Mardi, 10 Novembre 2015 21:53

PANAFRICANISME

Écrit par  Ipanema
Évaluez cet article
(1 Vote)

Les "gars du Mouloudia", présents à la Grande Poste, qui ont accueilli avec un immense hourra et des cris de joie le premier but du TP Mazembe, et Maâmar Farah qui légitime ce stupide comportement en rendant coupables ceux qui ont choisi Bologhine au match "aller", ont probablement agi par solidarité avec leur frères congolais et n’ont certainement pas fait preuve de perfidie à l’égard leurs autres frères algériens.

Maâmar Farah rapporte cette séquence de la vie algéroise sans une pointe de réprobation. Il est à la limite compréhensif avec les supporters du Mouloudia qui ont pris fait et cause pour les mazembiens. Au diable le patriotisme dont se gargarise le pourtant sérieux journaliste à longueur de colonnes. Place au panafricanisme !

 

 

Soit, Monsieur Farah ! Vous n'ignorer sans doute pas que l’Algérie, notre pays, votre pays, jouera contre la Tanzanie pour le compte des éliminatoires de la Coupe du Monde 2018. La manche "aller" aura lieu le 14 novembre prochain à Dar Essalem alors que le match "retour" se jouera en Algérie, trois jours plus tard.

Après un retour mouvementé au stade du 5 juillet (défaite face à la Guinée et petite victoire contre le Sénégal), Gourcuff, son staff technique, ses joueurs et Raouraoua ont décidé de fuir l’enceinte olympique pour le plus sécurisant stade Mustapha Tchaker. Ils priveront ainsi des dizaines de milliers d’algérois d’assister au match de leurs favoris pour des raisons quasi identiques à celles invoquées par les dirigeants usmistes lorsque leur choix s’est porté sur Omar Hamadi. Craignant un comportement hostile de l’exigeant public algérois et se sentant plus à l’aise sur la pelouse du stade Tchaker, Gourcuff et sa troupe se réfugieront à Blida.

Nous, "gars d’Alger", ne comprenant pas qu'on puisse nous priver d'une grande fête, nous apprêtons à encourager nos frères tanzaniens. Nous serons à la Grande Poste le 17 novembre prochain et, pour peu qu’un écran géant soit installé sur l’esplanade, Samatta, Ulimwengu (tiens, tiens, deux mazembiens !) et leurs coéquipiers pourront compter sur nous pour les porter aux nues en cas de succès. Et quand bien même il n'y aura pas d'écran géant à la Grande Poste, nous serons devant notre petit écran, galb ou rab avec la Tanzanie. Nous accrocherons l’emblème au bouclier massaï à nos balcons et jubileront à chaque fois qu’un but sera marqué contre notre EN. J’espère que vous ne nous en voudrez pas Maâmar Farah, vous le patriote. Gourcuff, l’EN et Raouraoua l’auront bien cherché !

Par Ipanema

Haut de la page