que j’entreprends est réfléchi, sinon que fais-je là ? S’agissant d’Ouznadji, j’aimerai vous dire que ce joueur est très généreux dans l’effort. Il lui manque ce brin de chance qu’ont les buteurs pour mettre la balle au fond comme celle ratée face au CRB. Le football est ainsi fait ! Ouznadji a tellement envie de bien faire qu’il rate les gestes les plus faciles. Maintenant vous me demandez si l’option Ouznadji était la meilleure. Je vous répondrai que n’ayant pas Messi sur le banc de touche, Nouri représentait la solution la mieux indiquée que j’avais.

usm-alger.com : Juste après le match face au CRB, la FAF décide de faire observer une trêve d’environ 2 mois au championnat. Quelle a été votre réaction ?

Mohamed Mekhazni : La décision de la FAF est venue au moment où l’Algérie connaissait des évènements qui risquaient de prendre une tournure dangereuse. La préservation de la sécurité du pays est bien plus importante que toute autre chose et, à ce titre, j’ai totalement adhéré à la démarche de la Fédération.

usm-alger.com : Additivement aux multiples arrêts qu’a connu le championnat depuis le début de saison, vous avez accordé, dernièrement, 7 jours de repos aux joueurs. Ne pensez-vous pas que ces arrêts à répétition peuvent nuire à la forme physique des joueurs ?

Mohamed Mekhazni : D’abord, ce sont six jours de repos que j’ai accordé aux joueurs et non pas sept ! Cela se passe ainsi dans tous les clubs du monde. Au cours de la trêve hivernale, les joueurs ont droit à un repos pour récupérer des efforts consentis au cours de la première partie du championnat. Pour bien travailler il faut faire preuve d’ardeur au boulot et pour pouvoir continuer sur cette lancée il faut également s’accorder du répit. Les méthodologues sportifs du monde entier vous diront que pendant la trêve hivernale, les joueurs doivent bénéficier de repos. D’ailleurs la durée de repos consentie peut être considérée comme courte. Elle n’a pas été longue parce que nous avions beaucoup de travail à faire pour pouvoir aborder de façon convenable cette deuxième partie de championnat. De plus, pendant cette période, les joueurs n’ont pas été totalement inactifs puisque ils étaient tenus de faire des exercices, à titre individuel, chez eux. Les joueurs avaient besoin de se ressourcer et d’être auprès de leur famille. Ils n’en sont revenus que plus déterminés et plus motivés pour la suite du championnat.

usm-alger.com : Des rumeurs vont ont donné partant de l’USMA, les confirmez-vous ?

Mohamed Mekhazni : Absolument pas ! Il ne s’agit que de ragots auxquels je n’ai accordé aucun crédit. Mon ambition est de durer le plus longtemps possible avec l’USMA, tout comme je l’ai fait avec le mouloudia. Je ne suis pas du genre à changer constamment de club. J’aime les challenges et les projets sportifs où je peux complètement m’investir. Sinon, je crois au « mektoub », aussi !

usm-alger.com : Quel est votre avis sur la liste des joueurs libérés ? Pensez-vous que certains auraient mérité de figurer parmi l'effectif qui terminera la saison ?

Mohamed Mekhazni : La décision de libérer tel joueur ou tel autre ne concerne pas une seule personne. L’USMA a mis en place une cellule où exercent de nombreux techniciens et des anciens joueurs qui ont leur mot à dire. La décision est collégiale et la liste des libérés est établie sur la base de critères sérieux. Honnêtement, je pense que les joueurs libérés ont plus de chance de jouer ailleurs et leur maintien à l’USMA n’arrangeait aucune des deux parties.

usm-alger.com : Qu’en est-il du cas Habbache ?

Mohamed Mekhazni : Son cas est d’ordre administratif !

usm-alger.com : Que pensez-vous de la venue de Renard ?

Mohamed Mekhazni : La première impression que j’ai eu en rencontrant Monsieur Renard, c’est que c’est quelqu’un de respectable et de respectueux. Son attitude est absolument irréprochable avec tout le monde. Je considère que sa venue est bénéfique pour le club. A nous de faire en sorte que nous puissions, ensemble, renverser la vapeur.

usm-alger.com : As-t-il ramené quelque chose de nouveau ?

Mohamed Mekhazni : Il est venu, précédé d’une réputation. Renard a un nom qu’il s’est forgé en drivant des sélections nationales. Pour avoir croisé sur son chemin notre équipe nationale à deux reprises, Renard jouit d’une certaine notoriété auprès du public algérien

usm-alger.com : On dit de lui qu’il est intransigeant en matière de discipline. Est-il vrai que les joueurs sont soumis à un régime militaire ?

Mohamed Mekhazni : N’exagérons rien ! Dire qu’il a instauré une discipline de caserne, c’est amplifier quelque peu son souci de maintenir une certaine rigueur dans le travail. De toutes les manières, la discipline est indispensable lorsqu’on veut obtenir de bons résultats.

usm-alger.com : Que pensez-vous des nouvelles recrues que l'USMA a engagé ?

Mohamed Mekhazni : Je dirai qu’ils auront tout le temps pour prouver que nous ne sommes pas trompés sur leur compte et pour nous démontrer tout leur talent , confirmant ainsi tout le bien que nous pensons d’eux, incha Allah.

usm-alger.com : Que pensez-vous des jeunes joueurs usmistes intégrés en équipe fanion ? Sont-ils à la hauteur des espoirs placés en eux par la direction ?

Mohamed Mekhazni : Je pense que pour l’USMA, ces jeunes représentent un bien précieux. L’USMA est une des rares équipes en Algérie qui possède une excellente pépinière de jeunes joueurs et elle serait bien inspirée d’en tirer le meilleur parti. Le Barça tire sa force actuelle de son école de formation et domine le football européen et même mondial grâce au bénéfice qu’il a pu tirer du talent des jeunes joueurs sortis du creuset catalan.

usm-alger.com : Certains pensent déjà au recrutement qui devrait avoir lieu en été et prédisent un apport massif de grosses pointures. Pensez-vous que l’USMA va abandonner sa politique de jeunes pour bâtir une équipe qui jouera pour gagner des titres ?

Mohamed Mekhazni : La question n’a pas encore été discutée mais tout le monde connait ma position là-dessus. Je suis un fervent partisan de la carte jeunesse mais, maintenant, les dirigeants peuvent tout aussi envisager de renforcer l’effectif, avec pour objectif d’obtenir des résultats immédiats. C’est peut-être une bonne chose mais il ne nous faut pas négliger la formation.

usm-alger.com : Pour son stage hivernal, l’USMA a opté pour le Maroc. Peut-on savoir ce qui a motivé le choix de ce pays et quel est le programme de préparation que vous vous êtes tracé ?

Mohamed Mekhazni : Nous avions le choix entre l’Espagne, la France, la Tunisie ou le Maroc et, au départ, mon choix s’était porté sur un des pays voisins. Je préfère aller me préparer dans un pays où les conditions climatiques sont similaires aux nôtres. La Tunisie connaissait des évènements que tout le monde connait, nous nous sommes alors rabattus sur le Maroc. Un programme de travail a été bien évidemment tracé entrecoupé de matches amicaux que nous allons livrer face à des formations locales. C’est Ali Fergani qui se charge de ce dernier volet de la préparation.

usm-alger.com : Eliminée de la coupe d’Algérie, l’USMA axera tous ses efforts sur cette deuxième partie de championnat. Comment voyez-vous le reste du parcours de votre équipe ?

Mohamed Mekhazni : Cela ne sera pas facile mais nous allons tout faire pour obtenir de meilleurs résultats que durant la phase « aller » et améliorer notre position au classement, incha Allah.

usm-alger.com : Pensez-vous que l’USMA a les moyens de terminer sur une place du podium ? Sinon, quel est l’objectif tracé, pour cette saison, par la direction ?

Mohamed Mekhazni : Oui, je pense que le podium est jouable. Pour cela, il nous faut obtenir trois ou quatre victoires d’affilée. Pour cette saison, nos objectifs sont de réaliser une meilleure phase que celle que nous venons de jouer. Cette saison est une saison de transition, attendez-nous la saison prochaine.

usm-alger.com : Alors, confiant en l’avenir ?

Mohamed Mekhazni : Très, très confiant

usm-alger.com : Un dernier mot pour les supporters usmistes ?

Mohamed Mekhazni : Qu’ils continuent de nous soutenir et de nous supporter et, surtout, qu’ils soient patients avec nous. Je comprends que tout cela n’est pas facile pour eux parce qu’ils ont été habitués à voir leur équipe en haut de l’affiche. Je comprends leur déception actuelle mais je leur promet que l’avenir sera meilleur, incha Allah.

par said

Lu 8163 fois Dernière modification le vendredi, 03 février 2012 09:41

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'entrer toutes les informations requises, indiquées par un astérisque (*). Le code HTML n'est pas autorisé.