lundi, 15 septembre 2008 15:58

Zemmamouche à coeur ouvert

Accosté à la fin d'une séance d'entraînement, Mohamed Lamine Zemmamouche est revenu sur le match face à l'ESS, ses prestations et les périodes difficiles par lesquelles il est passé ces deux dernières saisons.

Une belle interview ponctuée par quelques confidences.

 

Vous venez de réaliser un exploit face à l’entente de Sétif, quel est votre commentaire ?

(Rires) Oui, tout abord saha f’tourkoum et saha ramadankoum, même si je suis un peu en retard (rires). Pour revenir à votre question, nous nous sommes déplacés à Sétif pour faire un bon résultat, chose qui n’était pas facile devant un adversaire double champion arabe et qui a un effectif très riche et fortement renforcé par les nouvelles recrues. C'est un club où chaque joueur rêve de jouer. Malgré toutes ces données, nous n'avions pas de sentiment de peur ou de crispation, nous n'étions pas entrés sur le terrain en pensant que le match était perdu d'avance. Bien au contraire, l'état d'esprit du groupe nous a beaucoup aidés. Nous avons visé les trois points et le maktoub a voulu qu'on partage les points, elhamdoullah, c'est mieux que rien.

N’avez-vous pas douté après le premier but encaissé ?

Je ne vais pas dire que nous avons douté, mais honnêtement nous étions un peu déstabilisés par le but et non par le match en lui-même. C’est toujours difficile d’encaisser un but, surtout à l’extérieur. C’est la deuxième fois que ça nous arrive cette saison. On avait vécu la même chose face au CRB au stade du 20 août et là aussi nous avions réussi à revenir au score. Contre l’ESS, c’est l’état d’esprit du groupe qui nous a laissés motivés. D’ailleurs, même durant les entraînement on discute entre nous et il n'y a qu’un seul message : ne pas baisser les bras. Bien au contraire, il faut se battre jusqu'au bout et continuer à jouer comme si le match venait de commencer.

Peut être que le penalty que vous avez arrêté a quelque part poussé les joueurs a redouble d'efforts, ce qu’il explique le rendement de l'équipe après cela ?

Ce n’est pas à moi de dire cela, je pense qu'il y a des gens qui connaissent assez bien le football pour en juger. Je dirai seulement que peut être le penalty arrêté a donné un second souffle à nos joueurs. Le penalty est venu suite à ma faute de main sur le coup franc de Hemani, mais il faut avouer que l’arbitrage était vicieux. On ne peut pas réclamer nos droits durant le match avec ça on vous brandit un carton...

Justement, que s'est-il passé au juste ?

Je sais que vous allez être choqué, je n’ai jamais vu ça dans un stade algérien ou dans tout autre stade dans le monde. Je n’ai pas pris un carton pour une faute, un hors-jeu ou autre chose. Le carton est dû à certains supporteurs de l’entente qui m’ont aveuglé avec un laser. Ce n'était pas qu'une seule personne, je dirai environ 7 ou 8 supporteurs ce qui est grave, et lorsque je me suis approché de l’arbitre, il m’a donné un carton !

Avez-vous demandé des explications à l’arbitre ?

Oui je l’ai fait, mais il m'a répondu que c'était à cause de la façon dont je l'avais réclamé.

N'aurait-il pas été préférable de parler avec le capitaine d’équipe afin d’éviter le carton ?

Oui, je suis d’accord avec vous sur ce point, mais vu la pression du match et le poids de la rencontre je n’ai pas pu réfléchir à cet instant et aller en parler à Ammour (le capitaine). Je demande d'ailleurs pardon à nos supporteurs pour le geste qui m'a valu ce carton. Tout le monde sait que Zemmamouche est un fils de famille et que je suis pas du genre à réclamer de cette façon. Désolé pour mon geste.

Revenons sur le parcours de l’équipe, quel commentaire faites-vous ?

Je pense que c’est un parcours honorable, du moment où nous n'avons pas encore enregistré de défaite. Nous aurions pu faire mieux car cette année nous avons un bon groupe très solidaire et très motivé sans oublier l’effet de notre staff technique et plus précisément monsieur Fullone qui -il faut l'avouer- a ramené un vrai plus avec lui tout en sachant motiver ses joueurs. Même nous on s’entraîne dans une bonne ambiance, avec beaucoup de complicité. Il y a un bon état d’esprit et surtout une bonne communication entre tous les joueurs. Espérons qu'elle dure le plus longtemps possible !
Je ne vais pas m'avancer à dire qu’on va jouer des titres afin de ne pas laisser les supporteurs sur leur faim, et éviter qu'on nous insulte en fin de saison. Tout ce que je dirai c'est qu'il faut travailler, garder les pieds sur terre et gérer match par match. A la fin de la saison, nous verrons ce que le destin nous réservera.

Mais l’entraîneur Fullone a déclaré qu’il était venu à l'USMA pour gagner des titres

(Rires) Et bien c’est une motivation supplémentaire pour que nous redoublions d'efforts. Maintenant que nous avons un entraîneur très ambitieux nous devrons l’être aussi.

Si l’USMA marche bien cette saison, c'est aussi parce que "Zemma" est revenu au top de sa forme

Je ne fais que mon boulot. C’est l’intérêt du club qui compte pour moi. Lorsqu'on sort avec de bons résultats et que tout le monde est satisfait, surtout les supporteurs, c’est une fierté pour nous.

Avant votre départ pour le stage d’intersaison, vous aviez déclaré que vous étiez prêt à signer pour dix ans les yeux fermés, alors que quelques temps auparavant, vous aviez décidé de mettre un terme à votre aventure avec l’USMA. Qu'est-ce qui vous a fait changer d'avis ?

Oui, c’est vrai que j’ai failli quitter le club. Ce qui m'a fait changer d'avis ce sont les supporteurs que j’aime beaucoup mais aussi les responsables du club, à leur tête le président Said Allik. C’est vrai, je suis passé par des moments très difficiles où j’étais la cible de certains pseudo supporteurs. Je ne suis pas rancunier bien au contraire, si je suis resté à l’USMA c’est pour prouver que je suis loin d’être terminé et je profite de l’occasion pour remercier mon ex-entraîneur Branci Boukhalfa qui est comme un père pour moi et qui m’a beaucoup aidé pendant cette période. Sans oublier bien sûr les encouragements de mes coéquipiers et de mon nouvel entraîneur, à savoir « fils » Farid Belmellat qui sait comment communiquer et motiver tous les gardiens qu'il a sous sa coupe. Sa riche expérience sur le terrain nous a beaucoup aidé.

Nous pouvons donc dire que Zemma a tourné la page de tout ce qu’il a enduré ces deux dernières saisons et qu'il est bien parti pour prendre sa revanche sur le sort ?

Je n’ai pas de revanche a prendre ni sur le sort ni sur quoi que ce soit. Le football c’est mon gagne pain, je suis un employé au sein d'un club et il y a un contrat entre nous, il est donc de mon devoir d’honorer mes engagements envers ce club.
C’est vrai que c’est dur de passer deux saisons sous pression. Les insultes ne feront avancer personne, ni le gardien de but, ni l'équipe. Maintenant la page est tournée, une nouvelle saison vient de commencer, un autre staff technique est en place, un autre groupe et un autre état d’esprit se sont installés. Je dirai simplement oublions le passé et pensons à l’avenir. Aux supporteurs aussi je leur dis que Zemma vous aime tous.

Meme celui qui vous agressé ?

Oui, c’est de l'histoire ancienne, j’ai tout mis dans le placard. Pour moi c’est du passé

Ce jeudi vous allez recevoir l’USMB, comment voyez-vous cette rencontre ?

Ça sera une rencontre très difficile. L’USMB va tout faire pour se racheter après le semi échec enregistré face au CABBA. Ce sera une rencontre très disputée et très serrée. Il ne faut pas oublier qu’on va rencontrer notre ex-entraîneur à savoir monsieur Amrani qui est entrain de former un bon groupe. De notre côté, on veut rester sur notre lancée et garder cette dynamique surtout que le moral est au beau fixe. Nous devons confirmer notre bon début de saison et tout faire pour que les trois points restent à Bologhine.

Les blidéens sont très motivés et surtout très en colère contre l’USMA après tout ce qui s’est passé la saison dernière

( L’air étonné) Il ne s’est rien passé de grave !

C’était lors de la rencontre USMA–CABBA. L'USMA avait aligné une équipe composée essentiellement de jeunes ce qui avait permis au Bordj de gagner la rencontre et par la même, plonger Blida en position de reléguable

Franchement ces choses me dépassent ! Lorsque ton entraîneur te demande de ne pas jouer tel ou tel match, tu vas le jouer de force ?! Non, et je sais que les dirigeants de l’USMB réfléchissent de la même manière. Nous avons de très bonnes relations avec tous les clubs algériens et on veut garder cette image. Le football est une fête avant tout alors je ne pense pas que les 90 minutes de ce fameux match vont nous causer des problèmes avec nos amis blidéens que je respecte beaucoup.

Lu 4553 fois Dernière modification le lundi, 15 septembre 2008 19:41

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'entrer toutes les informations requises, indiquées par un astérisque (*). Le code HTML n'est pas autorisé.